Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

  • En direct : Manuel Valls en quête de confiance face aux députés

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak?

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Ligue des champions : un Monaco diminué retrouve l'Europe dix ans après

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama veut envoyer 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

FRANCE

Alain Juppé se donne 15 jours pour résoudre la crise à l'UMP

© AFP

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/11/2012

Alain Juppé accepte de présider l'instance chargée de réexaminer les résultats de l'élection controversée du président de l'UMP. Le maire de Bordeaux rendra ses conclusions "sous 15 jours". Retour sur les événements de jeudi.

20h00 : Alain Juppé annonce une première réunion de la commission collégiale "extra-statutaire" dès "le début de la semaine prochaine" en vue de conclusions "sous 15 jours". La Commission nationale des recours de l'UMP se réunira, elle, dimanche à 11 heures au siège de l'UMP.

De son côté, Patrice Gélard, le président de la Cocoe, juge qu'il n'est pas possible de "savoir qui va gagner" la présidence de l'UMP, ajoutant qu'on ne le saura qu'après le recomptage des voix "dans 4 ou 5 fédérations" litigieuses.

19h30 : Alain Juppé annonce que Jean-François Copé et François Fillon acceptent sa médiation.

16h30 : Jean-François Copé annonce qu’il acceptera le "verdict" d'Alain Juppé. Dans le même temps, Valérie Pécresse, soutien de Fillon, refuse que le maire de Bordeaux tranche sur la base des travaux de la Commission nationale des recours quelle juge "remplie de membres copéistes".

14h00 : La Cocoe reconnaît que trois circonscriptions d'outre-mer n'ont pas été "prises en compte". Mieux, l'organe interne reconnaît qu'une nouvelle addition des votes aboutirait "vraisemblablement" à une inversion des résultats. Elle demande à la Commission nationale de recours de l’UMP de statuer en publiant des "résultats définitifs après examen d'éventuels recours internes".

13h45 : Alain Juppé accepte d'arbitrer le conflit Fillon/Copé. Il prône l'instauration "d'une instance collégiale composée, sous [sa] présidence, de représentants des deux candidats et de personnalités n'ayant pas pris parti", qui

"J'ai décidé de saisir la Commission nationale des recours" (Copé)

examinerait "dans un délai de dix jours" les résultats de l'élection. Il affirme que cette proposition ne tiendrait que jusqu'à 20 heures ce soir. 

Le maire de Bordeaux avait été sollicité par François Fillon pour dénouer la crise, ce dernier souhaitant qu’Alain Juppé prenne la présidence du parti de manière temporaire.

"Je n'ai pas l'intention de me laisser instrumentaliser dans les confrontations délétères", a souligné le co-fondateur du parti d’opposition. "Ce qui est désormais en cause, ce n'est plus la présidence de l'UMP, c'est l'existence même de l'UMP. Notre mouvement est menacé d'éclatement, voire de disparition. Ce serait un séisme dans la vie démocratique de notre pays", écrit-il sur Twitter, entendant mettre fin à "ce scénario désastreux".

12h20 : Jean-François Copé propose qu'Alain Juppé assiste comme "observateur" à la Commission nationale des recours. Un peu plus tôt, pourtant, le président de l'UMP avait refusé la "médiation" d'Alain Juppé.

12h00 : Jean-François Copé annonce qu’il saisit la commission nationale des recours du parti.

Dans la matinée : Le nouveau président de l'UMP a accusé l'équipe de l'ancien Premier ministre d'"opérations massives, délibérées, préméditées de fraude" en Nouvelle-Calédonie, l'un des départements d'outre-mer au cœur du litige.

François Fillon a revendiqué la, veille au soir sur TF1 la victoire avec 26 voix d'avance après l'omission de 1 304 suffrages outre-mer (Nouvelle-Calédonie, Wallis-et-Futuna, Mayotte).

Sur Europe 1, Jean-François Copé qualifie François Fillon de "mauvais perdant"

Copé : "C'est l'histoire d'un perdant qui... par Europe1fr

 

Première publication : 22/11/2012

  • FRANCE

    UMP : pour la Cocoe, les votes manquants changeraient la donne

    En savoir plus

  • FRANCE

    Jean-François Copé va saisir la commission des recours de l'UMP

    En savoir plus

  • FRANCE

    UMP : Fillon renonce à la présidence mais n'exclut pas de saisir la justice

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)