Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

Moyen-orient

Quand l'Arabie saoudite traque les femmes par SMS

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 26/11/2012

Le système d'alerte SMS qui prévient le mari quand son épouse tente de quitter le pays a soulevé un vrai tollé en Arabie saoudite. Cette cyber-surveillance existe pourtant depuis deux ans. Mais, jusqu'à présent, l'homme devait demander à y souscrire.

Ils sont devenus les SMS de la discorde en Arabie saoudite. Depuis près d’une semaine, des femmes saoudiennes montent régulièrement au créneau, notamment sur Twitter, pour dénoncer ce qui semble être un nouveau moyen mis en place par les pouvoirs publics pour pister leurs allées et venues. Les autorités saoudiennes ont en effet élaboré un système d'alerte permettant d'informer les hommes lorsque leur femme, leur sœur ou celles dont ils sont le "tuteur" s'apprêtent à quitter le royaume wahhabite.

C’est la militante des droits des femmes et journaliste, Manal al-Sharif, qui a lancé le mouvement sur le célèbre réseau aux 140 caractères. Dans un gazouilli daté du 19 novembre, elle relaie l’histoire d’un Saoudien surpris de recevoir sur son téléphone un SMS lui indiquant que sa femme était sur le point de s'envoler à l'étranger. Il le savait déjà puisqu’il était en train de partir... avec elle.

Cet épisode ubuesque s’est très vite répandu sur les réseaux sociaux. D’autant plus rapidement que Manal al-Sharif est devenue très influente depuis son combat, l’an passé, pour que les Saoudiennes obtiennent le droit de conduire des voitures. Elle a été rejoint, le même jour, dans ce nouveau combat par sa consœur journaliste Badriya Al-Bishr. Dans le quotidien Al-Hayat, cette autre figure du mouvement pour l’amélioration de la condition féminine dans le royaume a ironisé sur cette utilisation du “progrès” technologique pour faire subsister des règles “archaïques”.

Si la règle est connue depuis longtemps (épouses, enfants, domestiques ont interdiction de voyager à l’étranger sans l’accord du “maître” du foyer), c'est l'incursion technologique censée la faire respecter qui est nouvelle.

Automatique

Encore que... Comme certains, même opposés à cette limitation de la liberté de circulation des femmes, l'ont souligné : la possibilité de recevoir ces fameux SMS existent depuis 2010. Mais jusqu’à présent, il fallait demander à pouvoir bénéficier de cette “cyber-surveillance”. Dorénavant même un mari qui voudrait laisser sa femme voyager librement reçoit ces messages d’avertissement.

Comment ce système d’”alerte” a-t-il ainsi pu s’imposer à tous ? Le journaliste blogueur saoudien Ahmed al-Omran pense détenir la solution. Ce serait un effet pernicieux d’une règle destinée, elle, à défendre les femmes. Depuis avril 2012, les Saoudiennes ne sont, en effet, plus obligées d’obtenir pour chaque déplacement à l’étranger une autorisation écrite de leur mari. Ce dernier peut, dorénavant, apposé une signature électronique liée au passeport de sa femme qui vaut autorisation de sortie du pays.

Mais pour adhérer à ce programme “progressiste”, il doit donner au ministère saoudien de l’Intérieur son numéro de portable. Les règles de ce nouveau service indiquent clairement que les autorités utiliseront ce numéro pour lui envoyer des SMS relatifs à ses démarches administratives ou à celles des personnes à sa charge...

Ironie de l’histoire : si le mari ne veut pas être le complice passif de cette cyber-surveillance, il doit quitter complètement le programme d’autorisation électronique et revenir à la bonne vieille signature papier et aux démarches administratives qui vont avec. Il n’y a pas de demi-mesure.

Première publication : 23/11/2012

  • POLÉMIQUE

    Facebook accusé de censure par un mouvement féministe arabe

    En savoir plus

  • ARABIE SAOUDITE

    Pèlerinage à la Mecque : pourquoi les femmes ôtent le voile intégral

    En savoir plus

  • SUÈDE

    Ikea s'excuse pour avoir gommé les femmes de son catalogue saoudien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)