Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Alpha Condé s'exprime sur le retour avorté de Dadis Camara a Conakry

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants, l'Europe peine à trouver des solutions viables

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat déjoué du Thalys, la sécurité dans les transports au coeur du débat

En savoir plus

TECH 24

Eau High-tech

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

L'Assemblée Nationale, cœur de la démocratie française

En savoir plus

#ActuElles

L'organisation de l'État islamique et sa "théologie du viol"

En savoir plus

FOCUS

Nouvelle-Orléans : dix ans après le cyclone Katrina, le traumatisme demeure

En savoir plus

REPORTERS

Avec les soldats de l'opération Barkhane, au cœur de la lutte anti-terroriste au Sahel

En savoir plus

BILLET RETOUR

Proche-Orient : Jénine, la renaissance fragile

En savoir plus

FRANCE

Alain Juppé se donne 15 jours pour résoudre la crise à l'UMP

© AFP

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/11/2012

Alain Juppé accepte de présider l'instance chargée de réexaminer les résultats de l'élection controversée du président de l'UMP. Le maire de Bordeaux rendra ses conclusions "sous 15 jours". Retour sur les événements de jeudi.

20h00 : Alain Juppé annonce une première réunion de la commission collégiale "extra-statutaire" dès "le début de la semaine prochaine" en vue de conclusions "sous 15 jours". La Commission nationale des recours de l'UMP se réunira, elle, dimanche à 11 heures au siège de l'UMP.

De son côté, Patrice Gélard, le président de la Cocoe, juge qu'il n'est pas possible de "savoir qui va gagner" la présidence de l'UMP, ajoutant qu'on ne le saura qu'après le recomptage des voix "dans 4 ou 5 fédérations" litigieuses.

19h30 : Alain Juppé annonce que Jean-François Copé et François Fillon acceptent sa médiation.

16h30 : Jean-François Copé annonce qu’il acceptera le "verdict" d'Alain Juppé. Dans le même temps, Valérie Pécresse, soutien de Fillon, refuse que le maire de Bordeaux tranche sur la base des travaux de la Commission nationale des recours quelle juge "remplie de membres copéistes".

14h00 : La Cocoe reconnaît que trois circonscriptions d'outre-mer n'ont pas été "prises en compte". Mieux, l'organe interne reconnaît qu'une nouvelle addition des votes aboutirait "vraisemblablement" à une inversion des résultats. Elle demande à la Commission nationale de recours de l’UMP de statuer en publiant des "résultats définitifs après examen d'éventuels recours internes".

13h45 : Alain Juppé accepte d'arbitrer le conflit Fillon/Copé. Il prône l'instauration "d'une instance collégiale composée, sous [sa] présidence, de représentants des deux candidats et de personnalités n'ayant pas pris parti", qui

"J'ai décidé de saisir la Commission nationale des recours" (Copé)

examinerait "dans un délai de dix jours" les résultats de l'élection. Il affirme que cette proposition ne tiendrait que jusqu'à 20 heures ce soir. 

Le maire de Bordeaux avait été sollicité par François Fillon pour dénouer la crise, ce dernier souhaitant qu’Alain Juppé prenne la présidence du parti de manière temporaire.

"Je n'ai pas l'intention de me laisser instrumentaliser dans les confrontations délétères", a souligné le co-fondateur du parti d’opposition. "Ce qui est désormais en cause, ce n'est plus la présidence de l'UMP, c'est l'existence même de l'UMP. Notre mouvement est menacé d'éclatement, voire de disparition. Ce serait un séisme dans la vie démocratique de notre pays", écrit-il sur Twitter, entendant mettre fin à "ce scénario désastreux".

12h20 : Jean-François Copé propose qu'Alain Juppé assiste comme "observateur" à la Commission nationale des recours. Un peu plus tôt, pourtant, le président de l'UMP avait refusé la "médiation" d'Alain Juppé.

12h00 : Jean-François Copé annonce qu’il saisit la commission nationale des recours du parti.

Dans la matinée : Le nouveau président de l'UMP a accusé l'équipe de l'ancien Premier ministre d'"opérations massives, délibérées, préméditées de fraude" en Nouvelle-Calédonie, l'un des départements d'outre-mer au cœur du litige.

François Fillon a revendiqué la, veille au soir sur TF1 la victoire avec 26 voix d'avance après l'omission de 1 304 suffrages outre-mer (Nouvelle-Calédonie, Wallis-et-Futuna, Mayotte).

Sur Europe 1, Jean-François Copé qualifie François Fillon de "mauvais perdant"

Copé : "C'est l'histoire d'un perdant qui... par Europe1fr

 

Première publication : 22/11/2012

  • FRANCE

    UMP : pour la Cocoe, les votes manquants changeraient la donne

    En savoir plus

  • FRANCE

    Jean-François Copé va saisir la commission des recours de l'UMP

    En savoir plus

  • FRANCE

    UMP : Fillon renonce à la présidence mais n'exclut pas de saisir la justice

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)