Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • En direct : Cameron promet des pouvoirs élargis à l'Écosse

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

Asie - pacifique

En Birmanie, Barack Obama prône la démocratie mais n'oublie pas le business

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 19/11/2012

Dans le cadre de sa tournée asiatique, le président américain s'est rendu ce lundi à Rangoun où il s'est entretenu avec l'opposante Ang San Suu Kyi et le président Thein Sein. Une visite historique qui n'est pas dénuée d'arrières-pensées économiques.

C’est une première pour un président américain en exercice : Barack Obama est en  Birmanie pour une visite historique de six heures, le temps de rencontrer son homologue Thein Sein et l’opposante Aung San Suu Kyi à Rangoun.

Le président américain a été accueilli lundi 19 novembre par des écoliers en chemise blanche et longyi vert, la tenue traditionnelle birmane, rassemblés en masse le long des trottoirs, scandant parfois joyeusement "Amérique". Plus spontanés, des dizaines de milliers de badauds tentaient d'immortaliser l'instant en prenant des photos.

Barack Obama, qui s'adressait à la presse en compagnie du président Thein Sein, a qualifié cette visite de "premier pas de ce qui sera un long voyage". "Nous pensons qu'un processus de réformes démocratiques et économiques comme celui que le président a entamé ici [en Birmanie] peut mener à d'incroyables opportunités en matière de développement", a-t-il ajouté. 



"Récompenser les progrès"

Ce déplacement aurait été inconcevable il y a encore quelques années, quand la Birmanie était dirigée par une junte militaire (1988-2011) et que Washington faisait figure d’ennemi numéro un. Pendant deux décennies, la Birmanie, mis au ban de la communauté internationale, ne s’appuyait que sur la Chine pour ses échanges commerciaux. Mais depuis la dissolution de la junte en mars 2011, le président nouvellement élu Thein Sein a multiplié les réformes en libérant notamment des centaines de prisonniers politiques et en permettant le retour de l’icône de la démocratie Aung San Suu Kyi dans le jeu politique.

Cette visite vise ainsi à récompenser les "progrès" effectués par le gouvernement birman. Mais le déplacement de Barack Obama est aussi l’occasion, selon Cyril Payen, l'envoyé spécial de FRANCE 24 à Rangoun, "de cimenter ce que le président a initié il y a moins de deux ans". Le rapprochement entre la Birmanie et les États-Unis a débuté bien avant la chute de la dictature birmane. Dès son arrivée au pouvoir début 2009, Barack Obama, qui cherchait à se démarquer de son prédécesseur George W. Bush en réorientant la politique étrangère des États-Unis vers l'Asie, a décidé d'ouvrir le dialogue avec la junte. "Une façon de contrer l'influence de Pékin", précise Cyril Payen. En mars 2009, la Birmanie a accepté de travailler avec Washington, ouvrant la voie à des visites d’officiels américains à Rangoun, et notamment celle d’Hillary Clinton en décembre 2011.

Face aux signes d’ouverture de Rangoun, les États-Unis ont progressivement levé leurs sanctions commerciales imposées depuis 2003 et multiplié les gestes envers le nouveau régime. Autre signe fort du réchauffement des relations entre les deux pays : la nomination en juillet d’un ambassadeur américain en Birmanie depuis juillet, une première depuis 22 ans. Puis en septembre, alors que Barack Obama recevait Aung San Suu Kyi à la Maison Blanche, Washington retirait de sa "liste noire" le chef de l'État birman Thein Sein, qui est devenu le 27 septembre dernier le premier chef d’État birman à prononcer un discours à l’Assemblée générale des Nations Unies à New York.

Des dizaines de prisonniers libérés

Toutefois, certains défenseurs des droits de l'Homme reprochent à Barack Obama d'aller trop vite dans son rapprochement avec le nouveau régime, estimant qu'il convient de consolider encore les réformes après des décennies de pouvoir militaire. Lors de sa visite, le président américain a rappelé que les deux dirigeants avaient "convenu que le développement de la démocratie et la promotion des droits de l'homme au Myanmar devaient être conformes aux normes internationales". Un peu plus tôt dans la journée, des dizaines de prisonniers politiques ont été libérés.

Lors d'un discours à l'université de Rangoun, Barack Obama a également lancé un appel solennel à la fin des violences communautaires dans l'ouest du pays, estimant qu'il n'y avait "pas d'excuse" pour la violence contre les civils. Deux vagues de violences opposant bouddhistes de l'ethnie rakhine et musulmans, en juin et en octobre, ont fait au moins 180 morts. Plus de 110 000 personnes ont été déplacées, en grande majorité des Rohingyas, considérés par l'ONU comme une des minorités les plus persécutées de la planète.

"Profiter du gâteau birman"

Il semblerait que le véritable moteur de ce voyage repose surtout sur des intérêts économiques. La venue du président américain à Rangoun doit "offrir de nouvelles occasions aux entreprises birmanes et américaines", annoncent le département du Trésor et le département d'État dans un communiqué. Désormais en route vers une société plus ouverte, la Birmanie est aussi devenue un marché où il est permis d'investir et de vendre. Et les États-Unis ne souhaitent pas rater le coche.

Quatre jours avant l’arrivée du président américain dans le pays, les États-Unis ont levé l'interdiction d'investir en Birmanie, y compris dans les secteurs controversés du gaz et du pétrole. Le gouvernement américain a également autorisé l'importation de la plupart des biens produits en Birmanie, à l'exception de la jadéite et des rubis. "Les sociétés américaines se bousculent pour profiter au plus vite du ‘gâteau birman’, commente Cyril Payen. C'est tout le message d'Obama : ‘business et démocratie’."

Washington pourrait annoncer la reprise de l'aide américaine, qui devrait représenter 170 millions de dollars pour l'exercice fiscal 2012-2013. Cette aide restera toutefois conditionnée à la poursuite des réformes, précise-t-on à la Maison Blanche.

Première publication : 18/11/2012

  • BIRMANIE

    En Birmanie, des violences entre bouddhistes et musulmans font au moins 20 morts

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Aung San Suu Kyi reçue avec les honneurs à la Maison Blanche

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)