Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

SUR LE NET

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu ?" : décryptage d’un phénomène

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

L'UMP en crise : entre dette et règlements de compte

En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Brésil - Allemagne : "Les joueurs brésiliens ont souillé un maillot sacré"

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Le Hamas vise Jérusalem et Tel-Aviv, Israël poursuit ses raids

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

  • Au 30 juin, la dette de l’UMP a atteint 74,5 millions d’euros

    En savoir plus

  • Pour Kiev, "la 'libération' de Donetsk risque de poser des problèmes"

    En savoir plus

  • Somalie : un assaut shebab sur le palais présidentiel repoussé

    En savoir plus

Moyen-orient

Ahmad al-Assir, le salafiste qui veut en découdre avec le Hezbollah

© AFP

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 14/11/2012

La tension monte à Saïda, dans le sud du Liban, où des partisans de l'imam salafiste Ahmad al-Assir, qui défie ouvertement depuis quelques mois le Hezbollah, ont été tués dans des heurts avec des membres du parti chiite.

"Je jure par Allah que toi, Nasrallah, je ne te laisserai pas dormir la nuit si tu ne te décides pas à mieux te comporter avec nous [les sunnites]. Je vais t’en faire payer le prix. Cela ne fait que commencer." L’homme qui a osé menacer de la sorte, il y a quelques mois, le leader du Hezbollah chiite est un imam salafiste, le cheikh Ahmad al-Assir.

Encore inconnu au début de l’année, ce religieux désormais ultra-médiatisé s’est fait connaître en défiant ouvertement le puissant mouvement politico-militaire chiite depuis son fief de Saïda (sud), la troisième ville du Liban. Notamment en organisant des sit-in pacifiques appelant au désarmement du parti de Hassan Nasrallah. Dans un entretien accordé en juin au quotidien francophone "L’Orient-le-Jour", l’imam sunnite déclarait : "Je n’accepterai plus l’hégémonie d’un groupe armé qui nous menace, parle de couper les mains [...] et qui nous accuse ensuite d’être des traîtres en s’en prenant à nos dignitaires religieux et à notre dignité".
 
Affrontements meurtriers à cause d’affiches du Hezbollah
 
Dimanche 11 novembre, une altercation entre des partisans du cheikh et des membres du parti chiite a dégénéré en un affrontement armé qui a fait trois morts et sept blessés. Motif de la dispute : des affiches à la gloire du mouvement pro-iranien dans la ville de Saïda et ses alentours. Le cheikh al-Assir avait lancé un ultimatum aux partisans du Hezbollah pour les enlever. Le religieux salafiste "refuse désormais la présence dans la ville du Hezbollah qui tue nos frères en Syrie et qui vient d’assassiner [le général] Wissam el-Hassan à Beyrouth [le 19 octobre dans un attentat à Beyrouth, nflr]", rapporte "L’Orient-le-Jour".
 
Constatant que les affiches, perçues comme "une provocation", étaient toujours en place malgré l'appel du cheikh, les partisans de l’imam radical ont alors déchiré un portrait de Hassan Nasrallah, déclenchant les accrochages meurtriers. Le ministre de l’Intérieur, Marwan Charbel, interrogé par "L’Orient-le-Jour", a renvoyé les deux parties dos à dos : "Elles se sont provoquées mutuellement, le Hezbollah en s’entêtant à maintenir les affiches et cheikh al-Assir en se rendant dans une zone à forte majorité chiite". Depuis, un important dispositif sécuritaire a été mis en place dans la ville portuaire, où deux des victimes, des partisans du cheikh salafiste, ont été enterrés près d’un rond-point, en pleine ville.
 
"S’ils nous obligent à nous armer, nous nous armerons"
 
Et pour cause, les autorités libanaises, qui ont multiplié les appels au calme, redoutent que la situation ne dégénère dans un pays multiconfessionnel déjà sous tension et divisé au sujet du conflit syrien, entre partisans majoritairement chiites et adversaires sunnites du président Bachar al-Assad. "Les provocations répétées d’al-Assir à l’égard du Hezbollah peuvent finir par radicaliser les esprits et provoquer des incidents bien plus graves dans l’ensemble du pays", explique à FRANCE 24 une source sécuritaire, jointe au téléphone à Beyrouth.
 
Le cheikh salafiste Ahmad al-Assir (en bas à gauche) entouré d'hommes en armes, lors des funérailles de ses deux partisans tués dans des heurts avec des membres du Hezbollah le 11 novembre près de Saïda. (@AFP)
Selon cette source, qui a requis l’anonymat, le cheikh surfe sur la frustration de la rue sunnite qui se sent marginalisée par l’omnipotence de leurs rivaux chiites incarnée par l’arsenal du Hezbollah. En outre, la mainmise de celui-ci sur le gouvernement illustre l’absence de leadership au sein de la communauté sunnite. "Même si une majorité de Libanais est d’accord avec lui sur la nécessité de désarmer le Hezbollah, sa méthode n’est pas bonne car elle exacerbe les tensions, explique le responsable sécuritaire. Heureusement que ses partisans ne sont pas très nombreux et que le Hezbollah se montre patient à son égard." Jusqu’ici, le parti chiite s’est gardé de répondre à la défiance d’al-Assir.
 
S’il avait coutume d’affirmer que le jihad qu’il mène contre les armes du Hezbollah ne passe pas nécessairement par un combat militaire, mais plutôt par le verbe, l’imam salafiste s’est affiché, lors des funérailles de ses partisans, aux côtés d’hommes armés de Kalachnikov. Et il semble ne pas compter en rester là. "S’ils nous obligent à nous armer, nous nous armerons", aurait-il déclaré dimanche dans la mosquée Bilal ben Rabah dont il est l’imam, selon des propos rapportés par les médias.
 
À l’approche de la fête chiite de l’Achoura, qui commémore le 24 novembre le meurtre de l'imam Hussein, petit-fils du prophète Mahomet et principale figure religieuse de cette communauté, la tension promet d’être vive au Liban et précisément à Saïda.

 

Première publication : 13/11/2012

  • DIPLOMATIE

    François Hollande apporte son soutien au Liban menacé par la crise syrienne

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Sous tension, le Liban tente d’éviter l’embrasement

    En savoir plus

  • "Liban, le spectre de la guerre"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)