Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ghouta orientale : un adolescent filme le calvaire de l'intérieur

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : le malaise des producteurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le visage des sans-abri

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

Afrique

Quatre Français meurent dans le naufrage de leur catamaran au large du Maroc

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/11/2012

Quatre plaisanciers français sont morts noyés dans le naufrage de leur catamaran, ce mardi, au large de la ville de Saïdia, dans le nord du Maroc. Un cinquième est porté disparu. Le voilier était parti de Marseille.

Quatre Français sont morts et un cinquième est porté disparu à la suite du naufrage de leur catamaran mardi au large de Saïdia, sur la côte septentrionale du Maroc, en raison des mauvais conditions météorologiques, a-t-on appris de source diplomatique française à Rabat.

Selon la même source, le naufrage a eu lieu en matinée et les quatre corps ont été retrouvés à proximité de cette ville frontalière de l'Algérie. Pour la cinquième personne, "un tout petit espoir demeure" car le canot de sauvetage n'a pas encore été repéré, a-t-on précisé.

Le voilier était parti de Marseille (sud de la France) et devait effectuer un long périple, avec escales, jusqu'au Brésil. Le skippeur était expérimenté mais les conditions étaient "très mauvaises" en ce début de semaine dans le nord-est du Maroc, a-t-on souligné de même source.

AFP

Première publication : 13/11/2012

COMMENTAIRE(S)