Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

FIAC 2014 : l'art contemporain célébré à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabrice Arfi, auteur, "Le sens des affaires"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à la condamnation d'Oscar Pistorius

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Brésil : à la conquête de l'électorat populaire

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le duo Pouyanné-Desmaret aux manettes de Total

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'EI : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak, mais à quel prix ?

En savoir plus

DÉBAT

Migrants illégaux : l'impasse à Calais, dans le nord de la France

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile mexicaine réclame la démission du président

En savoir plus

Economie

Le pionnier des antivirus John McAfee raconte sa traque à Belize

© Capture d'écran - whoismcafee.com

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 21/11/2012

Recherché dans une affaire de meurtre à Belize, en Amérique latine, John McAfee, connu pour avoir inventé les premiers antivirus informatiques, a décidé de donner sa version de l’affaire sur un blog alors qu’il est en fuite.

Il a beau être en fuite, John McAfee sait comment narguer les autorités de Belize et se faire entendre du monde. Le célèbre pionnier des antivirus informatiques, recherché dans une affaire de meurtre, tente actuellement d’échapper à la police de cet État d’Amérique centrale. Entre deux planques et déguisements, il a décidé depuis trois jours de narrer sur Internet sa partie de cache-cache avec les autorités.

Ces dernières cherchent, depuis une semaine, à l’interroger sur son éventuelle implication dans le meurtre de Gregory Faull, son voisin américain à Be. L’implication de John McAfee avait donné à ce fait divers une dimension internationale, sur le thème de la lente descente aux enfers d’une ex-star de la Silicon Valley.

Sur son tout nouveau blog baptisé Hinterlands (“L’arrière pays”), John McAfee semble très remonté contre le gouvernement de Belize, qu’il accuse de harcèlement systématique tout en s’amusant ouvertement de sa propension à échapper au nez et à la barbe des enquêteurs.

Dans un post haut en couleur mis en ligne lundi 19 novembre, il promet ainsi une récompense de 25 000 dollars à celui qui lui apportera le nom de “la personne ou des personnes responsable(s) du meurtre de John Faull”. Il détaille, ensuite, par le menu comment il a décidé d’espionner lui-même les policiers qui sont à sa poursuite.

Vendeur à la sauvette guatémaltèque ou touriste allemand ?

Dans ce récit du chat et de la souris, il décrit comment il s’est déguisé en vendeur à la sauvette guatemaltèque “qui parle anglais avec un fort accent hispanique”. John McAfee explique qu’il a “assombri son visage [...] et ses dents de devant”, qu’il a mis “des chewing-gums dans ses joues pour avoir un visage plus gros” et qu’il a “ajusté sa posture pour avoir l’air plus petit”.

Il assure également s’être fait passer, un autre jour, pour un vieux touriste allemand - John McAfee est âgée de 65 ans - qui proférait des insanités à tout bout de champ. “Un sacré spectacle”, commente le fugitif sur son blog.

Dans d’autres billets, il raconte le réconfort que lui apporte Sam, une jeune femme de 20 ans qui a juré de “rester à ses côtés jusqu’au bout”. Le “bout” serait, pour John McAfee, d’être attrappé par la police locale. Une hypothèse à laquelle il semble s’être préparé puisqu’il assure avoir “déjà écrit suffisamment de billets pour alimenter ce blog pendant un an sous le contrôle de l’administrateur du site Chad”. Ce dernier, Chad Essley, un graphiste ami du millionnaire déchu, a confirmé samedi à la chaîne d’informations américaine NBC que John McAfee était bien l’auteur des écrits sur Hinterland.

Mais au-delà du récit d’un homme en colère qui clame son innocence, le blog est surtout une tentative de réhabilitation. John McAfee y assure que tout ce qui a pu être écrit sur lui depuis le meurtre - et même avant - est le fruit d'un “excès de sensationnalisme d'une certaine presse”.

L’image actuelle de celui qui a donné, dans les années 1980, ses lettres de noblesse aux antivirus est, en effet, loin d’être flatteuse. John McAfee, un temps à la tête d’une fortune estimée à plus de 100 millions de dollars, a perdu une grande partie de son argent dans des conditions obscures (mauvais placements immobiliers et dépenses fastueuses dans divers projets spirituels ou sportifs). Depuis qu’il s’est exilé à Belize, en 2008, il est soupçonné, notamment d’après une enquête du site spécialisé dans les nouvelles technologies Gizmodo, de s’être rapproché des milieux locaux de la pègre et de travailler sur de nouvelles drogues.

Première publication : 20/11/2012

  • BELIZE

    John McAfee, pionnier des antivirus, recherché pour homicide au Belize

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)