Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

FRANCE

François Hollande : "J'ai fait mes choix et je m'y tiens"

© AFP

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/11/2012

François Hollande a tenu sa première conférence de presse mardi 13 novembre à l'Élysée. Droit de vote des étrangers, TVA, déficit de la France, situation en Syrie, crise au Mali... Le président a évoqué de nombreux sujets. Récapitulatif.

  • Situation au Mali

La France n'interviendra "en aucun cas" elle-même au Mali, a affirmé François Hollande, rappelant que Paris s'était engagé à "soutenir logistiquement" les pays africains pour mettre un terme à l'occupation du nord du Mali par des "groupes terroristes". Le président a en effet souligné que l'occupation du nord du pays par des groupes terroristes était "suffisamment grave pour que la France puisse aider les Africains à s'organiser face à cette menace".

Quant à la situation des otages au Mali, il faut "tout faire pour que la France puisse obtenir la libération de ces ressortissants", a-t-il assuré, reconnaissant toutefois que "la situation est très difficile". Il a également déclaré que "c'est le moment" de les libérer.

  • La guerre en Syrie

François Hollande a annoncé que la France reconnaissait la Coalition nationale syrienne "comme la seule représentante du peuple syrien" : "J'annonce ici que la France reconnaît la Coalition nationale syrienne comme la seule représentante du peuple syrien et donc comme le futur gouvernement provisoire de la Syrie démocratique", a-t-il déclaré.

  • Le désendettement

C’est la priorité du gouvernement. "J'ai fait le choix du désendettement à marche forcée pour le rétablissement des comptes publics", a déclaré le président. "Le budget 2013 est la première étape de la réforme fiscale à laquelle je me suis engagé." L'objectif est de réduire les dépenses de 50 milliards d'euros sur cinq ans : "Nous devons être capables de faire mieux en dépensant moins".

Si la réduction de la dette est la première phase du redressement, la seconde, c'est la compétitivité. Derrière ce mot, il y a "l'emploi", a-t-il martelé. François Hollande a donc pointé que sa "mission" était de "redresser la croissance" et de "réduire le chômage", et a demandé à être "jugé" sur "ces seuls résultats".

  • Hausse de la TVA

Pour expliquer la hausse de la TVA de 19,6% à 20 %, le président a préféré le terme de "restructuration". Alors que la droite l’accuse de reprendre la TVA sociale de Sarkozy, Hollande s’en défend. "J’ai annulé celle qui me paraissait injuste pour renvoyer à 2014 une modernisation des taux de TVA", a-t-il plaidé en assurant que la TVA dans la restauration serait fixée à 10% "une fois pour toute".

  • Droit de vote des étrangers

Le texte sur le droit de vote des étrangers aux élections locales "ne sera déposé que si la perspective de son adoption est réunie", a affirmé François Hollande. En d’autres termes, le président n'engagera cette réforme que s'il est assuré d'avoir une majorité des 3/5e au Parlement. Le président a également indiqué qu'il ne comptait pas recourir "aujourd'hui" au référendum pour faire adopter le droit de vote des étrangers aux élections locales.

  • Le cas Aurore Martin

François Hollande a affirmé qu'"à aucun moment" l'exécutif français n'était intervenu dans la remise à l'Espagne de la militante basque Aurore Martin. Elle a été arrêtée le 1er novembre par la gendarmerie lors d'un contrôle "fortuit", puis remise à l'Espagne en vertu d'un "mandat d'arrêt européen", a assuré le président, ajoutant que ni lui ni aucun ministre n'était intervenu dans cette affaire.

  • Mariage gay

"C'est une proposition qui a été faite depuis plusieurs années et que j'ai portée durant la campagne présidentielle, j'ai donc demandé à ce que le gouvernement prépare un projet de loi qui ouvrira la possibilité du mariage aux couples homosexuels et dans certaines conditions l'adoption", a expliqué le chef de l'État.

François Hollande a estimé que ce projet était "un texte de liberté" et pas "un texte de division". Il s'est également montré sceptique à l'idée que la droite revienne dessus en cas d'alternance.
 

Première publication : 13/11/2012

  • FRANCE

    Ce que Twitter a retenu du grand oral de François Hollande

    En savoir plus

  • FRANCE

    Hollande entend redorer son image de président

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)