Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Les drones, des jouets qui peuvent être dangereux

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile témoigne de la tempête de neige aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Le nucléaire iranien et Jérusalem sous tension après l’attaque contre une synagogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les filières jihadistes en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Urgence sécheresse

En savoir plus

SPORT

Romain Grosjean : "Il y a beaucoup de similitudes entre la F1 et la voile"

© AFP

Texte par Sylvain MORNET

Dernière modification : 13/11/2012

Le pilote de Formule 1 Romain Grosjean est le parrain du benjamin de la 7e édition du Vendée Globe, Louis Burton (Bureau Vallée). FRANCE 24 a rencontré le pilote lors du départ de la course aux Sables d’Olonne le 10 novembre.

Romain Grosjean s’est accordé une pause entre le Grand Prix de Formule 1 d'Abu Dhabi et celui des États-Unis. Le pilote Lotus a en effet participé samedi 10 novembre au départ de la 7e édition du Vendée Globe depuis les Sables d’Olonne, en tant que parrain du skipper Louis Burton.

Grand amateur de sport automobile et de Formule 1 en particulier, le benjamin (27 ans) de ce Vendée Globe 2012/2013 a en effet demandé à Romain Grosjean de le parrainer pour son tour du monde. Visiblement ravi de cette nouvelle expérience, Romain Grosjean a accepté de répondre aux questions de FRANCE 24.

Quelles sont les similitudes entre Louis Burton et vous ?

Romain Grosjean : Nous avons beaucoup de similitudes avec Louis et il y a beaucoup de points communs entre la voile et la F1. Nous avons pratiquement le même âge (27 ans, ndlr). Il est seul avec sa machine, en F1 c’est pareil. Son monocoque est en carbone et il doit utiliser au mieux le vent dans les voiles. Du côté de la Formule 1, c’est aussi du carbone et nous essayons d’utiliser de la meilleure façon possible le vent dans les ailerons. Il y a vraiment beaucoup de choses en commun. Il y a aussi le goût de la compétition, le goût du risque.

Selon vous, qu’apporte la jeunesse dans une telle épreuve ?

R. G. : Cela amène de la fraîcheur et du renouveau. C’est vrai qu’il s’agit d’un challenge où l’expérience est importante, mais Louis a la force de la jeunesse, l’envie. Il part dans cette aventure extraordinaire avec l’objectif d’aller au bout. Je le suivrai du début à la fin en étant à fond derrière lui.

Comment est-on perçu lorsque l’on est le benjamin d’une épreuve ?

R. G. : Louis est plutôt bien accueilli. Les gens sont sympas avec lui et se disent que ça fait du bien d’avoir de nouvelles têtes. On aime ça aussi en F1. Les fans qui suivent la discipline aiment voir que de nouvelles personnes entrent dans le milieu.

Louis est-il une "tête brûlée" en tentant un challenge comme celui-là ?

R. G. : Non, je ne crois pas. Il est passionné. C’est dur pour ses proches, mais il aime ça. Il est très doué et j’espère qu’il ira au bout. 

Première publication : 13/11/2012

  • VENDÉE GLOBE

    Michel Desjoyeaux : "Jules Verne n'a qu'à bien se tenir !"

    En savoir plus

  • VOILE

    Vendée Globe : Kito de Pavant est "maudit"

    En savoir plus

  • VOILE

    Vendée Globe : 19 skippers à l'assaut de "l'Everest des mers"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)