Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

Moyen-orient

Quand l'Arabie saoudite traque les femmes par SMS

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 26/11/2012

Le système d'alerte SMS qui prévient le mari quand son épouse tente de quitter le pays a soulevé un vrai tollé en Arabie saoudite. Cette cyber-surveillance existe pourtant depuis deux ans. Mais, jusqu'à présent, l'homme devait demander à y souscrire.

Ils sont devenus les SMS de la discorde en Arabie saoudite. Depuis près d’une semaine, des femmes saoudiennes montent régulièrement au créneau, notamment sur Twitter, pour dénoncer ce qui semble être un nouveau moyen mis en place par les pouvoirs publics pour pister leurs allées et venues. Les autorités saoudiennes ont en effet élaboré un système d'alerte permettant d'informer les hommes lorsque leur femme, leur sœur ou celles dont ils sont le "tuteur" s'apprêtent à quitter le royaume wahhabite.

C’est la militante des droits des femmes et journaliste, Manal al-Sharif, qui a lancé le mouvement sur le célèbre réseau aux 140 caractères. Dans un gazouilli daté du 19 novembre, elle relaie l’histoire d’un Saoudien surpris de recevoir sur son téléphone un SMS lui indiquant que sa femme était sur le point de s'envoler à l'étranger. Il le savait déjà puisqu’il était en train de partir... avec elle.

Cet épisode ubuesque s’est très vite répandu sur les réseaux sociaux. D’autant plus rapidement que Manal al-Sharif est devenue très influente depuis son combat, l’an passé, pour que les Saoudiennes obtiennent le droit de conduire des voitures. Elle a été rejoint, le même jour, dans ce nouveau combat par sa consœur journaliste Badriya Al-Bishr. Dans le quotidien Al-Hayat, cette autre figure du mouvement pour l’amélioration de la condition féminine dans le royaume a ironisé sur cette utilisation du “progrès” technologique pour faire subsister des règles “archaïques”.

Si la règle est connue depuis longtemps (épouses, enfants, domestiques ont interdiction de voyager à l’étranger sans l’accord du “maître” du foyer), c'est l'incursion technologique censée la faire respecter qui est nouvelle.

Automatique

Encore que... Comme certains, même opposés à cette limitation de la liberté de circulation des femmes, l'ont souligné : la possibilité de recevoir ces fameux SMS existent depuis 2010. Mais jusqu’à présent, il fallait demander à pouvoir bénéficier de cette “cyber-surveillance”. Dorénavant même un mari qui voudrait laisser sa femme voyager librement reçoit ces messages d’avertissement.

Comment ce système d’”alerte” a-t-il ainsi pu s’imposer à tous ? Le journaliste blogueur saoudien Ahmed al-Omran pense détenir la solution. Ce serait un effet pernicieux d’une règle destinée, elle, à défendre les femmes. Depuis avril 2012, les Saoudiennes ne sont, en effet, plus obligées d’obtenir pour chaque déplacement à l’étranger une autorisation écrite de leur mari. Ce dernier peut, dorénavant, apposé une signature électronique liée au passeport de sa femme qui vaut autorisation de sortie du pays.

Mais pour adhérer à ce programme “progressiste”, il doit donner au ministère saoudien de l’Intérieur son numéro de portable. Les règles de ce nouveau service indiquent clairement que les autorités utiliseront ce numéro pour lui envoyer des SMS relatifs à ses démarches administratives ou à celles des personnes à sa charge...

Ironie de l’histoire : si le mari ne veut pas être le complice passif de cette cyber-surveillance, il doit quitter complètement le programme d’autorisation électronique et revenir à la bonne vieille signature papier et aux démarches administratives qui vont avec. Il n’y a pas de demi-mesure.

Première publication : 23/11/2012

  • POLÉMIQUE

    Facebook accusé de censure par un mouvement féministe arabe

    En savoir plus

  • ARABIE SAOUDITE

    Pèlerinage à la Mecque : pourquoi les femmes ôtent le voile intégral

    En savoir plus

  • SUÈDE

    Ikea s'excuse pour avoir gommé les femmes de son catalogue saoudien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)