Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Fabrice Arfi, auteur, "Le sens des affaires"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à la condamnation d'Oscar Pistorius

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Brésil : à la conquête de l'électorat populaire

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le duo Pouyanné-Desmaret aux manettes de Total

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'EI : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak, mais à quel prix ?

En savoir plus

DÉBAT

Migrants illégaux : l'impasse à Calais, dans le nord de la France

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile mexicaine réclame la démission du président

En savoir plus

FOCUS

Mines d'uranium en Inde : les populations sacrifiées de Jadugoda

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Nouveaux jardins d'idées

En savoir plus

FRANCE

Une Française violemment agressée dans un bus en Australie : "Parle anglais ou crève !"

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 22/11/2012

Fanny Desaintjores, une jeune Française de 22 ans, a été violemment prise à partie dans un bus à Melbourne après avoir chanté dans sa langue natale. "Parle anglais ou crève salope !", lui a notamment lancé un passager excédé.

La scène se passe dans un bus à Melbourne, le 11 novembre dernier. Il est environ 22h30 quand Fanny Desaintjores, accompagnée de ses amies, entonne une chanson en français. Très vite, plusieurs passagers semblent agacés par la langue utilisée. À en croire Mike Nayna, un témoin qui a filmé la scène avec son téléphone portable, tout a basculé lorsqu’une des passagères du bus rétorque à la jeune femme  : "Aussie, Aussie, Aussie [Australien, en argot]". Cette dernière, qui refuse de se laisser impressionner, réplique en chantant plus fort.

La scène devient alors surréaliste et les réactions disproportionnées. "Parle anglais ou crève salope !", lance le compagnon de la passagère agacée, une poussette dans les mains. Les violences proférées sont d’une rare violence. "Je vais te planter, sale pute, si tu continues de parler à ma copine comme ça", lance-t-il encore à Fanny, le visage déformé par la colère.

"Tout le monde dans le bus veut te tuer"

Un autre homme se joint aux insultes et menace la jeune Française de plus belle. "Je vais te couper les seins", lance-t-il. Une quatrième personne s’immisce à son tour dans la violente altercation avant de lâcher : "Tout le monde dans ce bus veut te tuer". À aucun moment, les autres passagers ne réagissent. L’homme à la poussette descend ensuite de l'autobus tout en continuant de défier la jeune Française: "Allez viens, sale chienne, descends ! Ça fait quatre fois qu’on te dit de foutre le camp". Fanny ne bouge pas tandis que le passager finit par faire exploser la vitre arrière du bus, faisant sursauter tous les voyageurs.

Indemne mais choquée, Fanny Desaintjores réussira, quelques jours plus tard, à prendre du recul sur cette histoire : "C’est un incident qui aurait pu arriver n’importe où, même en France, je ne vous juge pas" écrit-elle à l’auteur de la vidéo posté sur YouTube, lui-même victime d’injures racistes. Un passager lui aurait lancé que "les Noirs devraient être cantonnés à l’arrière des bus", avant d’ajouter : "Je hais les Noirs".

Fanny - qui a également confessé ne pas avoir tout compris aux insultes proférées - a expliqué qu’elle n’avait pas souhaité répondre à ses agresseurs pour ne pas faire dégénérer la situation."Au début, j'ai pensé qu'il était peut-être interdit de chanter dans les transports publics", explique-t-elle au quotidien britannique "The Guardian". "Mais je me suis rendue compte que les réactions étaient excessives, complètement folles", poursuit-elle.

Un incident "regrettable" mais "isolé"

Dans un éditorial virulent, le "Sydney Morning Herald" a fustigé le comportement de ces "idiots" en proie à "l'hystérie de masse, une éducation déficiente ou un passé malheureux". Une porte-parole de l’ambassade française en Australie, Lydie Bertrand, a déploré un tel comportement envers ses compatriotes rappelant toutefois que l’incident "regrettable" restait "isolé".

La police de Melbourne, qui vient d'être saisie, a annoncé l'ouverture d'une enquête pour "menaces verbales et injures racistes".

Melbourne, la deuxième ville d’Australie, est fréquentée par de nombreuses communautés immigrées. "Cette vidéo est le triste revers d’une ville qui se veut pourtant le reflet d’une métropole moderne et sophistiquée", analyse "The Guardian".

La scène a été filmée par un téléphone portable

Première publication : 22/11/2012

  • INTERNET

    Twitter accepte d’effacer les messages "#unbonjuif" en France

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Mario Balotelli veut faire taire les racistes

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Mario Balotelli veut faire taire les racistes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)