Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

EUROPE

2013, nouvelle année de rigueur pour les Grecs

Vidéo par Cécile GALLUCCIO

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/11/2012

Après avoir validé un plan d'austérité du gouvernement prévoyant 18 milliards d’euros d’économies sur trois ans, le Parlement grec a adopté le budget 2013. Licenciements, baisse des salaires et des retraites permettraient d’économiser neuf milliards.

Un air de déjà vu règne dans la capitale grecque ce lundi. Le Parlement, par une courte majorité, vient de voter pour la sixième année consécutive un nouveau budget de rigueur, sur fond de récession et d’explosion du chômage. Il prévoit pour la seule année 2013 neuf milliards d’euros d’économies. Ce budget s’inscrit dans le cadre du troisième "mémorandum" voté mercredi 7 novembre, censé permettre d’économiser quelque 18 milliards d’euros supplémentaires sur trois ans, conformément aux exigences de la troïka – Union européenne (UE), Fonds monétaire international (FMI) et Banque centrale européenne (BCE), les créanciers institutionnels de la Grèce.

Notre-Dame de l'austérité attendue au Portugal

La chancelière allemande Angela Merkel, baptisée "Notre-Dame de l’austérité" par les Portugais, doit se rendre ce lundi 12 novembre à Lisbonne, où elle est attendue de pied ferme. En septembre, le gouvernement portugais a adopté des mesures de rigueur prévoyant notamment une augmentation des contributions au financement de la sécurité sociale, une mesure qui a provoqué une large mobilisation à travers le pays. "Le Portugal respecte très bien les engagements qu’il a pris", a déclaré la chancelière sur la chaîne RTP à la veille de son arrivée. Une marque de confiance à l’égard du Premier ministre portugais Pedro Passos Coelho.

Le plan prévoit, entre autre, le licenciement de 125 000 fonctionnaires d’ici à 2016, de nouvelles coupes dans les salaires et les retraites, le report de l’âge de la retraite à 67 ans, des hausses d’impôts et la suppression des conventions collectives. En contrepartie, la troïka devrait débloquer d’ici à la fin du mois de novembre une nouvelle tranche d’aide de 31,5 milliards d’euros. Cette somme devait initialement être versée en juin dernier, mais les bailleurs de fonds internationaux avaient ajourné son versement, exigeant au préalable l’adoption d’un programme d’ajustement budgétaire musclé.

C’est désormais chose faite. Le Premier ministre Antonis Samaras est parvenu, en brandissant la menace du défaut de paiement, à maintenir l’union de la coalition gouvernementale, malgré des débats houleux et des manifestations monstres à l’extérieur du Parlement. Nombreux sont ceux qui, au sein même de la classe politique, doutent en effet de l’efficacité d’un nouveau tour de vis budgétaire. Les précédents ont en effet contribué à une hausse du chômage, à la multiplication des faillites, à la paupérisation de la population, et à une baisse des contributions sociales.

Les explications de la correspondante de France24



"Un pas décisif" selon Samaras

"La situation des réserves de l’État est limite. Le 16 novembre, il faut rembourser les bons du Trésor de cinq milliards d’euros", a déclaré devant les députés le ministre grec des Finances, Yannis Stournaras, dimanche 11 novembre. Ajoutant que le vote du budget 2013 allait permettre un déblocage de l’aide internationale "dans les temps". La troïka doit encore examiner les mesures prises par les députés grecs les 7 et 11 novembre avant d’autoriser le déblocage des fonds, ce qui pourrait prendre "plusieurs semaines", selon le ministre allemand des Finances Wolfgang Shäuble. En sortant du Parlement dans la nuit de dimanche à lundi, le Premier ministre Antonis Samaras s’est félicité "du pas décisif" que représente cet énième plan de rigueur. "C’est maintenant l’heure de la croissance et de la reprise", a-t-il ajouté.

Reste désormais à en convaincre une population grecque furieuse, rendue exsangue par les multiples plans de rigueur. Le 7 novembre, quelque 70 000 manifestants s’étaient réunis aux alentours de la place Syntagma, face au Parlement, dans le centre d’Athènes. Le 11, environ 15 000 personnes, selon la police, manifestaient au même endroit. "Les mesures vont passer, mais nous sommes là pour prouver qu'on ne se résigne pas", assure Olga P., 35 ans, professeur d'anglais dans un lycée public, qui a vu son salaire net mensuel réduit à 960 euros. "Ces mesures nous ramènent cinquante ans en arrière. La vie est de plus en plus dure", estime un manifestant de 75 ans, Thymios Marvistas, interrogé par Reuters.

Lundi 12 novembre, les ministres des Finances de la zone euro sont attendus à Bruxelles pour examiner la situation globale de la Grèce, son assainissement budgétaire et l’évolution de sa dette, via un rapport très attendu que la troïka pourrait rendre public à cette occasion.


 

Première publication : 12/11/2012

  • GRÈCE

    Le Parlement grec approuve de justesse un nouveau plan d'austérité

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Athènes présente un nouveau plan de rigueur sur fond de grèves tous azimuts

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Le gouvernement grec fragilisé par l'affaire de la "liste Lagarde"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)