Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Ukraine : une carte de visite détournée sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes : toujours les mêmes ?

En savoir plus

FOCUS

Copenhague veut gérer la distribution de cannabis

En savoir plus

DÉBAT

Fatah / Hamas : Peut-on croire à la réconciliation ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Économies : le plan Valls fait débat au sein de la majorité

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires taguées en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Un tatouage offensant

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'accord de libre-échange transpacifique en danger

En savoir plus

FOCUS

En Pologne, la ville natale de Jean Paul II en pleine "Papamania"

En savoir plus

  • Djihadistes français en Syrie : le réveil tardif de la France

    En savoir plus

  • Les frères ennemis Hamas et Fatah scellent leur réconciliation

    En savoir plus

  • Thomas Piketty, l'économiste français superstar aux États-Unis

    En savoir plus

  • Erdogan présente ses condoléances aux petits-enfants d'Arméniens tués en 1915

    En savoir plus

  • Cinéma : “Noor”, le transsexuel pakistanais qui voulait redevenir un homme

    En savoir plus

  • Ces islamistes du Mujao qui considèrent la France comme leur ennemie

    En savoir plus

  • Le mariage pour tous fête son premier anniversaire

    En savoir plus

  • Le patron du Facebook russe s’exile pour échapper à l'œil de Moscou

    En savoir plus

  • Pourquoi Kiev peine à relancer son offensive anti-séparatiste

    En savoir plus

  • La Game Boy, pop star des années 90, fête ses 25 ans

    En savoir plus

  • Le Brésil organise un sommet de l'Internet pour l'ère post-Snowden

    En savoir plus

  • En images : scènes de guerre urbaine à Copacabana

    En savoir plus

  • Paris dévoile sa feuille de route économique jusqu'en 2017

    En savoir plus

  • En images : le "fail" de la police de New York sur Twitter

    En savoir plus

  • Gilberto Rodrigues Leal, un retraité passionné de voyages

    En savoir plus

  • Ligue des champions : duel de géants entre le Real Madrid et le Bayern Munich

    En savoir plus

  • Le retour "hautement politique" d'Abdoulaye Wade à Dakar

    En savoir plus

  • En Pologne, la ville natale de Jean Paul II en pleine "Papamania"

    En savoir plus

Afrique

Les rebelles du M23 avancent vers Bukavu

© AFP

Vidéo par Stéphanie BRAQUEHAIS

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/11/2012

Les rebelles du M23 poursuivent leur offensive dans l'est de la République démocratique du Congo, et avancent vers Bukavu, la capitale du Sud-Kivu. Un sommet régional se tient ce samedi à Kampala pour tenter de résoudre la crise.

Les rebelles du M23 actifs dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) ont progressé vendredi en direction du sud le long du lac Kivu après avoir repoussé une contre-offensive des forces gouvernementales près de Goma.

Un journaliste de Reuters présent à Sake a rapporté que le M23 contrôlait toujours

cette ville, à une vingtaine de km de Goma le long du lac, sur la route conduisant à Bukavu, objectif déclaré des rebelles.

Les forces gouvernementales ont tenté de la reprendre jeudi, deux jours après avoir abandonné Goma, la capitale du Nord-Kivu.

Après avoir repoussé cet assaut, les rebelles ont progressé vendredi de plusieurs kilomètres au sud de Sake en direction de Minova sans rencontrer la moindre résistance, a rapporté le journaliste de Reuters.

Trois corps vêtus d'uniformes de l'armée gisaient aux abords de Sake. Le sol était jonché de douilles. "Il y a eu d'intenses combats. C'est le M23 qui contrôle la ville, ils ne l'ont jamais perdue", a dit le pasteur Jean Kambalé, démentant les autorités congolaises qui affirment avoir repris cette localité.

Le M23 affirme que l'armée congolaise s'est repliée à Minova après avoir fui Goma en début de semaine. La prise de Minova ferait sauter un verrou supplémentaire vers Bukavu, capitale de la province du Sud-Kivu, à une centaine de km au sud de Goma.

