Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

En Inde, des femmes se mobilisent contre l'alcool

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Communication digitale : de l'influence à la propagande

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gad Elmaleh, le roi de l’humour, vit son rêve américain

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Hillary Clinton, candidate mal aimée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

JO : les Brésiliens sceptiques, à 8 jours du coup d'envoi

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ci-gît la démocratie turque"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Anticonstitutionnellement"

En savoir plus

LE DÉBAT

Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : le renseignement a-t-il failli ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : le renseignement a-t-il failli ? (partie 1)

En savoir plus

Economie

La France perd son triple A auprès de l'agence Moody's

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/11/2012

Après Standard & Poor's au début de l'année, l'agence de notation Moody's a, à son tour, annoncé lundi avoir dégradé la note de la France qui passe du AAA à AA1.

Moody's a abaissé lundi soir d'un cran la note de la dette de long terme de la France, qui perd ainsi son précieux AAA, meilleure distinction possible, auprès d'une deuxième grande agence d'évaluation financière internationale après Standard and Poor's en début d'année.

Moody's a attribué à la France la note AA1, assortie d'une perspective négative, ce qui signifie qu'elle pourrait à nouveau l'abaisser à moyen terme, selon un communiqué publié dans la soirée.

Pour justifier sa décision, l'agence, qui menaçait d'abaisser la note française depuis le 13 février, évoque des "perspectives économiques de long terme affectées de manière négative par de multiples défis structurels", dont "une perte de compétitivité graduelle mais continue" et "des rigidités des marchés du travail, des biens et des services".

Elle cite aussi des "perspectives budgétaires incertaines en raison de la dégradation des perspectives économiques". Enfin, selon Moody's, la capacité de la France à résister à d'éventuels nouveaux chocs futurs de la zone euro "diminue", et ce d'autant que son exposition aux pays fragiles de l'Union monétaire, via les liens commerciaux ou bancaires, "est beaucoup trop importante".

AFP

  

Première publication : 20/11/2012

  • DETTE

    François Baroin confirme la perte du triple A français

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le triple A de Moody’s vaut-il mieux que le AA+ de Standard & Poor's ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)