Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Naufrages en Méditerranée : l'UE réagit au drame des migrants

En savoir plus

FOCUS

Hacking et cybersécurité : la France face au terrorisme connecté

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Louis Michel : "Certains pays européens refusent de prendre leur part de réfugiés"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Naufrages en Méditerranée : la politique migratoire à 28 attendra

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Prime d'activité : le plan de François Hollande pour la jeunesse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Séisme : "Le Népal dévasté"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Népal : "Le toit du monde s'est écroulé"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Volkswagen : sortie de route pour le patriarche Ferdinand Piëch

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

Asie - pacifique

Plusieurs dizaines de morts lors d'une mutinerie dans une prison

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/11/2012

Au moins 27 personnes sont mortes et 43 autres blessées lors d'une mutinerie qui a éclaté vendredi dans une prison de haute sécurité de Colombo. Des émeutes ont opposé pendant plusieurs heures détenus et personnel de sécurité.

Une mutinerie dans une prison de haute sécurité de Colombo a fait 27 morts et 43 blessés, selon un nouveau bilan, encore provisoire, annoncé samedi par le ministre sri lankais de la Réhabilitation et de la Réforme des prisons Chandrasiri Gajadeera.

"Seize cadavres sont à l'hôpital et 11 autres ont été découverts aujourd'hui à l'intérieur de la prison" de Welikada, a déclaré le ministre aux membres du Parlement. "J'ai désigné un comité de trois membres pour enquêter sur cet incident", a-t-il ajouté.

Selon un porte-parole de l'armée, les gardiens de la prison, la police et l'armée continuent de faire des recherches dans l'établissement et pourraient découvrir d'autres cadavres.

Les émeutes, qui ont opposé vendredi pendant plusieurs heures le personnel de sécurité à des détenus, ont éclaté alors que les forces de la police spéciale STF perquisitionnaient pour rechercher de la drogue et des téléphones portables introduits en fraude dans la prison, a indiqué à l'AFP un responsable militaire sur les lieux.

"Certains détenus ont pris des armes et les ont utilisées", a déclaré le militaire qui a demandé à conserver l'anonymat. "La situation est maintenant entièrement sous contrôle", a-t-il précisé.

Selon le ministre Gajadeera, les détenus s'étaient emparés de 82 armes à feu, dont des fusils automatiques d'assaut, dans une armurerie de la prison qu'ils avaient forcée. Mais les autorités ont pu retrouver la majorité d'entre elles. Les recherches se concentrent sur les cinq armes qui manquent encore, a-t-il précisé.

Le directeur de l'Hôpital national de Colombo, Anil Jasinghe, avait initialement fait état de 16 morts et 43 blessés hospitalisés. "Parmi les blessés encore hospitalisés se trouvent 13 policiers des forces spéciales, quatre soldats et un passant", avait-il précisé à l'AFP. Le chef des forces spéciales a également été blessé par balles, a-t-il indiqué.

Pendant l'émeute, qui a nécessité l'intervention de l'armée, quelques détenus ont essayé de s'enfuir et les forces de sécurité ont tiré sur eux. Des gaz lacrymogènes ont également été utilisées contre les détenus, selon des témoins.

Des prisonniers sont montés sur le toit et ont tiré sur les soldats et les policiers, qui ont répliqué avec des armes à feu. Des coups de feu intermittents ont été entendus pendant au moins trois heures, selon des témoins. Les détenus sont descendus du toit à la nuit tombée, quand les autorités ont coupé la lumière.

Des détenus afghans, indiens et pakistanais se trouvaient dans cette prison, mais aucun d'entre eux n'a été hospitalisé. L'identité des morts n'a pas été dévoilée par les autorités mais d'après des témoins, ce serait essentiellement des prisonniers. Un des morts serait un gardien de la prison, selon une source hospitalière.

AFP

Première publication : 10/11/2012

COMMENTAIRE(S)