Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise au Burundi : regain de violences à Bujumbura

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Boko Haram au Nigeria : 2 nouvelles attaques font 150 morts.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Égypte face à Daesh

En savoir plus

POLITIQUE

Crise grecque : l'Europe dans la tourmente

En savoir plus

POLITIQUE

Terrorisme : quelles réponses face à la menace ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les druzes pris dans le tourbillon de la guerre en Syrie

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Crise grecque : la France et l'Allemagne auraient dû montrer l'exemple, selon Jean-Dominique Giuliani

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"À l'affiche !" à Paris : de la Préhistoire au musée du Louvre

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : Boko Haram, fléau du Nigeria

En savoir plus

Afrique

Quatre Français meurent dans le naufrage de leur catamaran au large du Maroc

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/11/2012

Quatre plaisanciers français sont morts noyés dans le naufrage de leur catamaran, ce mardi, au large de la ville de Saïdia, dans le nord du Maroc. Un cinquième est porté disparu. Le voilier était parti de Marseille.

Quatre Français sont morts et un cinquième est porté disparu à la suite du naufrage de leur catamaran mardi au large de Saïdia, sur la côte septentrionale du Maroc, en raison des mauvais conditions météorologiques, a-t-on appris de source diplomatique française à Rabat.

Selon la même source, le naufrage a eu lieu en matinée et les quatre corps ont été retrouvés à proximité de cette ville frontalière de l'Algérie. Pour la cinquième personne, "un tout petit espoir demeure" car le canot de sauvetage n'a pas encore été repéré, a-t-on précisé.

Le voilier était parti de Marseille (sud de la France) et devait effectuer un long périple, avec escales, jusqu'au Brésil. Le skippeur était expérimenté mais les conditions étaient "très mauvaises" en ce début de semaine dans le nord-est du Maroc, a-t-on souligné de même source.

AFP

Première publication : 13/11/2012

COMMENTAIRE(S)