Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Mode masculine été 2017 part 1

En savoir plus

#ActuElles

Femmes artistes : sortir des oubliettes de l'Histoire

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Quatuor Modigliani : quatre garçons dans les cordes

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Loi travail : le récit d'un revirement

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : atteints d'une hépatite C, des Occidentaux partent se faire soigner en Inde

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guerre civile au Guatemala : une justice impossible ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Économie britannique : George Osborne tente de rassurer

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En fait, on ne voulait pas vraiment dire 'partir'"

En savoir plus

FRANCE

Jean-François Copé officiellement élu à la présidence de l'UMP

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/11/2012

Après plus de 24 heures de recomptage et de délibérations, la commission interne à l'UMP a déclaré Jean-François Copé vainqueur de l'élection à la présidence du parti avec 50,03 % des voix, contre 49,97 % à François Fillon.

  • La Commission d'organisation et de contrôle des opérations électorales (Cocoe) de l'UMP a annoncé, lundi soir, la victoire de Jean-François Copé avec 50,03 % des voix.
     
  • Le secrétaire général sortant a recueilli 87 388 voix, contre 87 290 pour l’ancien Premier ministre François Fillon (49,97 %), soit 98 voix d'avance, a annoncé le président de la Cocoe, Patrice Gélard, après 24h d’embarras et de fortes tensions au sein du parti d’opposition.
     
  • Le vainqueur du scrutin a invité son adversaire malheureux à le "rejoindre" à la tête d’une droite "rassemblée", soulignant qu’il s’agit d'"un moment très important de l’histoire de notre famille politique".
     
  • François Fillon a annoncé qu'il ne contesterait pas le résultat même s'il ne "pouvait s'en satisfaire". Le candidat malheureux a également déploré "une fracture politique et morale" à l'UMP, tout en précisant qu'il entendait "la réduire" et la "dépasser".
     
  • La Cocoe, chargée de valider les résultats, a vérifié toute le journée chaque procès-verbal, département par département, après avoir suspendu ses comptages dimanche au milieu de la nuit sans parvenir à désigner un vainqueur.
     
  • Dès dimanche, les deux camps avaient revendiqué la victoire avec une courte avance, Jean-François Copé affirmant avoir gagné par un peu plus de 1 000 voix d'écart. François Fillon avait immédiatement affirmé qu'il "ne se laisserait pas voler la victoire", tout en regrettant que son adversaire n'ait pas pris la peine d'attendre la proclamation des résultats par la Cocoe.
     
  • Le déchirement au sein du parti de l’ancien président Nicolas Sarkozy a fait surtout la joie du Front national. Quant au PS, toujours marqué par ses propres déboires au Congrès de Reims de 2008, il est resté plutôt discret sur la question.
     
  • 300 000 militants de l’UMP étaient appelés à voter dimanche. La participation a été estimée à plus de 50 %.

Revivez les principaux évènements de la journée sur notre liveblogging.

 

Première publication : 19/11/2012

COMMENTAIRE(S)