Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: des morts trop télégéniques

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique - forum pour la paix : comment relever le défi de la réconciliation nationale ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine - l'UE contre la Russie : les "mistral" plus forts que les sanctions ?

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 2)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le Festival de Carthage souffle ses 50 bougies !

En savoir plus

FOCUS

Angela Merkel au sommet de son pouvoir?

En savoir plus

MODE

Les collections de l'été 2015 déjà au salon Who's Next à Paris

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Xavier Bettel, Premier ministre luxembourgeois

En savoir plus

  • Vidéo : à Khan Younès, les cortèges funéraires se succèdent

    En savoir plus

  • Gaza : "Nous devons aller jusqu'au bout de la mission", prévient Israël

    En savoir plus

  • Tour de France : Thibaut Pinot, une dose de "combativité", une dose de "déconne"

    En savoir plus

  • Plusieurs compagnies aériennes annulent leurs vols vers Israël

    En savoir plus

  • Violences à Sarcelles : quatre personnes condamnées à de la prison ferme

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les boîtes noires vont être analysées au Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Les négociations de paix en Centrafrique tournent court à Brazzaville

    En savoir plus

  • Londres relance l'enquête sur la mort de l'ex-espion russe Litvinenko

    En savoir plus

  • Les télévisions libanaises unissent leur voix pour soutenir Gaza

    En savoir plus

  • Le FBI accusé de transformer des citoyens musulmans en terroristes

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : victoire du réformateur Joko Widodo

    En savoir plus

  • Paris confirme la livraison du premier Mistral à Moscou, le second en suspens

    En savoir plus

  • Transferts : le Colombien James Rodriguez quitte Monaco pour le Real Madrid

    En savoir plus

  • Gaza : l'armée israélienne annonce la disparition d'un de ses soldats

    En savoir plus

  • Dunga sélectionneur : le manque d’imagination du football brésilien

    En savoir plus

  • À Sarcelles, des dignitaires juifs et musulmans ont prié pour la paix

    En savoir plus

  • Transferts : Patrice Evra quitte Manchester United pour la Juventus Turin

    En savoir plus

  • Gaza : au Caire, Ban Ki-moon et Kerry veulent arracher un cessez-le-feu

    En savoir plus

SPORT

Vendée Globe : "Anticiper des collisions est quasiment impossible"

© afp

Texte par Sylvain MORNET

Dernière modification : 27/11/2012

Après 15 jours de course, la flotte du Vendée Globe a déjà perdu 7 skippers sur les 20 qui avaient pris le départ des Sables d’Olonne le 10 novembre dernier. Une véritable hécatombe !

L’Everest des mers porte bien son nom. Quinze jours après le départ de la 7e édition du Vendée Globe, 7 skippers ont déjà abandonné, soit 35% de la flotte engagée.

Marc Guillemot (Safran), victime d’une avarie sur sa quille, a été le premier à rentrer aux Sables d’Olonne. Kito de Pavant (Groupe Bel) et Louis Burton (Bureau Vallée) n’ont pas tardé à le rejoindre, après avoir été percutés par des chalutiers. De son côté, la seule femme de cette édition, Samantha Davies (Savéol), a démâté. Jérémie Beyou (Maître Coq), a été trahi par sa quille. Le Polonais Zbigniew Gutkowski (Energa), a lui décidé d’abandonner en raison de nombreux problèmes électriques. Enfin, dimanche 25 novembre, Vincent Riou (PRB), a annoncé qu’il jetait l’éponge après avoir heurté une grosse bouée métallique au large du Brésil.

En 2008-2009, lors de la précédente édition du Vendée Globe, les sixième et septième abandons étaient intervenus beaucoup plus tard, les 7 et 10 décembre, soit un mois après le départ de la course.

"Chaque abandon est pour nous un arrachement douloureux. Mais ce qui fait la beauté du Vendée Globe, c’est son exceptionnelle dureté, son caractère parfois tellement injuste et aléatoire qui génère pour le grand public une telle fascination et qui en fait aussi une aventure sportive unique au monde", explique ainsi Bruno Retailleau, président de la SAEM Vendée.

