Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Surpopulation, discrimination… Le système carcéral américain à l’heure de la réforme

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

La campagne électorale menace-t-elle la reprise ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'écrivain Yasmina Khadra, amoureux de Cuba

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Dilma Roussef : discours émouvant, mais sans plus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Présidentielle 2017 : "des patrons sans illusion"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Dissimulation fiscale : Apple pourrait écoper d’une amende record

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Jean-Pierre Chevènement embourbé dans les gaffes

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libreville retient son souffle dans l'attente des résultats de la présidentielle

En savoir plus

LE DÉBAT

"Islam de France" : l'équation à résoudre du gouvernement (partie 2)

En savoir plus

SPORT

Michel Desjoyeaux : "Jules Verne n'a qu'à bien se tenir !"

© AFP

Texte par Sylvain MORNET

Dernière modification : 13/11/2012

L’unique double vainqueur du Vendée Globe, Michel Desjoyeaux, s’est confié à FRANCE 24 sur la 7e édition de "l’Éverest des mers". Selon lui, le vainqueur du Vendée Globe 2012-2013 a de grandes chances de finir son tour du monde en moins de 80 jours.

Le Français Michel Desjoyeaux n’est pas surnommé "Le Professeur" pour rien. Avec plus de 25 victoires à son actif, dont un doublé dans le Vendée Globe (2000-2001 et 2008-2009), le skipper de Port-la-Forêt possède l’un des plus beaux palmarès de la voile française.

Dossier

Vainqueur de la dernière édition de "l’Éverest des mers" en 84 jours, 3 heures et 9 minutes (record de l’épreuve), Desjoyeaux n’a pas souhaité prendre le départ de cette 7e édition, privilégiant les courses en multicoques sur le tout nouveau circuit MOD70.

Pour autant, l’unique double vainqueur de la course mythique autour du monde en solitaire et sans escale garde un œil éclairé sur cette 7e édition qu’il décrypte pour FRANCE 24. Entretien.


FRANCE 24 : Ressentez-vous un pincement au cœur de ne pas participer à ce Vendée Globe ?

Michel Desjoyeaux : Non, pas du tout. Si j’avais voulu être là cette année comme concurrent, j’aurais essayé. Si je suis là en spectateur, c’est un choix. Cela me permet d’être détendu et ça me va très bien.

Dans une course comme celle là, "l’Éverest des mers", est-ce que l’expérience fait la différence par rapport à la jeunesse des concurrents qui effectuent leur premier Vendée Globe ?

M.D. : Si vous regardez dans l’histoire du Vendée Globe, il y a six vainqueurs dont trois qui ont gagné lors de leur première participation : Titouan Lamazou en 1990 lors de la première édition, moi-même en 2001 et enfin Vincent Riou en 2005.

Ce n’est pas du tout incompatible d’être un bizut et de gagner un Vendée Globe. Maintenant, c’est certain que l’expérience aide même si, quelque part, la fougue de la jeunesse, le plaisir de la découverte peuvent aussi devenir une force. Un soupçon d’inconscience, notamment dans les mers du sud, n’est pas forcément nuisible.

Ces mers du sud que l’on dit redoutables, dangereuses, est-ce vraiment un endroit à part ?

M.D. : C’est un endroit à part car la main de l’homme y met rarement les pieds (sic) ! Il n’y a quasiment que les concurrents du Vendée Globe qui y vont avec des bateaux à voile.

C’est hostile, rien n’arrête les vagues de l’océan. J’ai tendance à dire que c’est fascinant mais qu’il ne faut pas être grisé. Il faut être prudent, tout en étant capable d’aller vite. Il faut accepter d’aller suffisamment rapidement pour éviter de se faire rattraper et malmener par les vagues. Et ce n’est pas toujours facile à admettre et à comprendre.


Le Vendée Globe, est-ce l’homme contre la nature ?

M.D. : L’homme contre la nature sûrement pas, parce que l’homme est sûr de perdre. L’homme avec la nature bien évidemment ; avec lui-même surtout. Si l’homme est en bagarre contre lui-même, il ne va pas s’en sortir et cela va être terrible.

Quels sont vos favoris ?

M. D. : J’ai donné quatre noms dans le désordre : Vincent Riou (PRB), Armel Le Cléac’h (Banque populaire), François Gabart (Macif), Jérémie Beyou (Maître CoQ). Cela ne veut pas dire que j’ai bon, mais il faut se jeter à l’eau. Je crois qu’il y aussi de redoutables outsiders comme Jean-Pierre Dick (Vibarc-Paprec 3), Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat) et Mike Golding (Gamesa). On ne sait pas encore qui va sortir du chapeau. Le résultat, on l’aura dans trois mois.


Justement, en combien de temps pensez-vous que le vainqueur va gagner ce Vendée Globe ?

M. D : Je pense que Jules Verne n’a qu’à bien se tenir ! Mais, l’essentiel, c’est d’arriver avant le deuxième !

Carte du Vendée Globe 2012-2013

Première publication : 13/11/2012

  • VOILE

    Vendée Globe : Kito de Pavant est "maudit"

    En savoir plus

  • VOILE

    Vendée Globe : Marc Guillemot abandonne après une avarie

    En savoir plus

  • VOILE

    Vendée Globe : 19 skippers à l'assaut de "l'Everest des mers"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)