Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : la Syrie, alliée inévitable ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, Ukraine, UE... le cap diplomatique de François Hollande

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président du Parlement nigérien inquiété dans une affaire de trafic de bébés

En savoir plus

SUR LE NET

"L'Ice Bucket Challenge" détourné par un acteur américain

En savoir plus

SUR LE NET

Des militants anti-avortement s'opposent au " Ice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Honduras : ces enfants qui fuient leur pays au péril de leurs vies

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Garrigues, historien et spécialiste d'histoire politique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Birdman" en ouverture de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

À Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

  • Ukraine : le "double jeu dangereux" de Vladimir Poutine

    En savoir plus

  • Syrie : 43 casques bleus capturés par un groupe armé dans le Golan

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG hérite de Barcelone, Monaco de Benfica

    En savoir plus

  • La jeune garde des économistes français impressionne le FMI

    En savoir plus

  • En images : des millions de criquets envahissent Antananarivo

    En savoir plus

  • Des pirates russes “patriotes” à l’assaut de banques américaines ?

    En savoir plus

  • Kiev assure que des troupes russes sont entrées sur son territoire

    En savoir plus

  • Netflix prépare "Marseille", un "House of Cards" aux accents provençaux

    En savoir plus

  • Cristiano Ronaldo, sacré meilleur joueur européen de l'année

    En savoir plus

  • L’OMS s’attend à plus de 20 000 cas d'Ebola en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Brad Pitt et Angelina Jolie se sont mariés dans leur château en France

    En savoir plus

  • Vidéo : à Paris, les coiffeuses sans-papiers de Château d'eau se rebellent

    En savoir plus

  • Israël-Palestine, Libye, Russie... Ce que préconise François Hollande

    En savoir plus

  • La Française Clarisse Agbegnenou championne du monde de judo

    En savoir plus

  • Matignon dément toute intention de toucher aux 35 heures

    En savoir plus

Moyen-orient

Ahmad al-Assir, le salafiste qui veut en découdre avec le Hezbollah

© AFP

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 14/11/2012

La tension monte à Saïda, dans le sud du Liban, où des partisans de l'imam salafiste Ahmad al-Assir, qui défie ouvertement depuis quelques mois le Hezbollah, ont été tués dans des heurts avec des membres du parti chiite.

"Je jure par Allah que toi, Nasrallah, je ne te laisserai pas dormir la nuit si tu ne te décides pas à mieux te comporter avec nous [les sunnites]. Je vais t’en faire payer le prix. Cela ne fait que commencer." L’homme qui a osé menacer de la sorte, il y a quelques mois, le leader du Hezbollah chiite est un imam salafiste, le cheikh Ahmad al-Assir.

Encore inconnu au début de l’année, ce religieux désormais ultra-médiatisé s’est fait connaître en défiant ouvertement le puissant mouvement politico-militaire chiite depuis son fief de Saïda (sud), la troisième ville du Liban. Notamment en organisant des sit-in pacifiques appelant au désarmement du parti de Hassan Nasrallah. Dans un entretien accordé en juin au quotidien francophone "L’Orient-le-Jour", l’imam sunnite déclarait : "Je n’accepterai plus l’hégémonie d’un groupe armé qui nous menace, parle de couper les mains [...] et qui nous accuse ensuite d’être des traîtres en s’en prenant à nos dignitaires religieux et à notre dignité".
 
Affrontements meurtriers à cause d’affiches du Hezbollah
 
Dimanche 11 novembre, une altercation entre des partisans du cheikh et des membres du parti chiite a dégénéré en un affrontement armé qui a fait trois morts et sept blessés. Motif de la dispute : des affiches à la gloire du mouvement pro-iranien dans la ville de Saïda et ses alentours. Le cheikh al-Assir avait lancé un ultimatum aux partisans du Hezbollah pour les enlever. Le religieux salafiste "refuse désormais la présence dans la ville du Hezbollah qui tue nos frères en Syrie et qui vient d’assassiner [le général] Wissam el-Hassan à Beyrouth [le 19 octobre dans un attentat à Beyrouth, nflr]", rapporte "L’Orient-le-Jour".
 
Constatant que les affiches, perçues comme "une provocation", étaient toujours en place malgré l'appel du cheikh, les partisans de l’imam radical ont alors déchiré un portrait de Hassan Nasrallah, déclenchant les accrochages meurtriers. Le ministre de l’Intérieur, Marwan Charbel, interrogé par "L’Orient-le-Jour", a renvoyé les deux parties dos à dos : "Elles se sont provoquées mutuellement, le Hezbollah en s’entêtant à maintenir les affiches et cheikh al-Assir en se rendant dans une zone à forte majorité chiite". Depuis, un important dispositif sécuritaire a été mis en place dans la ville portuaire, où deux des victimes, des partisans du cheikh salafiste, ont été enterrés près d’un rond-point, en pleine ville.
 
"S’ils nous obligent à nous armer, nous nous armerons"
 
Et pour cause, les autorités libanaises, qui ont multiplié les appels au calme, redoutent que la situation ne dégénère dans un pays multiconfessionnel déjà sous tension et divisé au sujet du conflit syrien, entre partisans majoritairement chiites et adversaires sunnites du président Bachar al-Assad. "Les provocations répétées d’al-Assir à l’égard du Hezbollah peuvent finir par radicaliser les esprits et provoquer des incidents bien plus graves dans l’ensemble du pays", explique à FRANCE 24 une source sécuritaire, jointe au téléphone à Beyrouth.
 
Le cheikh salafiste Ahmad al-Assir (en bas à gauche) entouré d'hommes en armes, lors des funérailles de ses deux partisans tués dans des heurts avec des membres du Hezbollah le 11 novembre près de Saïda. (@AFP)
Selon cette source, qui a requis l’anonymat, le cheikh surfe sur la frustration de la rue sunnite qui se sent marginalisée par l’omnipotence de leurs rivaux chiites incarnée par l’arsenal du Hezbollah. En outre, la mainmise de celui-ci sur le gouvernement illustre l’absence de leadership au sein de la communauté sunnite. "Même si une majorité de Libanais est d’accord avec lui sur la nécessité de désarmer le Hezbollah, sa méthode n’est pas bonne car elle exacerbe les tensions, explique le responsable sécuritaire. Heureusement que ses partisans ne sont pas très nombreux et que le Hezbollah se montre patient à son égard." Jusqu’ici, le parti chiite s’est gardé de répondre à la défiance d’al-Assir.
 
S’il avait coutume d’affirmer que le jihad qu’il mène contre les armes du Hezbollah ne passe pas nécessairement par un combat militaire, mais plutôt par le verbe, l’imam salafiste s’est affiché, lors des funérailles de ses partisans, aux côtés d’hommes armés de Kalachnikov. Et il semble ne pas compter en rester là. "S’ils nous obligent à nous armer, nous nous armerons", aurait-il déclaré dimanche dans la mosquée Bilal ben Rabah dont il est l’imam, selon des propos rapportés par les médias.
 
À l’approche de la fête chiite de l’Achoura, qui commémore le 24 novembre le meurtre de l'imam Hussein, petit-fils du prophète Mahomet et principale figure religieuse de cette communauté, la tension promet d’être vive au Liban et précisément à Saïda.

 

Première publication : 13/11/2012

  • DIPLOMATIE

    François Hollande apporte son soutien au Liban menacé par la crise syrienne

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Sous tension, le Liban tente d’éviter l’embrasement

    En savoir plus

  • "Liban, le spectre de la guerre"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)