Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Afrique

Bamako estime "inévitable" le dialogue avec Ansar Dine et le MNLA

© AFP

Vidéo par Serge Daniel

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/11/2012

Cheick Modibo Diarra, le Premier ministre du Mali, souhaite qu'un dialogue soit établi "le plus rapidement possible" avec le groupe islamiste armé Ansar Dine et les hommes de la rébellion touareg du MNLA.

Le Premier ministre malien Cheick Modibo Diarra a jugé dimanche à Ouagadougou le dialogue "inévitable" avec Ansar Dine, l'un des groupes islamistes armés occupant le nord du Mali, et la rébellion touareg du MNLA, deux mouvements "maliens".

"Le dialogue est inévitable, les gens qui composent le MNLA (Mouvement national de libération de l'Azawad) ou Ansar Dine sont nos compatriotes, ce sont des Maliens" même si certains ne trouvent pas leurs positions "défendables", a-t-il dit après un entretien avec le président burkinabè Blaise Compaoré, médiateur pour la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao).

M. Diarra a souhaité que les conditions d'un dialogue soient réunies "le plus rapidement possible".

Il ne s'est toutefois pas avancé sur un calendrier et n'a pas dit quand Bamako comptait installer la structure promise pour le dialogue, alors que parallèlement se prépare une intervention armée africaine pour aider le Mali à rétablir son unité.

Selon le chef du gouvernement malien de transition, le futur dialogue, censé aboutir à une "paix durable" et une société traitant à égalité les "communautés ethniques", permettra de distinguer "les revendications légitimes" de celles qui ne le sont pas.

Ces discussions ne concerneront pas "les terroristes et les narcotrafiquants" qui pour "la plupart ne sont pas des citoyens maliens", a-t-il insisté.

Le nord du Mali est occupé depuis avril par les islamistes d'Ansar Dine (Défenseurs de l'islam), mouvement essentiellement composé de Touareg maliens, et les jihadistes d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), groupe très impliqué dans le trafic de drogue.

Ansar Dine et le MNLA, rébellion touareg, laïque et favorable à l'autodétermination du Nord malien (mais où elle a été évincée par les islamistes) négocient actuellement avec M. Compaoré. Après leurs premières discussions directes sous l'égide du médiateur, les deux groupes ont fait vendredi une offre de dialogue à Bamako pour sortir de la crise.

Ansar Dine a fait d'importantes concessions cette semaine, annonçant notamment renoncer à imposer dans tout le Mali la charia (loi islamique) - que les islamistes armés appliquent avec une extrême rigueur -, sauf dans son fief du Kidal (nord-est).

 

AFP

Première publication : 18/11/2012

  • MALI

    Aqmi envoie des renforts aux islamistes du Mujao face aux rebelles touareg

    En savoir plus

  • MALI

    Les islamistes du Mujao disent avoir infligé une "lourde défaite" aux rebelles touareg

    En savoir plus

  • MALI

    Ansar Dine et le MNLA prêts au "dialogue politique" avec Bamako

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)