Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

Afrique

Les islamistes du Mujao disent avoir infligé une "lourde défaite" aux rebelles touareg

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/11/2012

Les combats survenus vendredi, à l'est de Gao, entre des islamistes du Mujao et des rebelles touareg du MNLA, ont pris fin dans la soirée. Les heurts auraient fait une dizaine de morts dans les rangs touareg.

Un groupe de rebelles touareg du MNLA a subi vendredi une "lourde défaite" lors de violents combats avec des islamistes du Mujao dans le nord-est du Mali, au moment où le président burkinabè Blaise Compaoré, médiateur dans la crise malienne, poussait au "dialogue politique".

Les combats entre rebelles touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) et islamistes du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), ont duré plusieurs heures près de Ménaka, dans la région de Gao proche de la frontière avec le Niger.

Ils ont pris fin dans la soirée et, selon des sources sécuritaires du Mali et de la région, ont fait au moins une dizaine de morts dans les rangs du MNLA qui a subi "une lourde défaite" et a été "mis en déroute".

Un élu de la région de Ménaka, proche du MNLA, a déclaré que "le Mujao a utilisé la surprise et de gros moyens pour attaquer le MNLA".

Depuis Paris, un dirigeant du MNLA, qui rêve de revanche après avoir été marginalisé dans le nord du Mali par les islamistes, avait annoncé "une offensive visant à récupérer la région de Gao", aux mains du Mujao.

Le 27 juin, à l'issue de violents combats qui avaient fait au moins 35 morts, le Mujao, appuyé par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), avait évincé le MNLA de Gao où la rébellion touareg, laïque et favorable à l'autodétermination du Nord malien, avait établi son quartier général.

Depuis lors, le MNLA ne contrôle plus aucune ville du nord du Mali, occupé par les jihadistes surtout étrangers d'Aqmi et du Mujao (groupe très impliqué aussi dans le trafic de drogue) et les islamistes d'Ansar Dine (Défenseurs de l'islam), mouvement surtout composé de Touareg maliens. Ils y appliquent la charia (loi islamique) avec une extrême rigueur.

Et la terreur continue: à Tombouctou (nord-ouest), ville occupée par Aqmi et Ansar Dine, des dizaines de femmes non voilées ont été arrêtées à leur domicile, jeudi et vendredi, par des éléments d'Aqmi, ont rapporté des témoins.

Selon une source médicale, les femmes arrêtées ont été "emprisonnées" dans l'enceinte d'une ancienne banque.

Dialogue à Ouagadougou

Ansar Dine négocie depuis plusieurs jours à Ouagadougou avec la médiation conduite par le président burkinabé Blaise Compaoré au nom de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao).

Cette semaine, il s'est très clairement démarqué d'Aqmi et du Mujao dans ses déclarations. Il a annoncé renoncer à imposer la charia dans tout le Mali, sauf dans son fief de Kidal (nord-est), et s'est dit prêt à aider à "débarrasser" le nord du Mali du "terrorisme" et des "mouvements étrangers".

Reçues pour la première fois ensemble par M. Compaoré, des délégations d'Ansar Dine et du MNLA ont exprimé "leur disponibilité à s'engager résolument dans un processus de dialogue politique" en vue d'"une solution négociée, juste et durable à la crise", selon une déclaration lue par le chef de la diplomatie burkinabè, Djibrill Bassolé.

La balle est aussi dans le camp des autorités maliennes, qui n'ont toujours pas installé le "comité national" de négociations promis.

Ansar Dine et le MNLA, eux-mêmes accusés de nombreuses exactions dans le Nord malien, ont "formulé le voeu" que l'armée malienne s'engage "à arrêter toutes formes d'hostilités militaires" contre les civils.

Si l'évolution d'Ansar Dine se confirmait sur le terrain, l'opération armée africaine actuellement en préparation ne devrait viser que les jihadistes d'Aqmi et du Mujao, qui font craindre l'enracinement d'un sanctuaire "terroriste" en plein Sahel.

"Le dialogue ne remplace pas l'intervention militaire", qui devra "mettre hors d'état de nuire les groupes terroristes", a souligné M. Bassolé.

Puissance régionale incontournable, l'Algérie a estimé qu'"il faut cibler exclusivement les terroristes et les narcotrafiquants".

Validé par l'UA, le plan stratégique d'intervention prévoit une force internationale de 3.300 soldats essentiellement ouest-africains, qui aura besoin d'un soutien logistique occidental. Il doit être transmis au Conseil de sécurité de l'ONU avant la fin novembre.


AFP

Première publication : 16/11/2012

  • MALI

    Ansar Dine et le MNLA prêts au "dialogue politique" avec Bamako

    En savoir plus

  • MALI

    Face aux islamistes du Nord-Mali, le MNLA tente de faire entendre sa voix

    En savoir plus

  • MALI

    Ansar Dine : "Nous sommes déterminés à rechercher une solution pacifique au Nord-Mali"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)