Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violence au Burundi : la crainte de l'escalade

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tour d'horizon des initiatives d'aide aux migrants et réfugiés qui sont lancées en France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants : L'Europe indignée, l'Europe impuissante ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La crise des ordures au Liban : un raz-le-bol exacerbé

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses du palais de l'Élysée

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : quelle est l'influence de l'extrême droite ?

En savoir plus

TECH 24

IFA 2015 : retour vers le futur

En savoir plus

MODE

Quand la lingerie triomphe !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : avec les migrants face au "rideau de fer" hongrois

En savoir plus

Afrique

Quatre Français meurent dans le naufrage de leur catamaran au large du Maroc

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/11/2012

Quatre plaisanciers français sont morts noyés dans le naufrage de leur catamaran, ce mardi, au large de la ville de Saïdia, dans le nord du Maroc. Un cinquième est porté disparu. Le voilier était parti de Marseille.

Quatre Français sont morts et un cinquième est porté disparu à la suite du naufrage de leur catamaran mardi au large de Saïdia, sur la côte septentrionale du Maroc, en raison des mauvais conditions météorologiques, a-t-on appris de source diplomatique française à Rabat.

Selon la même source, le naufrage a eu lieu en matinée et les quatre corps ont été retrouvés à proximité de cette ville frontalière de l'Algérie. Pour la cinquième personne, "un tout petit espoir demeure" car le canot de sauvetage n'a pas encore été repéré, a-t-on précisé.

Le voilier était parti de Marseille (sud de la France) et devait effectuer un long périple, avec escales, jusqu'au Brésil. Le skippeur était expérimenté mais les conditions étaient "très mauvaises" en ce début de semaine dans le nord-est du Maroc, a-t-on souligné de même source.

AFP

Première publication : 13/11/2012

COMMENTAIRE(S)