Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Moyen-orient

Ahmad Al-Jaabari, l'homme de l'ombre du Hamas

© AFP

Vidéo par Emmanuel SAINT-MARTIN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/11/2012

Chef des opérations militaires de la branche armée du Hamas, Ahmad Al-Jaabari a été tué dans un raid israélien à Gaza. Cette figure du mouvement islamiste avait joué un rôle déterminant dans la libération du soldat israélien Gilad Shalit.

Ahmad Jaabari, tué mercredi à Gaza par un raid israélien, était le chef des opérations militaires du Hamas, l'un des hommes les plus secrets du mouvement islamiste palestinien, sorti brièvement de l'ombre lors d'un échange de prisonniers il y a un an.

A la surprise générale, il s'était laissé filmer le 18 octobre 2011, vêtu en civil, ses lunettes dans la poche de sa chemise, sortant le soldat israélien Gilad Shalit du véhicule qui l'amenait et le remettant de sa main aux officiers du renseignement égyptien.

De taille moyenne, Ahmad Jaabari, 52 ans, portant barbe noire et cheveux courts, est issu d'une famille nationaliste militante respectée du quartier de Chajaïya, dans l'est de la ville de Gaza.

Déterminé dans ses choix et suivant personnellement les dossiers, il n'était "pas aussi strict que certains le pensent", avait témoigné à l'AFP Abou Houdhaïfa, un de ses proches depuis une quinzaine d'années.

Son choix de livrer en personne le soldat Shalit à l'Egypte, avec laquelle il a négocié l'échange de prisonniers, montrait sa volonté "d'accomplir lui-même cette mission délicate, dont il a suivi les moindres détails", expliquait Abou Houdhaïfa.

Diplômé en histoire de l'Université islamique de Gaza, Ahmad Jaabari a été arrêté par Israël en 1982, alors qu'il militait au Fatah, le mouvement nationaliste palestinien, dont le Hamas est le grand rival.

C'est en prison, où il passe 13 ans pour avoir préparé des opérations contre Israël, qu'il rejoint le Hamas, dont il rencontre les principaux dirigeants, Abdelaziz Rantissi, Ismaïl Abou Chanab, Nizar Rayyane et Salah Chéhadé.

Ce dernier, devenu chef de la branche armée du mouvement, les Brigades Ezzedine al-Qassam, a été tué lors d'un raid aérien israélien en juillet 2002 et remplacé par Mohammad Deïf.

Officiellement lieutenant de Mohammad Deïf, Ahmad Jaabari était connu comme "le général", ou "le chef d'état-major" dans les rues de la bande de Gaza, où l'on pouvait parfois le voir marcher seul, puis brusquement disparaître.

"Il se déplace très prudemment, sans escorte ni convoi", selon Abou Abdallah, un ami, en usant d'un pseudonyme. "Il s'entoure des plus grandes précautions face à tout ce qui pourrait représenter un risque, même une chance sur un million, et n'a pas de téléphone portable", précisait-il, voyant dans cette prudence "le secret de son succès et de sa longévité.

En 1997, Ahmad Jaabari appartenait au parti Khalas, lié au Hamas.

Ses activités aux côtés de Salah Chéhadé et Mohammad Deïf lui ont valu d'être arrêté en 1998 par la Sécurité préventive palestinienne et détenu pendant près de deux ans.

En 2003, il est devenu de fait le chef exécutif de la branche armée du Hamas à la suite d'un raid israélien au cours duquel Mohammad Deïf a été blessé.

Lui-même n'a pas été épargné par les tentatives d'assassinat israéliennes, dont un raid aérien en 2004, qui a coûté la vie à son fils aîné, son frère et plusieurs de ses cousins.

Lors du déclenchement de la deuxième Intifada en 2000, Ahmad Jaabari a largement contribué à la professionnalisation des Brigades Ezzedine al-Qassam, selon Aymane Taha, un dirigeant du Hamas.

Il a également joué un rôle déterminant dans la prise de contrôle de la bande de Gaza par le Hamas au détriment du Fatah en juin 2007.

Membre de la direction politique du Hamas, et président de l'association "Nour", qu'il a fondée, consacrée "aux martyrs et aux prisonniers", il a été élu au bureau politique de 15 membres du Hamas à Gaza, au cours du renouvellement de la direction du mouvement cette année.

Il est marié à deux femmes, dont la fille de son mentor Salah Chéhadé.

AFP

Première publication : 15/11/2012

  • DIPLOMATIE

    En s'invitant à Gaza, le Qatar s’impose dans la diplomatie régionale

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Municipales en Cisjordanie sur fond de tensions entre Fatah et Hamas

    En savoir plus

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    Le Hamas accepte une trêve avec Israël

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)