Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

FRANCE

Valls demande à l'ex-dirigeant nationaliste Alain Orsoni de parler

© AFP

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/11/2012

Après la série d'assassinats qui touchent les proches d'Alain Orsoni, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a pressé l'ex-dirigeant nationaliste de dévoiler ce qu'il savait, lui promettant en contrepartie une protection policière.

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a pressé vendredi l'ancien dirigeant nationaliste
corse Alain Orsoni de "parler" à la suite de l'assassinat de quatre de ses proches depuis deux ans sur l'île.

Actuellement président du club de football de Ligue 1 Athletic Club Ajaccio (ACA), Alain Orsoni a répondu sur RTL être "totalement étranger à tout ce qui passe en Corse" et ne rien savoir des assassins présumés.

Le président de la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) de Corse-du-Sud, Jacques Nacer, a été assassiné mercredi à Ajaccio. Il s'agit du 17e assassinat en Corse depuis le début de l'année.

Jacques Nacer est le quatrième proche d'Alain Orsoni, figure du nationalisme local, abattu depuis deux ans. Le 16 octobre, Antoine Sollacaro, ancien militant nationaliste et conseil de l'ACA, a été abattu par balles à Ajaccio.

Alain Orsoni est sorti jeudi du silence qu'il observait depuis lors pour dénoncer dans les médias une "effrayante" campagne qui selon lui le désigne comme "la prochaine cible".

"Je constate avec horreur, avec panique, que les journalistes, avec une unanimité incroyable (...) ont résolu le problème des drames en Corse aujourd'hui : 'Tout est très
simple, on tue les proches d'Alain Orsoni'", a-t-il répété vendredi sur RTL.

Manuel Valls a déclaré sur la même antenne qu'Alain Orsoni bénéficierait d'une protection policière s'il le demandait, "mais qu'il parle lui aussi s'il sait des choses".

"Il sait sans doute des choses, alors qu'il parle", a dit le ministre de l'Intérieur, au lendemain d'une visite en Corse avec la ministre de la Justice Christiane Taubira.

"On me condamne à mort"

"Il se protège lui-même semble-t-il. J'ai dit hier (...) que l'Etat était là pour protéger ceux qui se sentent menacés. Nous ne protégeons pas Alain Orsoni, s'il demande cette protection, il aura comme d'autres, évidemment, cette protection, mais qu'il parle lui aussi s'il sait des choses", a insisté Manuel Valls.

"Il est français, M. Orsoni, donc il peut tout simplement s'adresser à la justice française", a-t-il ajouté.

Interrogé par la suite, le dirigeant de l'ACA, mis en examen depuis 2009 dans le cadre d'une affaire de règlement de comptes, a assuré ne rien savoir.

"Moi, à la différence d'un certain nombre de journalistes, voire d'autres, quand je ne sais pas, je n'invente pas", a-t-il dit.

"Je ne sais pas aujourd'hui qui arme les assassins et je ne sais pas qui sont les assassins et je ne saurais comprendre leur motif", a-t-il assuré.

Alain Orsoni a vécu treize ans en exil en Amérique latine et en Espagne avant de regagner la Corse en 2008. Il avait échappé à un projet d'assassinat quelques mois après son retour.

"Je me décris comme un homme de plus en plus en danger", a-t-il dit sur RTL.


"Je pense qu'on me condamne à mort", lâche-t-il dans une interview au Parisien-Aujourd'hui en France. "Je suis devenu une cible prioritaire et je ne sais pas comment m'en sortir".

"On a construit un personnage fantasmatique en faisant de moi le deus ex machina d'une pieuvre gigantesque", estime-t-il dans le quotidien.

Alain Orsoni a exprimé le souhait de quitter la France, ce qui nécessiterait une modification du contrôle judiciaire auquel il est astreint. "Quitter la France, c'est mon souhait le plus cher", a-t-il dit sur RTL, précisant qu'il songeait à démissionner de la présidence du club de football d'Ajaccio pour ne pas lui "porter préjudice".

REUTERS
 

Première publication : 16/11/2012

  • FRANCE

    Assassinat du président de la CCI : Manuel Valls et Christiane Taubira à Ajaccio

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le président de la chambre de commerce de Corse-du-Sud assassiné à Ajaccio

    En savoir plus

  • FRANCE

    Ayrault annonce dix mesures contre le crime organisé en Corse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)