Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

EUROPE

En Espagne et en Italie, les manifestations anti-austérité tournent à l'affrontement

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/11/2012

Alors que les Européens étaient appelés à se mobiliser mercredi contre les plans d'austérité "qui prolongent et accentuent la crise économique et sociale", des heurts ont éclaté à Madrid, Turin ou encore Lisbonne entre policiers et manifestants.

Grève générale coordonnée en Espagne et au Portugal, manifestations et arrêts de travail en Grèce, en Italie et en France : l'opposition aux politiques d'austérité a pris la forme mercredi 14 novembre d'une "journée européenne d'action et de solidarité". Dans les aéroports, des centaines de vols ont été annulés, le trafic ferroviaire fonctionnait au ralenti, usines automobiles et activités portuaires étaient paralysées. Des rassemblements ont toutefois dégénérés et des échauffourées ont été observées notamment en Espagne et en Italie où des affrontements ont opposé des manifestants aux forces de l'ordre.

 
Accrochages dans le centre de Madrid
 
En Espagne, où la consommation d'énergie a chuté de 16 % en raison de l'interruption de la production dans plusieurs entreprises, 81 personnes ont été interpellées à la suite de heurts devant des piquets de grève. Dans l'ensemble du pays, quelque 600 vols, principalement sur les compagnies Iberia et Vueling, ont été annulés et seuls 20 % des trains inter-cités et un tiers des trains de banlieue devaient circuler.
 
Des accrochages entre policiers et manifestants ont éclaté dans le centre de Madrid, où les forces de l'ordre ont tiré des balles en caoutchouc pour disperser les protestataires. De grandes manifestations ont encore eu lieu dans la soirée à Madrid et Barcelone notamment.
 

Heurts à Rome, Milan et Turin
 
En Italie où la CGIL, premier syndicat du pays, a appelé à des arrêts de travail de plusieurs heures, des heurts ont éclaté dans le centre de Rome. Des étudiants d'extrême droite du Blocco Studentesco qui voulaient atteindre le palais Chigi, où se trouvent les bureaux du président du Conseil Mario Monti, ont lancé des pierres en direction des policiers, qui ont chargé pour les repousser.
 
Des dizaines de milliers de personnes ont également défilé dans d’autres villes d’Italie. Un policier a été grièvement blessé à Turin, et cinq autres plus légèrement à Milan dans des heurts en marge des manifestations.
 

 À Lisbonne, la police repousse les protestataires à coups de matraque

 
Au Portugal, les trains fonctionnaient très difficilement - le trafic devait être réduit à 10% dans le cadre d'un service minimum ordonné par les tribunaux -, le métro a été fermé et la compagnie TAP a annulé environ 45 % de ses vols. La police portugaise a chargé mercredi soir des protestataires, rassemblés devant le Parlement à l'issue d'une manifestation organisée dans le cadre d'une grève générale contre les mesures d'austérité du gouvernement. Les forces de l'ordre ont repoussé les protestataires à coups de matraque après avoir été pendant plus d'une heure la cible de jets de pierres et d'ordures.
             
Les protestataires s'étaient regroupés devant le Parlement à l'issue d'une manifestation rassemblant dans la capitale plusieurs milliers de personnes.Les organisateurs de ce mouvement européen avaient appelé à manifester contre des politiques d'austérité qui, disent-ils, prolongent et accentuent la crise économique et sociale née de la crise de la dette souveraine.
 
FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 14/11/2012

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    L’Europe du Sud crie sa colère contre l’austérité

    En savoir plus

  • GRÈCE

    2013, nouvelle année de rigueur pour les Grecs

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    En Espagne, les expulsions de propriétaires surendettés gelées

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)