Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • Ebola : la Côte d'Ivoire ferme ses frontières avec la Guinée et le Liberia

    En savoir plus

  • La Libye renonce à accueillir la Coupe d'Afrique des nations en 2017

    En savoir plus

  • Montebourg : la France "ne peut plus se laisser faire" face à l'Allemagne

    En savoir plus

  • Vidéo : destruction de la maison d'un membre du Hamas à Hébron

    En savoir plus

  • Trafic aérien interdit au-dessus du volcan Bardarbunga

    En savoir plus

  • À Kiev, Angela Merkel défend "l'intégrité territoriale" de l'Ukraine

    En savoir plus

  • RD Congo : les victimes du "colonel 106" racontent leur calvaire

    En savoir plus

  • Les deux nouveaux satellites Galileo placés sur la mauvaise orbite

    En savoir plus

  • Le Hamas signe la demande d’adhésion palestinienne à la CPI

    En savoir plus

  • 2e division blindée : "Nous étions des frères"

    En savoir plus

  • Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

    En savoir plus

  • Attentat-suicide meurtrier contre le QG des renseignements à Bagdad

    En savoir plus

  • Gaza : intensification des frappes après la mort d’un enfant israélien

    En savoir plus

  • Meurtre de James Foley : Washington n'exclut pas de frapper l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

Moyen-orient

Facebook accusé de censure par un mouvement féministe arabe

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 20/11/2012

La photo d’une Syrienne, sans voile, militant pour le droit des femmes, a été retirée sans explication de Facebook. Le mouvement "Uprising of the Women in the Arab World" s'indigne et s’interroge sur la ligne politique du réseau social.

Elles s’appellent Soha, Anas, Mira… Elles viennent de Syrie, du Liban, d’Arabie saoudite ou encore du Yémen. Toutes témoignent, sur le groupe Facebook "Uprising of the Women in the Arab World", de la contrainte d’être une femme dans les pays arabes. Le principe est simple : pour défier les tabous religieux et sociaux de leur région d’origine, ces épouses, ces jeunes filles ou encore ces mères, visage voilé ou non, postent sur le réseau social des photos d’elles accompagnées d’un message. Un témoignage de leur désarroi au quotidien, parfois direct - "Je soutiens le mouvement parce que mon corps et mon avenir n’appartiennent qu’à moi" -, parfois poétique - "Je soutiens le mouvement parce que, pendant 20 ans, je n’avais pas le droit de sentir le vent dans mes cheveux et sur mon corps".

Seulement voilà, la création de ce groupe, lancé début octobre par cinq féministes arabes - deux Libanaises, une Palestienne, une Saoudienne et une Égyptienne - ne semble pas du goût du géant des réseaux sociaux. Le 21 octobre dernier, alors que la page bat des records d’adhésion en attirant pas moins de 30 000 membres en quatre semaines, Facebook retire soudainement une photo postée dessus : le portrait d’une jeune Syrienne, Dana Bakdounis, cheveux courts, bras nus et tête dévoilée, tenant dans sa main son passeport sur lequel on peut voir son visage recouvert d’un voile. Tout un symbole.

"Je soutiens le soulèvement des femmes dans le monde arabe parce que je ne veux pas porter tout ce noir" (Dima, Arabie Saoudite)

Censure de la photo : erreur de Facebook ou démarche intentionnelle ?

"On a été scandalisées, bien sûr, mais on a tout de suite pensé à une erreur du réseau social", explique Yalda Younès, l’une des Libanaises administratrices de la page, contactée par FRANCE 24. "On a attendu mais les jours passaient et la photo n’était pas republiée. On a commencé à se poser quelques questions." Un étonnement d’autant plus légitime que la star de la Silicone Valley n’a accompagné son geste d’aucun message, ni d’aucune explication.

Le 28 octobre, face au mutisme du réseau social, les fondatrices du groupe décident de reposter la photo de la jeune Syrienne. "On savait que son portrait allait faire parler. Enlever son voile est très mal vu. C’est pire que de ne l’avoir jamais mis. C’est perçu comme un véritable acte de rébellion." Mais à peine remise en ligne, la photo est à nouveau retirée. Pis, le compte Facebook de Yalda est, dans la foulée, suspendu pendant sept jours. Sans explication. La thèse de "l’erreur" s’éloigne définitivement. Et la Toile s’enflamme autour du sujet.

"On a alerté les internautes. On était scandalisée. Et, dans le même temps, on a écrit à Facebook pour réclamer une explication", continue Yalda. Le groupe de Mark Zuckerberg ne répond pas. De quoi s’interroger sur la ligne politique du réseau social. Car les militantes se demandent si on a voulu les faire taire. "Je ne demande pas d’excuses, juste une explication. Pourquoi nous censurer ? Pourquoi retirer cette photo-là précisément ?", s’indigne Yalda.

Facebook bloque les comptes des administratrices

"Je soutiens le soulèvement des femmes dans le monde arabe parce que dans mon pays, la réussite d'une femme ne se mesure pas à ses compétences mais au choix de son mari" (Mai, Égypte)

Le 31 octobre, nouveau retournement de situation : Facebook remet en ligne la photo de Dana. Mais ne réactive pas le compte de Yalda. Le 6 novembre, ce sont les pages des cinq administratrices qui sont bloquées. "J’ai reçu un avertissement me signifiant que mon compte serait suspendu 30 jours", ajoute Yalda. Cette fois-ci, le réseau social se fend d’un message : "Vous avez partagé un post qui viole les règles communautaires de Facebook". Lesquelles ? Pas de précisions.

À la colère cède alors la paranoïa : "Ils ont bloqué nos comptes le 6 novembre, le jour où nous n’avons posté que des photos en provenance d’Arabie saoudite. Nous voulions célébrer l’anniversaire d’un événement particulier : le 6 novembre 1990, un groupe de 47 Saoudiennes avaient pris le volant pour défier les autorités qui leur interdisaient de conduire. La coïncidence est troublante. Le jour où nous nous attardons sur ce pays, nos comptes sont bloqués. Je ne sais pas s’il y a eu des pressions de Riyad mais je constate qu’il y a des zones géographiques intouchables".

La photo de Dana censurée à cause d’un doute sur son identité…

Contacté par FRANCE 24, un porte-parole de Facebook se défend de toute atteinte à la liberté d’expression et affirme que les suspensions des comptes des fondatrices du groupe ont fait suite au non respect d’un "élément des conditions d’utilisations du site communautaire", sans jamais préciser le point en question.

En ce qui concerne Dana, Facebook explique que la photographie avait été censurée "par erreur" avant d’être rétablie. Une version confirmée par Yalda. "Il y a quelques jours, les administrateurs de Facebook se sont décidés à se justifier. Et vous n’allez pas croire ce qu’ils nous ont expliqué. Apparemment, ils auraient eu des doutes quant à l’identité de Dana parce qu’elle ne ressemblait pas à la photo collée sur le passeport qu’elle brandissait ! Depuis quand Facebook s’intéresse-t-il à l’identité réelle de ses membres ? Vraiment, existe-t-il plus malhonnête explication de la part d’un site qui se fait le champion du voyeurisme en tout genre ?"

 

Première publication : 19/11/2012

  • INTERNET

    Facebook franchit le cap du milliard d'utilisateurs actifs

    En savoir plus

  • INTERNET

    Facebook provoque la colère de ses utilisateurs en changeant leur adresse e-mail

    En savoir plus

  • INTERNET

    L'Inde demande aux géants de la Sillicon Valley de faire le ménage sur le Web

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)