Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne suspend son offensive dans l'Est

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

  • Nigeria : nouvel attentat-suicide perpétré par une femme à Kano

    En savoir plus

FRANCE

Les femmes de soldats français montent au front en se dénudant

© capture d'écran Facebook

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 14/11/2012

Pour protester contre le retard du versement des soldes de milliers de militaires, leurs épouses ont relancé la page Facebook "Un paquet de Gauloises en colère" créée il y a un an. Elles prennent la pose, à moitié nues, pour défendre leurs hommes.

"Quand la France a besoin de toi, tu y vas, mais quand elle ne te paie pas, on fait quoi ?" Les femmes de soldats français en ont plein le dos. Plein le dos que leur conjoint, militaires au sein de l’Armée de Terre, n’ait plus touché un centime depuis des mois. Plein le dos de Louvois, ce logiciel défectueux chargé de centraliser le système des paies interarmées, à l’origine de ces erreurs de comptabilité.

Elles ont donc décidé de prendre les devants. Exit la méthode douce des manifestations et des marches pacifiques "qui n’ont servi à rien" et place à la méthode choc : la nudité. En s'exposant à moitié nu, le dos recouvert d’un message, sur une page Facebook intitulée "Un paquet de Gauloises en colère", elles espèrent frapper un grand coup et alerter l’opinion publique sur leurs situations financières "désastreuses".

"Pour Noël, c’est eau et pain sec. Joyeux Noël papa, on t’aime" peut-on lire sur le dos de l’une d’elles. "Vivre dignement, est-ce trop demander à l’État ? Qu’on te paye ton dû régulièrement", peut-on déchiffrer sur une photo.

Lancé il y a un an, mais sans grand succès, le mouvement "Un paquet de Gauloises en colère" connaît aujourd'hui une nouvelle vie. "À cette époque, peu de militaires étaient touchés par le dysfonctionnement de Louvois. Mais, depuis le mois d'octobre 2012, les victimes du logiciel se sont multipliés, la page a pris de l’ampleur, beaucoup d’ampleur", confie Virginie, une photographe, femme de militaire, contactée par FRANCE 24 et qui a contribué à l’élaboration de la page.

En quelques mois, les membres se sont en effet multipliés. Au 13 novembre, la page comptait plus de 17 000 adhérents. Parmi eux, de simples soutiens, mais surtout - et sans surprise - de nombreuses concubines, exaspérées par la situation. "Certaines n’ont pas les moyens de régler leurs factures ou leur loyer. J’ai même donné des vêtements de bébé à une femme parce qu’elle n’a pas les moyens d’en acheter !", confie Virginie.

Détail cocasse, l’idée de faire poser ces femmes dénudées et de dos est partie d’un homme. Un ancien militaire qui s’est inspiré d’une campagne américaine similaire dans laquelle des femmes de GI posent nues contre les blessures de guerre de leurs conjoints. "On s’est dit, ‘nous aussi on peut faire la même chose’", explique Virginie.

La page, victime de son succès, n’est pas vraiment du goût des autorités. Se mettre à nu, c’est aussi se mettre à dos les autorités. "On a subi des pressions de là-haut, on nous a demandé de retirer la page parce qu’elle portait atteinte à l’image de l’armée", continue la jeune photographe. "Mais nous ne comptons pas céder à leurs intimidations. Nous, les femmes de militaires, nous ne sommes pas tenues au devoir de réserve. Nous avons le droit de manifester notre colère, le droit de ne pas être anonyme", ajoute-t-elle. C’est d’ailleurs pour cette raison que Virginie n’a pas posé sur Facebook. "J’assume mes paroles, je ne veux pas me cacher. Je ne montre pas mon dos, quand j’ai quelque chose à dire, je préfère regarder mon interlocuteur droit dans les yeux."

Première publication : 13/11/2012

  • FRANCE

    Soldes dans l'armée : "Mon mari n'a pas reçu un centime en deux mois"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Quand l'armée française ne paie plus ses soldats...

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)