Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"La guerre spectacle" au Proche-Orient

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Montebourg veut s'attaquer aux professions règlementées

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • Vidéo : à Tel-Aviv, les habitants vivent dans la peur des tirs de roquettes

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Tour de France : l’Allemand Andre Greipel remporte la 6e étape à Reims

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

FRANCE

Incident à l'Assemblée sur le terrorisme : Valls exprime ses regrets devant les députés

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/11/2012

Souhaitant éteindre la polémique, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a exprimé ses regrets devant les députés, ce mercredi, après avoir accusé la droite d'être responsable du "retour du terrorisme" en France.

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a fait amende honorable mercredi devant les députés, après avoir accusé la droite d'être responsable du retour du terrorisme, semblant convaincre une grande partie de l'opposition que l'incident était "clos".

"Je regrette les propos que j'ai tenus, ici, dans cette assemblée", a-t-il déclaré dans l'après-midi à l'Assemblée nationale, applaudi y compris dans les rangs de la droite.

"Il y a sur ce sujet la nécessité de faire l'union entre toutes les forces politiques, entre tous les Français", a-t-il ajouté, sans toutefois présenter d'excuses.

Le ministre de l'Intérieur avait déjà dans la matinée reconnu que ses mots avaient dépassé sa pensée. "Dans le chaudron de l'Assemblée nationale, on peut être emporté par le verbe. Je le regrette", avait concédé M. Valls sur RMC-BFMTV, revenant sur son premier faux pas depuis son entrée au gouvernement il y a six mois.

Répondant dans l'hémicycle au député UMP Eric Ciotti sur les chiffres de la délinquance, le ministre avait mis en cause mardi l'ancienne majorité et terminé une tirade enflammée par "Le retour du terrorisme dans ce pays, c'est vous!".

"Non, la droite n'est pas responsable" de cela, a-t-il reconnu mercredi, assurant qu'il

L'esclandre à l'Assemblée rapporté par la chaîne parlementaire Public Sénat

Reportages : Manuel Valls à l'UMP : "le retour... par LCP

n'avait "pas eu d'arrière-pensée" en s'exprimant.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a invité son ministre de l'Intérieur à "éviter les polémiques" sur le terrorisme, un sujet sur lequel les Français doivent être "rassemblés".

"Le ministre le plus à droite"

Ces propos font écho aux déclarations du président de la République qui avait recadré à demi-mot mardi Manuel Valls lors de sa première conférence de presse du quinquennat.

François Hollande avait demandé à son ministre et à la droite de ne pas se "diviser" sur cette question "qui doit rassembler". "Ne perdons pas notre temps", a-t-il dit, "ne polémiquons pas (...) c'est trop grave".

Un "recadrage" qui a "réjoui" Eric Ciotti, président du conseil général des Alpes-maritimes. "C'est très nettement un recadrage des propos de Manuel Valls", a-t-il déclaré.

Après les regrets du ministre de l'Intérieur, le sénateur de la Vienne Jean-Pierre Raffarin a jugé l'incident "clos". "C'est le ministre le plus à droite, ce n'est pas notre intérêt de le fragiliser à l'extrême", a-t-il confié alors que plusieurs ténors de la droite avait appelé mardi à la démission de M. Valls.

Manuel Valls, qui a fait de "l'ordre républicain" son leitmotiv depuis son arrivée place Beauvau, avait jusque-là plutôt été épargné par la droite qui avait concentré ses foudres sur la garde des Sceaux Christiane Taubira.

Plusieurs élus de droite ont réagi aussi sur le réseau social Twitter, où le sujet faisait partie des plus commentés: "Merci!", a sobrement écrit Valérie Pécresse, chef de file de l'UMP en Ile-de-France. "Bonne réaction de Valls", a commenté Benoist Apparu, l'ancien secrétaire d'Etat au Logement.

Manuel Valls, après avoir exprimé ses regrets, a tout de même reproché à la droite "d'instrumentaliser en permanence les questions de sécurité, pour diviser notre pays".

AFP

Première publication : 14/11/2012

  • FRANCE

    Manuel Valls cherche un costume de premier flic de France à sa taille

    En savoir plus

  • FRANCE

    Valls annonce la création de 15 zones de sécurité prioritaires dès septembre

    En savoir plus

  • FRANCE

    Manuel Valls, l’homme de l’Intérieur qui voulait décomplexer la gauche

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)