"Nos hommes sont à l'extérieur de la ville. Nous avons démilitarisé Goma il y a deux jours", a déclaré Vianney Kazarama, porte-parole du M23. Un journaliste de Reuters a aperçu des centaines de personnes rassemblées dans le stade de Goma pour s'enrôler dans les rangs de la police.

Cette progression des rebelles survient alors que le chef politique du M23, Jean-Marie Runiga, devait rencontrer vendredi le président ougandais à la veille d'un sommet de la Conférence internationale sur les Grands Lacs (CIRGL), à Kampala.

Portant leurs enfants et quelques affaires personnelles, des milliers de Congolais ont pris vendredi le chemin de l'exode pour s'éloigner des combats, le long de la route menant de Sake à Goma, où sont déployées des organisations humanitaires internationales.

"Je me prépare à partir moi aussi", a dit Jean Kambalé.

Après une nuit de combats, les rebelles se sont aussi emparés de Mushaki, une ville nichée dans les collines à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Sake, ont déclaré des responsables à Goma.

Nouvelles discussions samedi à Kampala

Ils se sont aussi approchés de Kichanga, fief de Bosco Ntaganda, ancien général congolais né au Rwanda, qui, selon les experts de l'Onu, dirige la rébellion. Il est recherché pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité par la Cour pénale internationale.

A Kinshasa, la capitale de RDC, des centaines de femmes ont défilé dans les rues vendredi jusqu'au siège de la mission des Nations unies pour protester contre les viols de femmes par les rebelles.

"Je suis attristée par tout ce qu'il se passe. Des femmes enceintes sont violées et maltraitées. Je marche en solidarité avec elles", a expliqué l'une des manifestantes, elle-même enceinte.

Dans un communiqué publié vendredi, un porte-parole de la Haut-Commissaire de l'Onu pour les droits de l'homme Navi Pillay fait état d'informations selon lesquelles les rebelles ont tué au moins neuf civils, blessé des dizaines d'autres et mené une série d'enlèvements. Les forces gouvernementales ont également comis deabus,notamment des pillages, a précisé le porte-parole.

Né en avril d'une mutinerie de militaires congolais accusant le gouvernement de bafouer les termes d'un précédent accord de paix, le M23 se fixe pour objectif de "libérer" l'ensemble de la RDC.

Les autorités congolaises accusent le Rwanda voisin de soutenir la rébellion dans cette région des Grands Lacs dont le sous-sol regorge de ressources minérales. Le gouvernement rwandais de Paul Kagamé dément ces accusations.

Même si les forces congolaises semblent pour l'instant débordées, les experts militaires doutent fortement de la capacité des rebelles à avancer jusqu'à Kinshasa, la capitale située par la route à environ 2.500 km à l'ouest de la zone actuelle de combats, sans appui extérieur.


A Goma, les combattants du M23 ont montré à des journalistes une cache d'armes abandonnées par l'armée près du port.

"(Le président congolais Joseph) Kabila est fini, avec ça Kabila va partir. Nous allons emmener (ces armes) sur le front. S'il ne négocie pas, nous continuerons", a déclaré le colonel Seraphim Mirinid, un haut gradé rebelle.

Les rebelles ont jusqu'à présent ignoré les appels de la communauté internationale à se retirer des secteurs passés sous leur contrôle. Ils expriment leurs doutes quant à la sincérité de l'ouverture au dialogue affichée par le président congolais Joseph Kabila.

Ce dernier est revenu à Kinshasa après des discussions infructueuses avec Paul Kagamé à Kampala. Il retournera samedi dans la capitale ougandaise pour de nouveaux pourparlers régionaux, a dit son porte-parole, Lambert Mende.

"Ils parleront de son pays donc le président Kabila doit bien sûr être présent", a dit ce dernier.

REUTERS

Première publication : 24/11/2012

  • REPORTAGE - RD CONGO

    Nord-Kivu : dans le camp de Mugunga, les réfugiés attendent l'aide humanitaire

    En savoir plus

  • RD CONGO

    L'armée reprend la ville de Sake, le M23 exige un dialogue avec le président Kabila

    En savoir plus

  • RD CONGO

    L’ONU impuissante face à l’avancée du M23

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)