Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

8ème Jeux de la Francophonie: quelque 4000 athlètes réunis à Abidjan

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Claude Rich, un comédien unique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

50 Cent, rencontre avec un rappeur hors norme

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le bistrot, une tradition française qui se perd

En savoir plus

FOCUS

Irak : à Mossoul, le long chemin de la reconstruction

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le mépris de Donald Trump envers l'État de droit"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La BCE poursuit sa politique monétaire accommodante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron : la fin de l'état de grâce ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Football : la Coupe d'Afrique des nations fait sa révolution

En savoir plus

Afrique

Quatre Français meurent dans le naufrage de leur catamaran au large du Maroc

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/11/2012

Quatre plaisanciers français sont morts noyés dans le naufrage de leur catamaran, ce mardi, au large de la ville de Saïdia, dans le nord du Maroc. Un cinquième est porté disparu. Le voilier était parti de Marseille.

Quatre Français sont morts et un cinquième est porté disparu à la suite du naufrage de leur catamaran mardi au large de Saïdia, sur la côte septentrionale du Maroc, en raison des mauvais conditions météorologiques, a-t-on appris de source diplomatique française à Rabat.

Selon la même source, le naufrage a eu lieu en matinée et les quatre corps ont été retrouvés à proximité de cette ville frontalière de l'Algérie. Pour la cinquième personne, "un tout petit espoir demeure" car le canot de sauvetage n'a pas encore été repéré, a-t-on précisé.

Le voilier était parti de Marseille (sud de la France) et devait effectuer un long périple, avec escales, jusqu'au Brésil. Le skippeur était expérimenté mais les conditions étaient "très mauvaises" en ce début de semaine dans le nord-est du Maroc, a-t-on souligné de même source.

AFP

Première publication : 13/11/2012

COMMENTAIRE(S)