Le Vendée Globe 2012-2013 en chiffres

FRANCE 24 a interrogé l’architecte Guillaume Verdier qui a dessiné 6 des 20 bateaux présents au départ de cette 7e édition : Vincent Riou (PRB), Armel Le Cléac'h (Banque Populaire), Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec 3), François Gabart (Macif), Marc Guillemot (Safran), Kito de Pavant (Groupe Bel).

FRANCE 24 : Trois de vos bateaux occupent actuellement les 3 premières places de ce Vendée Globe, vous devez être forcément ravi ?

Guillaume Verdier : Évidemment on est très content que nos bateaux soient en tête. Après, la course est longue, le Vendée Globe est plein d’aléas.

F24 : Justement, le nombre conséquent d’abandons depuis le départ de la course montre-t-il que les bateaux sont plus fragiles qu’avant ?
G.V. : Je ne crois pas que les bateaux soient plus fragiles. Mais ils vont plus vite. Toutefois, les conditions de sécurité sont plus élevées qu’avant. On est dans un environnement extrêmement sollicitant pour l’homme et pour sa machine. Il y a eu beaucoup d'abandons suite à des collisions. Pourtant l’électronique a augmenté à bord. Je pense qu’il faudrait de meilleurs moyens pour détecter ces collisions, mais cela n’existe pas vraiment. La mer est juchée d’embûches et anticiper ces collisions est quasiment impossible.

L’abandon de Marc Guillemot nous a fait mal car on a travaillé comme des fous sur ce bateau. On pensait qu’il n’y aurait pas de problèmes car il est vraiment très suivi. Mais on n’est pas à l’abri d’anomalies. Une commission "enquête-accident" avec des experts indépendants va prendre en main le dossier.

F24 : Certains skippers à l’instar de Jérémie Beyou plaident pour des monocoques tous identiques, une harmonisation qui, selon lui, permettrait à plus de bateaux de terminer le Vendée Globe. Que pensez-vous de cette idée ?

G.V. : Je ne pense pas que la monotypie se prête à une course telle que le Vendée Globe. Les marins partent avec leurs matériels. La grande majorité des skippers souhaite partir avec un bateau qu’ils auront conçu. Pour la plupart, ils veulent une machine sur mesure et je pense qu’ils ont raison car ils ont chacun leur façon de naviguer, des capacités physiques différentes pour chacun. Un bateau doit être adapté à son marin. De plus, je ne crois pas qu’un million de personnes se soit déplacé aux Sables d’Olonne pour voir 20 à 30 bateaux identiques. De toute manière, les sponsors et les skippers ont refusé pour le moment.

Depuis sa première édition, le Vendée Globe n’a jamais été épargné par la casse. En 1989-1990, treize marins étaient au départ, sept avaient réussi à boucler leur tour du monde (54% de la flotte). En 1992-1993, le pourcentage avait baissé à 50% (quatorze marins, sept classés). En 1996-1997, encore pire ! Lors de cette édition tragique avec la disparition du Canadien Gerry Roufs, il y avait eu quinze engagés pour seulement six classés (40%). En 2000-2001, le rapport s’est inversé avec 24 partants pour 15 classés (62,5%). En 2004-2005, le pourcentage a encore augmenté avec 20 concurrents au départ pour 13 classés (65%). Mais cette nette évolution a subi un coup d’arrêt en 2008-2009 avec 29 engagés pour 11 classés (40%).

Cette année, nous en sommes donc déjà à 65%, soit autant que le décompte final de l'édition 2004-2005. Selon toute vraisemblance, ce pourcentage devrait encore baisser à l’approche des redoutables mers du Sud et de l’océan Indien puis à l’approche du cap Horn.

Première publication : 26/11/2012

  • VENDÉE GLOBE

    Le Français Vincent Riou contraint à l'abandon après une collision

    En savoir plus

  • VOILE

    Vendée Globe : Armel Le Cléac’h conserve son avance au large des côtes brésiliennes

    En savoir plus

  • VOILE

    Sixième abandon dans le Vendée Globe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)