Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Le nucléaire iranien et Jérusalem sous tension après l’attaque contre une synagogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les filières jihadistes en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Urgence sécheresse

En savoir plus

#ActuElles

En finir avec les violences faites aux femmes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le président Ouattara exige des militaires un retour au calme

En savoir plus

Moyen-orient

Les travaux débutent pour ouvrir la tombe de Yasser Arafat

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/11/2012

Les excavations de la tombe de Yasser Arafat ont commencé ce mardi. Les juges français chargés d'enquêter sur sa mort doivent prélever des échantillons sur la dépouille du chef palestinien pour déterminer s'il a été empoisonné au polonium ou non.

Après des mois d'atermoiements, les excavations de la tombe du chef historique palestinien Yasser Arafat, en vue de prélèvements sur sa dépouille pour élucider sa mort, ont commencé mardi.

"Ils ont commencé aujourd'hui à enlever du ciment et de la pierre du mausolée d'Arafat et les travaux continueront pendant au moins 15 jours", a affirmé une source proche de la famille sous le couvert de l'anonymat, indiquant que le chantier se déroulerait en plusieurs phases.

"Les opérations se poursuivront jusqu'à atteindre la couche de terre qui recouvre le corps et ne sera enlevée qu'à l'arrivée des juges français, des experts suisses et des enquêteurs russes", a-t-on souligné de source officielle palestinienne sous le couvert de l'anonymat.

Depuis lundi, de grandes bâches ont été installées autour du mausolée d'Arafat, dissimulant la tombe aux regards, ainsi qu'à celle des entrées de la Mouqataa, siège de la présidence à Ramallah, qui y conduit.

"Eu égard au statut d'Arafat et au caractère sacré de sa dépouille, il sera catégoriquement interdit à la presse de le photographier", a précisé une source proche de la famille.

Le chef de la commission d'enquête palestinienne sur la mort d'Arafat, Taoufiq Tiraoui, avait annoncé lundi que "le mausolée d'Arafat avait été fermé à titre de mesure préliminaire à l'enquête", sans autre indication.

Les juges français chargés d'une enquête pour assassinat de Yasser Arafat et les experts du laboratoire suisse qui a découvert du polonium sur des échantillons biologiques à partir d'effets personnels du défunt doivent réaliser des prélèvements sur sa dépouille le 26 novembre, ce qui implique une exhumation.

Une commission rogatoire internationale a été délivrée pour permettre aux juges français de se rendre à l'étranger, notamment à Ramallah, a-t-on appris mardi de source française proche du dossier.

"Décès mystérieux"


Selon le site internet de l'hebodmadaire français L'Express, qui dit avoir eu connaissance de la commission rogatoire internationale, les juges se rendront à Ramallah du 25 novembre au 1er décembre, accompagnés de policiers et d'un médecin légiste, pour exhumer et transférer le corps dans un institut médico-légal.

Les juges veulent également récupérer des vêtements d'Arafat ainsi qu'identifier et entendre les personnes qui l'ont approché en 2004 jusqu'à son départ le 29 octobre pour la France, selon le journal.

Le président palestinien Mahmoud Abbas s'est prononcé publiquement dimanche en faveur d'une exhumation de Yasser Arafat pour élucider son "décès mystérieux" dans un hôpital militaire français le 11 novembre 2004, dévoilant des contacts avec la Russie à cette fin.

"Nous sommes actuellement en contact avec les enquêteurs français, les experts suisses, ainsi que le gouvernement russe, pour ouvrir le mausolée du président Yasser Arafat", a déclaré M. Abbas dans un discours à l'occasion du huitième anniversaire de sa mort.

Le neveu du défunt et président de la fondation Yasser Arafat, Nasser al-Qidwa, a réitéré samedi son rejet d'une exhumation, condamnant une "idée détestable", lors d'un discours à l'occasion des commémorations.

Selon Nasser al-Qidwa, qui se dit depuis depuis des années persuadé qu'Arafat a été empoisonné par Israël, la découverte de polonium a apporté la preuve qui manquait jusqu'alors. "Il n'y pas besoin de preuve supplémentaire, mais de poursuivre les assassins et leurs complices", a-t-il estimé.

La thèse d'un empoisonnement a regagné du crédit après la diffusion en juillet d'un documentaire d'Al-Jazeera révélant la présence de quantités anormales de polonium sur des effets personnels de Yasser Arafat confiés par sa veuve, Souha, à la chaîne qatarie qui les a fait analyser par un laboratoire suisse.

AFP

Première publication : 13/11/2012

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Mahmoud Abbas se dit favorable à l'exhumation du corps de Yasser Arafat

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Les juges français autorisés à enquêter à Ramallah sur la mort d’Arafat

    En savoir plus

  • FRANCE

    Un document remet en cause l’empoisonnement au polonium de Yasser Arafat

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)