Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

SPORT

Vendée Globe : Kito de Pavant est "maudit"

© Groupe Bel

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/11/2012

Après Marc Guillemot, Kito de Pavant est le deuxième concurrent à abandonner lors de cette 7ème édition du Vendée Globe. Son monocoque Groupe Bel a subi de gros dégâts dans une collision avec un chalutier lundi matin, au large des côtes portugaises.

"Le Vendée Globe 2012, eh bien il s'arrête, pour moi, pour Groupe Bel, pour tous les gens qui me suivaient dans cette aventure, c'est l'accident bête, trop bête, je suis désolé", a déclaré Kito de Pavant dans une vidéo postée sur le site de la course. "Par miracle, le mât est toujours en place mais j'ai plus de haubans et j'ai fait un petit gréement de fortune pour que ça tienne", a précisé le navigateur, en route vers le port de Cascais, au Portugal.

Groupe Bel a été heurté par un chalutier lundi matin vers 10h00, alors que le navigateur venait de s'endormir pour une courte sieste: "Le chalutier n'était pas sous AIS (le système qui permet à un navire d'être repéré en permanence en mer) et je dormais, ça faisait 10 minutes que je dormais", a affirmé Kito de Pavant, qui était 10e lundi matin au classement de cette course autour du monde, sans escale et sans assistance.

"Je pense que l'équipage du chalutier ne m'a pas vu non plus", a ensuite indiqué Kito de Pavant lors d'une audioconférence, précisant que son bateau -un monocoque de 60 pieds (18,28 m)- marchait à 17-18 noeuds lors de la collision.

Vidéo de Kito de Pavant après une journée de course dans le Vendée Globe



"C'est la faute à pas de chance, a-t-il ajouté. Le choc a été très violent et ça a fait un vacarme incroyable. J'ai vu que le pont était détruit, que je n'avais plus de bout-dehors ni de galhauban. Mon principal souci a été de garder le mât".

"Il est clair que le Vendée Globe, ce n'est pas pour moi ni pour Groupe Bel, a-t-il dit. Je ne sais pas ce qu'il faut faire. On est maudit".

Dossier
Lors de la précédente édition de la course, en 2008, Kito de Pavant avait démâté après 28 heures de mer avec le même bateau. "Cette fois-ci, a-t-il observé, j'ai fait à peine 48 heures".

Revenant sur les heures qui ont précédé cette collision, le skipper français a souligné qu'il avait "navigué super précautionneusement. Je suis resté (exprès) sous gennaker hier (dimanche) soir et ne suis pas passé sous spi comme Gamesa (Mike Golding). Je n'ai pas arrêté de veiller toute la nuit".

"Ce Vendée Globe, j'en avais vraiment envie. Je n'ai plus ma petite étoile, je ne sais plus où elle est", a-t-il poursuivi, manifestement très affecté. En réponse à une question, il a totalement exclu de réparer par lui-même, comme le règlement l'y autorise dès lors qu'il ne reçoit pas d'aide extérieure. "Une réparation (dans ces conditions, ndlr) est impensable. Il y a un énorme trou dans la coque. Cela va demander beaucoup de travail et de temps. Ce n'est pas imaginable".

Le Languedocien est le deuxième skipper hors course depuis le début de ce Vendée Globe samedi, après le Français Marc Guillemot (Safran), rentré dimanche aux Sables-d'Olonne, moins de 24 heures après le départ, après avoir perdu la quille de son bateau.

AFP

Première publication : 12/11/2012

  • VOILE

    Vendée Globe : Marc Guillemot abandonne après une avarie

    En savoir plus

  • VOILE

    Vendée Globe : 19 skippers à l'assaut de "l'Everest des mers"

    En savoir plus

  • VOILE

    Les skippers étrangers ont-ils une chance de gagner le Vendée Globe?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)