Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Père Noël habite en Chine"

En savoir plus

Moyen-orient

Deux des plus importants groupes islamistes rejettent la nouvelle coalition d'opposition

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/11/2012

Plusieurs groupes de combattants islamistes, dont les deux plus importants, rejettent la Coalition nationale syrienne, se prononçant pour un État islamique. Parmi eux, le Front al-Nosra qui a revendiqué de nombreux attentats en Syrie.

Des groupes islamistes armés, notamment les deux plus importants, Liwaa al-Tawhid et Front al-Nosra, qui combattent à Alep, ont annoncé leur rejet de la Coalition nationale syrienne et se sont prononcés pour un Etats islamique, selon une vidéo diffusée sur internet.

"Nous, factions combattantes sur le terrain de la ville d'Alep et de sa province, annonçons notre rejet du complot que représente ce qu'on appelle la Coalition nationale et nous sommes mis d'accord à l'unanimité sur l'instauration d'un Etat islamique juste", affirment-ils dans un texte lu par un homme et enregistré par vidéo.

Parmi les 14 organisations signataires de cet appel figurent notamment Liwa al Tawhid, Front al-Nosra et Kataëb Ahrar Cham.

Liwa al-Tawhid, au départ proche des Frères Musulmans, s'est radicalisé au fil du temps, Front al-Nosra appartient à la mouvance jihadiste et a revendiqué de nombreux attentats contre le régime en Syrie et Kataëb Ahrar Cham est salafiste.

"Nous refusons tous les plans extérieurs, que ce soit les coalitions ou les conseils (faisant allusion au Conseil national syrien) qui nous sont imposés d'où qu'ils viennent", ajoute la déclaration.

Les composantes de l'opposition syrienne se sont unifiées et ont signé le 11 novembre à Doha un accord sur la constitution d'une "Coalition nationale syrienne pour les forces de l'opposition et de la révolution", visant à lutter contre le régime de Bachar al-Assad.

Sur la vidéo, apparaissent une trentaine d'hommes -certains en treillis- assis autour d'une table et celui qui lit la déclaration porte une barbe. Derrière lui est accroché un drapeau islamiste noir avec les mots "il n'y pas d'autre dieu que Dieu)" et un coran se trouve devant lui.

A la fin de la lecture du texte, les images montrent un autre homme brandissant un coran en réclamant que "le coran soit la Constitution" avant de scander "Allah Akbar" que tout le groupe reprend derrière lui.

Déclaration de plusieurs groupes de rebelles islamistes syriens refusant la coalition nationale



Il s'agit des groupes combattants les plus important dans le nord de la Syrie, qui est quasiment entièrement aux mains des rebelles.

Interrogé par l'AFP, le colonel rebelle Abdel Jabbar al-Oqaïdi, chef du conseil militaire de l'ASL de la région d'Alep (nord), a affirmé que "ces factions représentent une partie des factions militaires sur le terrain et reflètent leur position mais ce n'est pas toute la force militaire à Alep qui s'exprime".

"Le Conseil militaire a annoncé son soutien à la Coalition et nous allons collaborer avec eux", a-t-il ajouté.

En Syrie, les rebelles et islamistes radicaux combattent côte à côte les troupes du régime de Bachar al-Assad, mais ils sont désormais présents sur la quasi-totalité des fronts et selon des militants, les jihadistes sont devenus la première force d'opposition armée dans le nord du pays grâce au financement du Golfe.

Leur nombre pourrait atteindre désormais plus de 10.000 combattants, selon les mêmes sources.

Début novembre le colonel Oqaïdi avait confirmé à l'AFP que ses forces combattaient au côté de ces jihadistes précisant qu'ils sont "plus enclins au martyre". Des rebelles sur le terrain avaient précisé les laisser monter en première ligne.

AFP

Première publication : 19/11/2012

  • TURQUIE

    Après Paris, Ankara reconnaît la coalition nationale syrienne

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    François Hollande reconnaît la coalition nationale syrienne

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les Frères musulmans renforcés dans l'opposition par l'arrivée d'Al-Khatib

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)