Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Ville morte en RDC" : une mobilisation inégale dans le pays

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Syrie: la Turquie sur tous les fronts

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : au Niger, les enfants de plus en plus touchés par la malnutrition

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Tonino Benacquista, roi du romanesque

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Montebourg, Sarkozy : leurs propositions pour redresser l'économie française

En savoir plus

LE DÉBAT

Destruction des mausolées de Tombouctou : un procès historique devant la CPI

En savoir plus

LE DÉBAT

Destruction des mausolées de Tombouctou : un procès historique devant la CPI (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'État français a-t-il volontairement omis des détails dans un rapport sur Renault ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Renzi, Merkel et Hollande sont sur un bateau"

En savoir plus

FRANCE

Les victimes de viol signent le "Manifeste des 313"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/11/2012

En 1971, 343 femmes signaient dans Le Nouvel Observateur le "Manifeste des 343 salopes" dans lequel elles reconnaissaient avoir avorté. Jeudi, l'hebdomadaire publie cette fois l'appel de 313 femmes déclarant avoir été violées.

Quarante et un ans après avoir publié le "Manifeste des 343 salopes" rédigé par Simone de Beauvoir pour faire avancer la cause de l’avortement, le Nouvel Observateur publie dans son édition de jeudi le "Manifeste des 313", signé de la main de plus de 300 femmes qui déclarent toutes avoir été violées. Un "acte politique" pour "briser le silence" et interpeller les pouvoirs publics sur les "stéréotypes" entourant ce crime.

La couverture du Nouvel Obs' en 1971

À l'origine du manifeste dont elle est la première signataire, la féministe et militante de la gauche radicale Clémentine Autain. "Il est temps de libérer la parole, condition sine qua non pour en finir avec le viol. Nous voulons briser le silence sur ces millions de femmes violées. Je déclare que je suis l'une d'elles. Je déclare avoir été violée. Le dire publiquement, ensemble, est un acte politique", y écrit-elle.

Une femme est violée toutes les huit minutes en France

Elles sont donc 313 à évoquer publiquement ce traumatisme. Parmi elles figurent les noms de l'ex-championne de tennis Isabelle Demongeot et de Marie-Laure de Villepin, ancienne épouse de l'ex-Premier ministre Dominique de Villepin, en passant par l'auteur et scénariste Frédérique Hébrard.

Ce texte, publié à quelques jours de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, le 25 novembre, rappelle qu'"en France, une femme est violée toutes les huit minutes" et que trop de clichés entourent cet acte criminel. 80 % des viols restent aujourd'hui, en effet, commis par un proche - conjoint, amant, père, grand-père, ami de la famille. Une réalité bien loin du stéréotype selon lequel le violeur est un psychopathe violent entraînant sa victime en minijupe dans une ruelle obscure. Selon les associations, 75 000 à 100 000 personnes sont violées chaque année en France.

 

Première publication : 21/11/2012

  • FRANCE

    Dix acquittements dans le procès des viols collectifs

    En savoir plus

  • TUNISIE

    "Violée par des policiers tunisiens, ma fiancée est accusée d’attentat à la pudeur"

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Le viol filmé d'une adolescente crée la stupeur en Afrique du Sud

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)