Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Economie

Free : après la guerre des prix, la guerre des emplois

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 19/11/2012

Un rapport commandé par Free affirme que son irruption dans le monde des forfaits mobiles est bénéfique pour l’emploi en France. Le document ne remet pas pour autant en cause les critiques sur l’impact social négatif dans les télécoms.

L’empire Free contre-attaque. Xavier Niel, PDG d’Iliad - la maison mère de l’opérateur internet et téléphonique - ne compte plus laisser dire impunément que son arrivée sur le marché des forfaits mobiles est néfaste pour l’emploi en France. Pour tordre le cou à ce discours, relayé y compris dans les plus hautes sphères de l’État, Free a commandé un rapport sur “l’impact macroéconomique de l’attribution de la quatrième licence mobile" à Free en 2010.

Le résultat de cette étude, publiée lundi 19 novembre par le site du quotidien économique "Les Échos", a dû combler de bonheur Xavier Niel : l’irruption de Free dans le monde très fermé des Orange, SFR et autre Bouygues serait en fait une aubaine pour l’emploi. À court terme, le forfait low-cost introduit par le trublion du mobile en janvier 2012 devrait créer entre 16 000 et 30 000 postes selon les deux économistes responsables de ces recherches. À plus long terme, le jackpot pour l’emploi dépasserait, d’après eux, largement les 30 000.

Pour donner à ce travail tout le vernis de respectabilité possible, Free a mandaté pour l’écrire un membre du Conseil d’analyse économique et professeur à HEC, David Thesmar, et un économiste de l’École d’économie de Toulouse, Augustin Landier.

Ces deux membres de la jeune garde du mouvement libéral français semblent même s’étonner que la question de l’impact sur l’emploi de Free Mobile fasse débat. Pour eux, l’équation est claire : la pression vers le bas sur les prix des forfaits exercée par l’opérateur à bas coût permettrait aux consommateurs d’économiser plus de 1,7 milliard d’euros par an. Une manne financière qui servirait à faire d’autres dépenses nourrissant ainsi l’économie française et créant donc indirectement plus d’emplois que Free n’en détruit. Du travail en plus qui ne se trouverait pas forcément dans le secteur des télécoms.

Jeu de massacre social

Ce rapport ne conteste pas que l’arrivée de Free a entraîné des turbulences sociales chez SFR, Bouygues & Co. C’est le principal reproche fait à l’opérateur à bas coût. "Casser les prix peut sembler de bonne guerre, mais cela a eu pour conséquence deux plans sociaux annoncés chez SFR et Bouygues, des destructions d’emplois dans la sous-traitance, la précarisation des travailleurs chez Free, les délocalisations accélérées dans les centres d’appels, l’aggravation des difficultés d’Alcatel”, a ainsi affirmé Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, la semaine dernière dans une interview accordée à l’hebdomadaire "L’Usine nouvelle".

L’ampleur de ce jeu de massacre social dans les télécoms fait en revanche débat. Les autres opérateurs téléphoniques, l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) ou encore certains économistes comme Bruno Deffains, professeur d’économie à l’université Panthéon-Assas, ne sont pas d’accord sur les chiffres. Les estimations varient entre 10 000 à 55 000 emplois menacés par l’arrivée de Free dans l’univers mobile.

Reste que cette polémique sur l’emploi créé ou détruit par Free montre combien un an après son arrivée sur le marché, l’opérateur continue à être au centre du débat. Normal : lors de la présentation, le 14 novembre, de ses résultats financiers pour le troisième trimestre 2012, Iliad a annoncé qu’il avait gagné 805 000 nouveaux abonnés mobiles et comptait désormais 4,4 millions de clients Free Mobile. L’opérateur a ainsi doublé son parc en six mois. Un succès qui doit énerver la concurrence où la progression des abonnements est bien plus faible (entre 11 000 en plus pour Bouygues et 320 000 pour Orange).

Première publication : 19/11/2012

  • TÉLÉCOMMUNICATIONS

    Free s'offre un concept-store géant pour changer son image low cost

    En savoir plus

  • TÉLÉPHONIE

    Quelque 10 000 emplois menacés par l'arrivée de Free Mobile en France, selon l'Arcep

    En savoir plus

  • TÉLÉCOMS

    Les opérateurs "historiques" s'érigent en victimes de Free

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)