Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola: ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

  • Arrestation d’"El H", le baron de la drogue qui valait 5 millions de dollars

    En savoir plus

  • Juppé contre Sarkozy : Chirac choisit son ancien Premier ministre

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy propose un contrat de cinq ans pour les fonctionnaires

    En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

Moyen-orient

Quand l'Arabie saoudite traque les femmes par SMS

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 26/11/2012

Le système d'alerte SMS qui prévient le mari quand son épouse tente de quitter le pays a soulevé un vrai tollé en Arabie saoudite. Cette cyber-surveillance existe pourtant depuis deux ans. Mais, jusqu'à présent, l'homme devait demander à y souscrire.

Ils sont devenus les SMS de la discorde en Arabie saoudite. Depuis près d’une semaine, des femmes saoudiennes montent régulièrement au créneau, notamment sur Twitter, pour dénoncer ce qui semble être un nouveau moyen mis en place par les pouvoirs publics pour pister leurs allées et venues. Les autorités saoudiennes ont en effet élaboré un système d'alerte permettant d'informer les hommes lorsque leur femme, leur sœur ou celles dont ils sont le "tuteur" s'apprêtent à quitter le royaume wahhabite.

C’est la militante des droits des femmes et journaliste, Manal al-Sharif, qui a lancé le mouvement sur le célèbre réseau aux 140 caractères. Dans un gazouilli daté du 19 novembre, elle relaie l’histoire d’un Saoudien surpris de recevoir sur son téléphone un SMS lui indiquant que sa femme était sur le point de s'envoler à l'étranger. Il le savait déjà puisqu’il était en train de partir... avec elle.

Cet épisode ubuesque s’est très vite répandu sur les réseaux sociaux. D’autant plus rapidement que Manal al-Sharif est devenue très influente depuis son combat, l’an passé, pour que les Saoudiennes obtiennent le droit de conduire des voitures. Elle a été rejoint, le même jour, dans ce nouveau combat par sa consœur journaliste Badriya Al-Bishr. Dans le quotidien Al-Hayat, cette autre figure du mouvement pour l’amélioration de la condition féminine dans le royaume a ironisé sur cette utilisation du “progrès” technologique pour faire subsister des règles “archaïques”.

Si la règle est connue depuis longtemps (épouses, enfants, domestiques ont interdiction de voyager à l’étranger sans l’accord du “maître” du foyer), c'est l'incursion technologique censée la faire respecter qui est nouvelle.

Automatique

Encore que... Comme certains, même opposés à cette limitation de la liberté de circulation des femmes, l'ont souligné : la possibilité de recevoir ces fameux SMS existent depuis 2010. Mais jusqu’à présent, il fallait demander à pouvoir bénéficier de cette “cyber-surveillance”. Dorénavant même un mari qui voudrait laisser sa femme voyager librement reçoit ces messages d’avertissement.

Comment ce système d’”alerte” a-t-il ainsi pu s’imposer à tous ? Le journaliste blogueur saoudien Ahmed al-Omran pense détenir la solution. Ce serait un effet pernicieux d’une règle destinée, elle, à défendre les femmes. Depuis avril 2012, les Saoudiennes ne sont, en effet, plus obligées d’obtenir pour chaque déplacement à l’étranger une autorisation écrite de leur mari. Ce dernier peut, dorénavant, apposé une signature électronique liée au passeport de sa femme qui vaut autorisation de sortie du pays.

Mais pour adhérer à ce programme “progressiste”, il doit donner au ministère saoudien de l’Intérieur son numéro de portable. Les règles de ce nouveau service indiquent clairement que les autorités utiliseront ce numéro pour lui envoyer des SMS relatifs à ses démarches administratives ou à celles des personnes à sa charge...

Ironie de l’histoire : si le mari ne veut pas être le complice passif de cette cyber-surveillance, il doit quitter complètement le programme d’autorisation électronique et revenir à la bonne vieille signature papier et aux démarches administratives qui vont avec. Il n’y a pas de demi-mesure.

Première publication : 23/11/2012

  • POLÉMIQUE

    Facebook accusé de censure par un mouvement féministe arabe

    En savoir plus

  • ARABIE SAOUDITE

    Pèlerinage à la Mecque : pourquoi les femmes ôtent le voile intégral

    En savoir plus

  • SUÈDE

    Ikea s'excuse pour avoir gommé les femmes de son catalogue saoudien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)