Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • RDC : le retour tant espéré des réfugiés angolais dans leur pays

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, annonce son retrait

    En savoir plus

Moyen-orient

Hollande annonce que l'opposition syrienne aura "un ambassadeur" à Paris

© France 24

Vidéo par Matthieu MABIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/11/2012

Après avoir avoir été le premier à reconnaître la nouvelle Coalition de l'opposition syrienne, François Hollande a reçu samedi son chef, Ahmad al-Khatib, à l'Élysée. Le président a annoncé que l'opposition syrienne aurait "un ambassadeur" à Paris.

La nouvelle Coalition de l'opposition syrienne a affirmé samedi vouloir former vite un "gouvernement de technocrates" incluant "toutes les composantes" de la Syrie, après un entretien avec le président français qui a annoncé l'accueil d'un futur "ambassadeur" à Paris.

Sur le terrain, des combats meurtriers opposaient dans le même temps l'armée aux rebelles à Alep (nord), tandis que des tirs d'artillerie retentissaient dans la région de Damas survolée par des appareils de l'armée de l'Air, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Après Londres, Paris reçoit le chef de la coalition syrienne


Reçu à Paris avec les honneurs, Ahmad Moaz al-Khatib, nouveau chef de la Coalition de l'opposition syrienne créée il y a une semaine, s'est engagé lors d'un entretien de plus d'une heure à ce qu'un futur gouvernement comprenne "toutes les composantes de la Syrie", notamment des "chrétiens et alaouites", selon François Hollande.

La formation d'un exécutif de transition ne représente aucun obstacle, a assuré devant la presse Ahmad Moaz al-Khatib. "Il n'y a pas de problème. La Coalition existe et nous allons lancer un appel à candidatures pour former un gouvernement de technocrates qui travaillera jusqu'à la chute du régime".

"Nous avons le souci du peuple syrien dans toutes ses composantes, dans toute sa diversité", alors que depuis "50 ans" le régime "a oeuvré à dresser les Syriens les uns contre les autres", a ajouté le chef de l'opposition.


"ambassadeur" alaouite


Après avoir été le premier pays occidental à reconnaître la Coalition comme "seule" représentante du peuple syrien, la France va accueillir à Paris un "ambassadeur" issu de la Coalition, a annoncé François Hollande.

Ce diplomate parfaitement francophone, Monzir Makhous, membre de la délégation syrienne reçue à l'Elysée, est l'"une des premières personnalités à avoir parlé de liberté en Syrie", a relevé Ahmad Moaz al-Khatib. "A l'origine, il appartient à la communauté alaouite mais avant tout c'est un homme libre qui a toujours travaillé pour le peuple syrien. C'est quelqu'un d'extrêmement compétent qui a quatre doctorats", a-t-il ajouté.

Jusqu'à présent, la Coalition syrienne n'a été reconnue comme seule représentante légitime du peuple syrien que par la France, les monarchies du Golfe et la Turquie.

A propos des réticences des alliés occidentaux de Paris à suivre le choix français, François Hollande a indiqué que "le travail de conviction auprès des pays européens et de l'Union européenne" allait continuer. "De nombreux pays vont rejoindre la position qui a été celle de la France", a-t-il prédit.

Ahmad Moaz al-Khatib a salué "la position extrêmement courageuse" de Paris qui "a ouvert la porte à la communauté internationale pour continuer à soutenir davantage le peuple syrien".

La Grande-Bretagne a indiqué vendredi qu'elle pourrait se prononcer dans "les jours prochains" sur la reconnaissance de la Coalition.

Discussions européennes sur les armes


Une réunion des chefs de la diplomatie de l'Union européenne est prévue lundi à Bruxelles. La question de l'embargo européen sur les armes, qui interdit d'en livrer à l'opposition, devrait y être abordée à l'initiative de Paris qui souhaite une exception pour un armement "défensif" pour les zones libérées par l'opposition.

"Je ne veux pas dissimuler l'importance de cette question, à la fois le besoin qu'ont les Syriens de disposer de moyens militaires mais aussi le contrôle que la communauté internationale doit assurer", a déclaré François Hollande. "Cette discussion aura lieu au sein de l'Union européenne", a-t-il précisé.

Une aide militaire "ne peut se faire que dans le cadre de la communauté internationale pour la protection des populations civiles". "Dès lors qu'il y aura un gouvernement alternatif qui pourra lui-même délimiter ses zones, il en appellera à ce soutien et à cette protection", a-t-il précisé.

A Alep, deux rebelles ont péri samedi lors des combats dans la métropole du nord, où une voiture piégée a explosé après des affrontements à Liramoun, dans le nord-ouest de la ville, a précisé l'ONG OSDH basée au Royaume-Uni s'appuyant sur un réseau de militants et de médecins à travers la Syrie.

Un caméraman turc, Cüneyt Ünal, détenu depuis août en Syrie par des troupes du président Bachar al-Assad, a été remis samedi à des députés turcs en déplacement dans ce pays, selon un parlementaire turc.

Vendredi, 119 personnes avaient péri dans les violences à travers la Syrie, dont 42 soldats, 49 civils et 28 rebelles, selon l'OSDH, qui a recensé plus de 39.000 morts depuis le début du conflit il y a 20 mois.

AFP

Première publication : 17/11/2012

  • TURQUIE

    Après Paris, Ankara reconnaît la coalition nationale syrienne

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    François Hollande reconnaît la coalition nationale syrienne

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les Frères musulmans renforcés dans l'opposition par l'arrivée d'Al-Khatib

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)