Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

Moyen-orient

Mohamed Morsi, homme d’État à l’étranger et "pharaon" en Égypte ?

© AFP

Texte par Leela JACINTO

Dernière modification : 23/11/2012

En obtenant un cessez-le feu entre Israël et le Hamas, le président égyptien Mohamed Morsi a récolté de nombreux éloges sur la scène internationale. Une auréole vite éclipsée par l’annonce d’un décret renforçant ses pouvoirs.

En arabe, l’Égypte est parfois appelée "Oum al-Dounia", mère du monde - un titre tombé en désuétude ces dernières décennies avec la hausse de la pauvreté, un pouvoir autocratique et son échec à défendre l’honneur du monde arabe. Mais, l’espace d’un instant, mercredi 21 novembre, le pays le plus peuplé de la nation arabe est redevenu le centre du monde.

Le cessez-le-feu entre le Hamas et Israël, obtenu par l’Égypte après 8 jours de combats intenses ayant abouti à la mort de 160 Palesiniens et 6 Israéliens, a démontré contre toute attente l’habileté diplomatique de Mohamed Morsi. Lors de la conférence de presse annonçant l’arrêt des hostilités le 21 novembre, la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton a encensé le président égyptien. "Je veux remercier le président Morsi pour son implication personnelle pour stopper l’escalade de violence à Gaza", a-t-elle déclaré.

 "Les États-Unis ont joué un rôle mais l’Égypte en a eu un bien plus grand", analyse Barbara Slavin, chercheuse à l’Atlantic Council de Washington DC. "C’est une victoire de Morsi et j’avoue qu’il m’impressionne de plus en plus", ajoute-t-elle.

"Morsi, l’ange barbu de la diplomatie"

Une parenthèse vite éclipsée par le décret pris par le Mohamed Morsi le 22 novembre. Désormais, aucune décision ou loi présidentielle ne peut être contestée. "Le président peut prendre toute décision ou mesure pour protéger la révolution", précise le texte en ajoutant que "toutes les déclarations constitutionnelles, décisions et lois émises par le président sont définitives et ne sont pas sujettes à appel".

À présent, l’Assemblée constituante égyptienne chargée de rédiger la nouvelle Constitution ne peut plus être dissoute. Majoritairement composée de députés islamistes, elle ne comporte aucun représentant de la communauté copte ou du Mouvement de la jeunesse du 6-avril (précurseur de la révolution de février 2011).

Dès l’annonce de ce nouveau décret, Mohamed El-Baradeï, figure de proue de l’opposition, a accusé Mohamed Morsi d’usurper tous les pouvoirs pour s'autoproclamer "nouveau pharaon d'Égypte".

 "Il va être difficile de convaincre le monde que l’Égypte est sur la voie du renouveau quand son président détient des pouvoirs presque illimités", a écrit sur le site de microblogging Twitter, Angus Blair, consultant de l’Institut Signet, un think tank basé au Caire.

"Chers médias américains, vous vous demandez qui a gagné la guerre Israël-Gaza ? C'est Morsi, l’ange barbu de la diplomatie", a également tweeté Firas Al-Atraqchi, professeur à l’université américaine du Caire.

"Morsi ne s’en sort pas aussi bien en matière de politique intérieure que sur la scène internationale, explique Samer Shehata, professeur à l’université de Georgetown. Il doit gérer une multitude de problèmes internes comme l’économie ou encore les réformes constitutionnelles. Ses liens avec les Frères musulmans sont également cruciaux pour l’Égypte."

"L’ennemi ne comprend que la force"

Depuis son élection en juin avec 51 % des voix, Mohamed Morsi dirige un pays dépourvu de Constitution avec une économie exsangue, un chômage et une inflation galopants, une armée qui le désavoue et tout un pan de la société qui doute de sa fibre islamiste. Le lendemain du cessez-le-feu entre le Hamas et Gaza, le leader de la confrérie, Mohammed Badie, a ainsi dénoncé ces efforts de paix avec Israël et appelé au djihad pour libérer les Territoires palestiniens. "L’ennemi ne comprend que la force", a-t-il commenté sur le site Internet des Frères musulmans.

Reste que Mohamed Morsi pourrait souffrir de la même image qui a valu à son prédécesseur la réputation de "marionnette des Américains et des Israéliens". Obtenir un arrêt des hostilités était la partie la plus simple à jouer pour le président égyptien. Le véritable challenge pour lui désormais est de veiller à la mise en œuvre de ce cessez-le-feu, en prenant en compte l’opinion publique égyptienne et les pressions américaines et israéliennes. "Morsi doit bien entendu satisfaire plusieurs parties. D’un côté, il doit maintenir la paix en raison de sa dépendance à l’aide américaine. De l’autre, il est le président élu qui doit défendre les droits des Palestiniens", explique le professeur Samer Shehata.

Mohamed Morsi a conscience qu’il suffira d’une roquette palestinienne tirée sur Israël pour rallumer la mèche et ramener l’Égypte d’une position centrale pour la paix  à celle de spectateur d'un nouveau conflit régional.

Première publication : 23/11/2012

  • ÉGYPTE

    Le président Morsi et l’opposition égyptienne à couteaux tirés

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    L’opposition dans la rue pour protester contre le "pharaon" Morsi

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Mohamed Morsi limoge le procureur général d'Égypte

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)