Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Université d'été du PS : "une allumette et c'est l'incendie"

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : la Syrie, une alliée inévitable ?

En savoir plus

DÉBAT

François Hollande expose la ligne diplomatique de la France

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président du Medef

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président du Parlement nigérien inquiété dans une affaire de trafic de bébés

En savoir plus

SUR LE NET

"L'Ice Bucket Challenge" détourné par un acteur américain

En savoir plus

SUR LE NET

Des militants anti-avortement s'opposent au " Ice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Honduras : ces enfants qui fuient leur pays au péril de leurs vies

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Garrigues, historien et spécialiste d'histoire politique

En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • Obama "n'a pas encore de stratégie" pour intervenir contre l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : le "double jeu dangereux" de Vladimir Poutine

    En savoir plus

  • La jeune garde des économistes français impressionne le FMI

    En savoir plus

  • Syrie : 43 casques bleus capturés par un groupe armé dans le Golan

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG hérite de Barcelone, Monaco de Benfica

    En savoir plus

  • En images : des millions de criquets envahissent Antananarivo

    En savoir plus

  • Des pirates russes “patriotes” à l’assaut de banques américaines ?

    En savoir plus

  • Netflix prépare "Marseille", un "House of Cards" aux accents provençaux

    En savoir plus

  • Cristiano Ronaldo, sacré meilleur joueur européen de l'année

    En savoir plus

  • L’OMS s’attend à plus de 20 000 cas d'Ebola en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Brad Pitt et Angelina Jolie se sont mariés dans leur château en France

    En savoir plus

  • Vidéo : à Paris, les coiffeuses sans-papiers de Château d'eau se rebellent

    En savoir plus

Economie

Bras de fer entre Buenos Aires et des fonds "vautours"

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 23/11/2012

Un juge américain a ordonné que l’Argentine rembourse à plusieurs fonds spéculatifs 1,3 milliard de dollars de créances qui traînent depuis la faillite argentine en 2001. Buenos Aires s'y refuse et devrait faire appel.

C’est une bombe de 1,3 milliard de dollars que Buenos Aires ne veut surtout pas voir exploser. Le gouvernement argentin a opposé, jeudi 22 novembre, une cinglante fin de non recevoir à des fonds spéculatifs américains qui lui réclament le paiement de dettes remontant à l’époque de la faillite argentine en 2001.

“C’est du colonialisme économique”, s'est exclamé Hernan Lorenzino, le ministre argentin des Finances. Les créanciers semblent pourtant dans leur bon droit : ils ont obtenu, mercredi 21 novembre, une décision d'un juge fédéral de New York qui ordonne le paiement “immédiat” de ces 1,3 milliard de dollars. Buenos Aires a indiqué qu’il combattrait cette décision “par tous les moyens” et devrait interjeter appel.

La justice américaine a estimé que le non-paiement de ces dettes depuis la faillite constituait une discrimination entre créanciers de l’Argentine. Une majeure partie d’entre eux (93 %) a, en effet, obtenu la garantie de récupérer une partie de ses créances. Cette résurgence du sombre passé économique de l’Argentine concerne donc seulement les 7 % de créanciers avec lesquels Buenos Aires n’a pas pu s’entendre en 2005 et 2010 lors des négociations pour solder ses comptes.

Des “vautours” très actifs

“Ces créances ont été rachetées à leurs propriétaires originaux par des fonds spéculatifs qui ont simplement fait le pari qu’ils pourraient obtenir en justice un remboursement de 100 % au lieu du paiement partiel que proposait l’Argentine”, explique à FRANCE 24 Jean-Jacques Kourliandsky, spécialiste de l’Amérique du Sud à l’Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS).

Pari qui semble, pour l’heure, gagné pour ces fonds spécialisés dans le recouvrement de créances aussi appelés fonds “vautours”. Ils avaient déjà par le passé réussi quelques coups d’éclats médiatiques : les saisies (rapidement annulées par un juge) des fonds de la Banco de la Nacion à New York et de l'ambassade d'Argentine à Paris en 2010 ou encore celle d’une frégate argentine au large du Ghana début octobre. Buenos Aires a même évité, par deux fois en 2007 et 2010, d’utiliser l’avion présidentiel de peur qu’il ne soit saisi.

Mais rien d’aussi conséquent que la récente victoire judiciaire aux États-Unis. “Si elle est confirmée, tout le château de cartes des accords entre l’Argentine et ses créanciers s’écroulerait”, juge Jean-Jacques Kourliandsky. Pour ce spécialiste, rien n’interdirait ensuite à ceux qui avaient accepté les compromis de demander finalement à être remboursé à 100 %.

Un coup dur, mais qui n’est même pas le pire des scénario. En effet, théoriquement, le juge américain a l’autorité de bloquer le versement des remboursements aux autres créanciers pour forcer l’Argentine à se plier à sa décision. Dans ce cas, Buenos Aires reviendrait tout simplement à la case faillite...

Après l’Argentine, la Grèce ?

Un état de fait d’autant plus inacceptable pour le gouvernement argentin que ces fonds “ne sont même pas des victimes directes de la faillite du pays”, rappelle Jean-Jacques Kourliandsky. Reste que les options dont dispose Cristina Kirchner, la présidente de l’Argentine, ne sont pas nombreuses. Outre la bataille judiciaire, elle peut opter pour un refus de payer quoi qu’il arrive. “Contrairement à un pays comme la Grèce qui ne survit que grâce à l’aide financière internationale, l’Argentine a une balance commerciale excédentaire et peut donc se permettre financièrement le risque de réprobation internationale en passant outre une décision judiciaire”, estime Jean-Jacques Kourliandsky. Cette situation n’en serait pas moins, d’après lui, très inconfortable pour le pays et pourrait rapidement déteindre sur ses relations commerciales.

Reste que la rapacité de ces fonds pourrait aussi se retourner contre eux. Surtout dans le contexte économique actuel où les possibilités de défauts souverains, comme en Grèce, sont de plus en plus pris au sérieux. Pas sûr que la communauté internationale tolère longtemps les agissements de ces fonds “vautours” qui peuvent ainsi menacer de réduire à néant les efforts de négocations entre les pays en difficulté et leurs créanciers. Une corde sur laquelle jouent actuellement les médias argentins qui, note Jean-Jacques Kourliandsky, affirment que “ce qui arrive à l’Argentine aujourd’hui peut arriver à la Grèce demain ou ailleurs”.

Première publication : 23/11/2012

  • ARGENTINE

    La présidente Kirchner confrontée au mécontentement grandissant des Argentins

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L'Amérique latine souffle le chaud et le froid sur l'Espagne en crise

    En savoir plus

  • ARGENTINE

    La "préoccupante" politique économique de Cristina Kirchner

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)