Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

  • Reprise des bombardements à Gaza, l'espoir d'une trêve s'éloigne

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • La Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

Economie

Aux États-Unis, l’urgence s'appelle "falaise fiscale"

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 16/11/2012

Barack Obama et l’opposition républicaine entament des négociations délicates afin d’éviter une hausse automatique des impôts et une baisse des dépenses début 2013. Une bombe à retardement appelée "falaise fiscale". Explications.

L’heure des négociations a sonné. L’administration démocrate du président américain Barack Obama et les représentants des républicains dans les deux chambres du Congrès planchent, à partir de ce vendredi, sur un compromis pour éviter ce que les États-Unis appellent le "fiscal cliff" ("falaise fiscale").

Le Fonds monétaire international (FMI) s’est réjoui, jeudi, du début des négociations aux États-Unis et appelle à un compromis rapide sur cette question. Pour tous, il s’agit, en effet, de la priorité numéro 1 de l’économie américaine : sans accord politique pour éviter cette "falaise fiscale", les Américains vont se réveiller, le 1er janvier 2013, avec une gueule de bois fiscale carabinée. L’économie américaine se dirigerait alors vers une récession programmée pendant une bonne partie de 2013.

Une sombre perspective dont personne ne veut. Mais comment les États-Unis ont-il pu se mettre dans une telle situation et qu’est-ce que cette fameuse "falaise fiscale" ? FRANCE 24 a préparé un récapitulatif des principaux points de cette urgence économique pas si américano-américaine que ça :

La “falaise fiscale” qu’est-ce que c’est ?

Ce terme désigne une forte augmentation automatique des impôts et autres taxes accompagnée par une baisse conséquente des dépenses publiques à partir du 1er janvier 2013.

Cette double peine fiscale aurait pour effet bénéfique de réduire dès l’année prochaine le déficit américain - qui s’élève à 1 100 milliards de dollars - de 510 milliards de dollars.

Mais l’augmentation des impôts entraîneraient une probable chute de la consommation, tandis que la baisse des dépenses de l’État signifierait la fin de plusieurs contrats publics et des coupes budgétaires dans certaines aides aux populations les plus démunies.

Conséquence : l’économie américaine se contracterait de plus de 1 % pendant au moins six mois en 2013, selon la commission du Budget du Congrès.

D’où vient cette “falaise fiscale” ?

L’homme qui a le plus nourri cette bombe fiscale à retardement est Georges W. Bush. Une grande partie des hausses de taxes qui entreraient en vigueur au 1er janvier 2013 est, en effet, le résultat de la fin programmée de réductions d’impôts sur le revenu et de baisses des charges salariales décidées en 2001 par l’administration Bush.

Mais le président de l’époque n’en est pas le seul responsable. Si ses cadeaux fiscaux auraient dû se terminer à la fin de ses mandats, Barack Obama a décidé de les prolonger pour soutenir la consommation et l’activité économique américaines.

L’autre volet concerne la baisse automatique des dépenses. Elle vient du désaccord entre le président Barack Obama et les républicains au Congrès sur la manière de réduire le déficit américain. Ce blocage a entraîné l’adoption, fin 2011, de la loi sur le contrôle des dépenses budgétaires, qui prévoit un plan sur 10 ans pour économiser 1 200 milliards de dollars. Les premières coupes, qui interviendront l’année prochaine, représentent 65 milliards de dollars.

Qui serait touché par la "falaise fiscale" ?

Tout le monde. Le foyer américain "moyen", qui gagne 50 000 dollars par an, verrait ainsi ses impôts augmenter de 2 100 dollars en cas de plongeon du haut de la "falaise fiscale". Les plus riches ne seraient pas épargnés, d’autant moins qu’une part non négligeable des exonérations de l’ère Bush les concerne. Ainsi, le fameux 1 % des Américains les plus fortunés devraient verser 600 000 dollars en plus au fisc.

La baisse des dépenses ferait très mal au secteur de la défense - principale cible des coupes budgétaires - et de la santé, qui seraient privés d’une partie des subventions publiques mises en place par Barack Obama.

Est-ce un problème américano-américain ? Si les Américains seraient les premiers touchés par la “falaise fiscale”, l’onde de choc se ferait un peu partout dans le monde.

Une récession aux États-Unis, première puissance économique mondiale, ne serait pas une bonne nouvelle pour les autres régions du monde. Une baisse de la consommation consécutive à la hausse des impôts et une augmentation du chômage à cause de la récession entraînerait mécaniquement une chute des importations. De quoi inquiéter l’Europe et la Chine, principaux exportateurs vers les États-Unis. C’est pourquoi Christine Lagarde, la patronne du FMI, a fait de la "falaise fiscale" le principal danger qui pèse actuellement sur la stabilité économique mondiale.

Première publication : 16/11/2012

  • ÉTATS-UNIS

    Barack Obama reste, les urgences économiques aussi

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Ces patrons américains qui pilonnent Obama sur le terrain de l'emploi

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Les réformes fiscales au cœur du discours de Barack Obama sur l'état de l'Union

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)