Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG neutralisé par l'Ajax

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

FRANCE

Valls demande à l'ex-dirigeant nationaliste Alain Orsoni de parler

© AFP

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/11/2012

Après la série d'assassinats qui touchent les proches d'Alain Orsoni, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a pressé l'ex-dirigeant nationaliste de dévoiler ce qu'il savait, lui promettant en contrepartie une protection policière.

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a pressé vendredi l'ancien dirigeant nationaliste
corse Alain Orsoni de "parler" à la suite de l'assassinat de quatre de ses proches depuis deux ans sur l'île.

Actuellement président du club de football de Ligue 1 Athletic Club Ajaccio (ACA), Alain Orsoni a répondu sur RTL être "totalement étranger à tout ce qui passe en Corse" et ne rien savoir des assassins présumés.

Le président de la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) de Corse-du-Sud, Jacques Nacer, a été assassiné mercredi à Ajaccio. Il s'agit du 17e assassinat en Corse depuis le début de l'année.

Jacques Nacer est le quatrième proche d'Alain Orsoni, figure du nationalisme local, abattu depuis deux ans. Le 16 octobre, Antoine Sollacaro, ancien militant nationaliste et conseil de l'ACA, a été abattu par balles à Ajaccio.

Alain Orsoni est sorti jeudi du silence qu'il observait depuis lors pour dénoncer dans les médias une "effrayante" campagne qui selon lui le désigne comme "la prochaine cible".

"Je constate avec horreur, avec panique, que les journalistes, avec une unanimité incroyable (...) ont résolu le problème des drames en Corse aujourd'hui : 'Tout est très
simple, on tue les proches d'Alain Orsoni'", a-t-il répété vendredi sur RTL.

Manuel Valls a déclaré sur la même antenne qu'Alain Orsoni bénéficierait d'une protection policière s'il le demandait, "mais qu'il parle lui aussi s'il sait des choses".

"Il sait sans doute des choses, alors qu'il parle", a dit le ministre de l'Intérieur, au lendemain d'une visite en Corse avec la ministre de la Justice Christiane Taubira.

"On me condamne à mort"

"Il se protège lui-même semble-t-il. J'ai dit hier (...) que l'Etat était là pour protéger ceux qui se sentent menacés. Nous ne protégeons pas Alain Orsoni, s'il demande cette protection, il aura comme d'autres, évidemment, cette protection, mais qu'il parle lui aussi s'il sait des choses", a insisté Manuel Valls.

"Il est français, M. Orsoni, donc il peut tout simplement s'adresser à la justice française", a-t-il ajouté.

Interrogé par la suite, le dirigeant de l'ACA, mis en examen depuis 2009 dans le cadre d'une affaire de règlement de comptes, a assuré ne rien savoir.

"Moi, à la différence d'un certain nombre de journalistes, voire d'autres, quand je ne sais pas, je n'invente pas", a-t-il dit.

"Je ne sais pas aujourd'hui qui arme les assassins et je ne sais pas qui sont les assassins et je ne saurais comprendre leur motif", a-t-il assuré.

Alain Orsoni a vécu treize ans en exil en Amérique latine et en Espagne avant de regagner la Corse en 2008. Il avait échappé à un projet d'assassinat quelques mois après son retour.

"Je me décris comme un homme de plus en plus en danger", a-t-il dit sur RTL.


"Je pense qu'on me condamne à mort", lâche-t-il dans une interview au Parisien-Aujourd'hui en France. "Je suis devenu une cible prioritaire et je ne sais pas comment m'en sortir".

"On a construit un personnage fantasmatique en faisant de moi le deus ex machina d'une pieuvre gigantesque", estime-t-il dans le quotidien.

Alain Orsoni a exprimé le souhait de quitter la France, ce qui nécessiterait une modification du contrôle judiciaire auquel il est astreint. "Quitter la France, c'est mon souhait le plus cher", a-t-il dit sur RTL, précisant qu'il songeait à démissionner de la présidence du club de football d'Ajaccio pour ne pas lui "porter préjudice".

REUTERS
 

Première publication : 16/11/2012

  • FRANCE

    Assassinat du président de la CCI : Manuel Valls et Christiane Taubira à Ajaccio

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le président de la chambre de commerce de Corse-du-Sud assassiné à Ajaccio

    En savoir plus

  • FRANCE

    Ayrault annonce dix mesures contre le crime organisé en Corse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)