Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens appelés à ratifier l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

Afrique

M23, Kabila, Kagame, Monusco : le who's who de la crise au Nord-Kivu

© AFP

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 01/01/2013

Alors que les rebelles du M23 poursuivent leur offensive dans l'est de la République démocratique du Congo, FRANCE 24 passe en revue les principaux acteurs de ce conflit qui dépasse les frontières de la RDC.

Mardi 20 novembre, les membres du Mouvement du 23-Mars (M23) sont entrés dans Goma, la capitale régionale du Nord-Kivu située dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC). Depuis, le M23, qui disposerait selon les autorités de Kinshasa de soutiens étrangers, a dû faire machine arrière et s’est retiré de la ville 11 jours plus tard. L’offensive a été accompagnée d’exécutions arbitraires, de viols de civils et de traitements dégradants, dénoncent les Nations unies, qui ont adopté des sanctions à l’égard du M23. Passage en revue des principaux acteurs du conflit. 

  • Joseph Kabila, président de la RDC

Président de la République démocratique du Congo depuis 2001, Joseph Kabila est confronté à plusieurs rébellions actives dans le pays. Au rang de ses principaux adversaires : le M23 et le Rwanda voisin, qui lui reproche de protéger des milices hutues impliquées dans le génocide rwandais de 1994. Il n’est par ailleurs que peu soutenu par une armée régulière sous-équipée et démotivée. En revanche, en plus des miliciens hutus, Kabila peut compter sur l'appui des groupes armés Maï-Maï, combattants dirigés notamment par des seigneurs de guerre. Ces derniers ont essayé d’attaquer des positions du M23 dans la ville de Saké.

 

  • Jean-Marie Runiga, chef du M23

Le prédicateur Jean-Marie Runiga est le chef de l'aile politique du mouvement rebelle. Surnommé "l’homme de Dieu", il a longtemps été proche de différents mouvements rebelles congolais. Il est, depuis juillet, en première ligne dans les discussions avec Kinshasa. Le M23 tient son nom des accords de paix du 23 mars 2009, prévoyant l’intégration dans l’armée de rebelles issus du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), mouvement pro-tutsi de Laurent Nkunda. Les rebelles ont pris les armes en avril 2012, accusant Joseph Kabila de ne pas avoir respecté les termes de ce pacte. Désormais, bien équipés et bénéficiant, selon Kinshasa, du soutien du Rwanda et de l’Ouganda, ils exigent le départ du pouvoir du président congolais et affichent leur ambition : marcher sur la capitale.

 

  • Le général Gabriel Amisi, chef de l’armée de terre

Les Forces armées de RDC (FARDC) sont fragiles. Les militaires ne seraient ni payés, ni nourris, ce qui entraîne révoltes et dissensions. Lors de l’avancée des rebelles sur Goma, l’armée n’a pas opposé de résistance et s’est repliée. Certains soldats se sont par ailleurs livrés à des pillages selon des habitants. Illustration de cette fragilité : le général Gabriel Amisi, patron de l'armée de terre et numéro deux des FARDC, a été suspendu jeudi 22 novembre, pour raison d’enquête, après avoir été accusé par l'ONU d'être impliqué dans un trafic d'armes avec divers groupes rebelles dans l’est. Il était considéré comme l’une des personnalités les plus influentes auprès de Joseph Kabila.

 

  • Roger Meece, patron de la Monusco

Ancien ambassadeur des États-Unis en RDC, le patron de la Mission de l'ONU pour la stabilisation en République démocratique du Congo (Monusco) est un personnage effacé, à l’image du contingent de 17 000 Casques bleus déployés sur le sol congolais (le plus gros contingent actuellement déployé par les Nations unies). L’utilité de la Monusco a été remise en cause suite à la prise de Goma par le M23, au cours de laquelle les militaires étrangers ont été impuissants. Les Casques bleus sont présents dans les zones contrôlées par le M23 mais leur mandat reste limité à la protection des civils.

 

  • Paul Kagame, président du Rwanda

Le président rwandais, grand rival régional du président Joseph Kabila, serait derrière la rébellion du M23, selon Kinshasa et des experts des Nations unies. Soutien des Tutsis victimes d’exactions de la part de groupes hutus dans l’est de la RDC (suite au débordement, à l’intérieur des frontières congolaises, du génocide rwandais de 1994), le Rwanda serait par ailleurs motivé par le contrôle de cette région aux ressources naturelles importantes. Néanmoins, Kigali nie toute implication avec le M23 et Paul Kagame a exigé, mercredi 21 novembre, que les rebelles cessent immédiatement leur offensive et se retirent de Goma. L’Ouganda, présidé par Yoweri Museveni, est également accusé de soutenir la rébellion.
 

Première publication : 23/11/2012

  • REPORTAGE - RD CONGO

    Nord-Kivu : dans le camp de Mugunga, les réfugiés attendent l'aide humanitaire

    En savoir plus

  • RD CONGO

    L'armée reprend la ville de Sake, le M23 exige un dialogue avec le président Kabila

    En savoir plus

  • RD CONGO

    L’ONU impuissante face à l’avancée du M23

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)