Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

DÉBAT

Droit d'asile en France : les enjeux de la réforme

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné!"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

Planète

Coup d'envoi de la conférence de Doha sur le changement climatique

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/11/2012

La 18e conférence de l'ONU sur le climat s'est ouverte ce lundi à Doha, en présence des représentants de quelque 190 pays. Ce grand rendez-vous a pour but de faire progresser les difficiles négociations sur la limitation des gaz à effet de serre.

Plus de 190 pays se sont réunis lundi à Doha pour le grand rendez-vous climat annuel qui devra décider de l'avenir du protocole de Kyoto et esquisser les bases d'un grand accord prévu en 2015, auquel participeraient cette fois-ci tous les grands polleurs de la planète.

Concentration record de gaz à effet de serre (GES) dans l'atmosphère, risque d'un réchauffement de 4°C d'ici à 2060... Les signaux d'alerte et appels urgents se sont multipliés à la veille de la conférence de l'ONU organisée par le Qatar, champion du monde des émissions de GES par habitant.

"La conférence de Doha présente un défi unique: regarder le présent et l'avenir", a déclaré la responsable de l'ONU pour le climat, Christiana Figueres, dans son discours d'ouverture.

"Le présent, ce sont les moyens de relever le niveau d'ambition de manière urgente", c'est-à-dire que les pays prennent des engagements plus forts en matière de réduction de GES, a-t-elle détaillé.

Pour l'heure, les initiatives prises par les différents pays pour réduire leurs GES sont loin de permettre de contenir le réchauffement à + 2°C, objectif de la communauté internationale et seuil au-delà duquel le système climatique risquerait de s'emballer, avec des effets incontrôlables.

"L'avenir est le cadre qui s'imposera à tous, dans l'équité et conformément à ce que requiert la science", a-t-elle ajouté.

Elle faisait allusion à l'accord global, prévu en 2015 et devant entrer en vigueur en 2020, qui engage cette fois-ci tous les pays, dont la Chine premier pollueur mondial, répartissant entre eux les efforts pour limiter le réchauffement.

Les fondations de cet accord devraient être esquissés à Doha.

"C'est une conférence d'une importance vitale", a déclaré, pour sa part, son président, le vice-Premier ministre qatari Abdullah Al-Attiyah.

"Nous devons oeuvrer avec sérieux au cours des deux prochaines semaines (...) faire preuve de souplesse et ne pas nous attarder sur les questions marginales (...) afin de parvenir à un accord sur l'acte II du protocole de Kyoto", a-t-il ajouté.

100 milliards de dollars


La signature d'une seconde période d'engagement de Kyoto, après l'expiration de la première fin 2012, sera l'un des grands dossiers, même si sa portée sera essentiellement symbolique.

Son principe a été acté à Durban, (Afrique du sud), fin 2011. A Doha, les pays devront s'entendre sur la durée de Kyoto 2, ses objectifs de réduction de GES....

Mais Kyoto 2 ne devrait porter que sur 15% des émissions de GES globales, celles de l'Union européenne et l'Australie, puisque le Canada, la Russie et le Japon ne veulent plus participer et que les Etats-Unis n'ont jamais ratifié le traité.

Les pays en développement, néanmoins, tiennent particulièrement au prolongement du seul texte contraignant qui engage les pays industrialisés à réduire leurs GES, au nom de leur "responsabilité historique" dans le dérèglement climatique.

"Le protocole de Kyoto (...) est notre seule assurance que des mesures seront prises", a déclaré l'Alliance des petits Etats insulaires et les Pays les moins avancées, dans un communiqué.

"Mais pour l'heure, les engagements pris (pour réduire les GES, ndlr) sont loin de répondre aux impératifs", poursuit-elle.

La question de l'aide aux pays les plus vulnérables devrait également occuper une partie des débats.

A Copenhague, fin 2009, la communauté internationale a décidé de débloquer 100 milliards de dollars par an d'ici à 2020, gérés par un Fonds vert, ainsi qu'une aide d'urgente de 30 milliards de dollars entre 2010 et 2012.

"Dans un mois, l'aide urgente se termine et le Fonds vert est toujours vide", s'inquiète l'ONG Oxfam.

La conférence doit se poursuivre jusqu'au 7 décembre. Le 4, les négociateurs seront rejoints par plus de 100 ministres pour conclure un accord, nouvelle étape dans le laborieux processus de négociations lancé en 1995.

AFP

Première publication : 26/11/2012

  • RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

    Les 4°C qui changeraient la face du monde

    En savoir plus

  • ENVIRONNEMENT

    Spectaculaire fonte des glaces au Groenland

    En savoir plus

  • AÉRONAUTIQUE

    Les États-Unis et la Chine refroidis par le permis de polluer européen

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)