Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Moyen-orient

Hollande annonce que l'opposition syrienne aura "un ambassadeur" à Paris

© France 24

Vidéo par Matthieu MABIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/11/2012

Après avoir avoir été le premier à reconnaître la nouvelle Coalition de l'opposition syrienne, François Hollande a reçu samedi son chef, Ahmad al-Khatib, à l'Élysée. Le président a annoncé que l'opposition syrienne aurait "un ambassadeur" à Paris.

La nouvelle Coalition de l'opposition syrienne a affirmé samedi vouloir former vite un "gouvernement de technocrates" incluant "toutes les composantes" de la Syrie, après un entretien avec le président français qui a annoncé l'accueil d'un futur "ambassadeur" à Paris.

Sur le terrain, des combats meurtriers opposaient dans le même temps l'armée aux rebelles à Alep (nord), tandis que des tirs d'artillerie retentissaient dans la région de Damas survolée par des appareils de l'armée de l'Air, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Après Londres, Paris reçoit le chef de la coalition syrienne


Reçu à Paris avec les honneurs, Ahmad Moaz al-Khatib, nouveau chef de la Coalition de l'opposition syrienne créée il y a une semaine, s'est engagé lors d'un entretien de plus d'une heure à ce qu'un futur gouvernement comprenne "toutes les composantes de la Syrie", notamment des "chrétiens et alaouites", selon François Hollande.

La formation d'un exécutif de transition ne représente aucun obstacle, a assuré devant la presse Ahmad Moaz al-Khatib. "Il n'y a pas de problème. La Coalition existe et nous allons lancer un appel à candidatures pour former un gouvernement de technocrates qui travaillera jusqu'à la chute du régime".

"Nous avons le souci du peuple syrien dans toutes ses composantes, dans toute sa diversité", alors que depuis "50 ans" le régime "a oeuvré à dresser les Syriens les uns contre les autres", a ajouté le chef de l'opposition.


"ambassadeur" alaouite


Après avoir été le premier pays occidental à reconnaître la Coalition comme "seule" représentante du peuple syrien, la France va accueillir à Paris un "ambassadeur" issu de la Coalition, a annoncé François Hollande.

Ce diplomate parfaitement francophone, Monzir Makhous, membre de la délégation syrienne reçue à l'Elysée, est l'"une des premières personnalités à avoir parlé de liberté en Syrie", a relevé Ahmad Moaz al-Khatib. "A l'origine, il appartient à la communauté alaouite mais avant tout c'est un homme libre qui a toujours travaillé pour le peuple syrien. C'est quelqu'un d'extrêmement compétent qui a quatre doctorats", a-t-il ajouté.

Jusqu'à présent, la Coalition syrienne n'a été reconnue comme seule représentante légitime du peuple syrien que par la France, les monarchies du Golfe et la Turquie.

A propos des réticences des alliés occidentaux de Paris à suivre le choix français, François Hollande a indiqué que "le travail de conviction auprès des pays européens et de l'Union européenne" allait continuer. "De nombreux pays vont rejoindre la position qui a été celle de la France", a-t-il prédit.

Ahmad Moaz al-Khatib a salué "la position extrêmement courageuse" de Paris qui "a ouvert la porte à la communauté internationale pour continuer à soutenir davantage le peuple syrien".

La Grande-Bretagne a indiqué vendredi qu'elle pourrait se prononcer dans "les jours prochains" sur la reconnaissance de la Coalition.

Discussions européennes sur les armes


Une réunion des chefs de la diplomatie de l'Union européenne est prévue lundi à Bruxelles. La question de l'embargo européen sur les armes, qui interdit d'en livrer à l'opposition, devrait y être abordée à l'initiative de Paris qui souhaite une exception pour un armement "défensif" pour les zones libérées par l'opposition.

"Je ne veux pas dissimuler l'importance de cette question, à la fois le besoin qu'ont les Syriens de disposer de moyens militaires mais aussi le contrôle que la communauté internationale doit assurer", a déclaré François Hollande. "Cette discussion aura lieu au sein de l'Union européenne", a-t-il précisé.

Une aide militaire "ne peut se faire que dans le cadre de la communauté internationale pour la protection des populations civiles". "Dès lors qu'il y aura un gouvernement alternatif qui pourra lui-même délimiter ses zones, il en appellera à ce soutien et à cette protection", a-t-il précisé.

A Alep, deux rebelles ont péri samedi lors des combats dans la métropole du nord, où une voiture piégée a explosé après des affrontements à Liramoun, dans le nord-ouest de la ville, a précisé l'ONG OSDH basée au Royaume-Uni s'appuyant sur un réseau de militants et de médecins à travers la Syrie.

Un caméraman turc, Cüneyt Ünal, détenu depuis août en Syrie par des troupes du président Bachar al-Assad, a été remis samedi à des députés turcs en déplacement dans ce pays, selon un parlementaire turc.

Vendredi, 119 personnes avaient péri dans les violences à travers la Syrie, dont 42 soldats, 49 civils et 28 rebelles, selon l'OSDH, qui a recensé plus de 39.000 morts depuis le début du conflit il y a 20 mois.

AFP

Première publication : 17/11/2012

  • TURQUIE

    Après Paris, Ankara reconnaît la coalition nationale syrienne

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    François Hollande reconnaît la coalition nationale syrienne

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les Frères musulmans renforcés dans l'opposition par l'arrivée d'Al-Khatib

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)