Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Première incursion terrestre d’un commando israélien à Gaza

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un mister nobody au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Journée la plus meurtrière à Gaza depuis le début du conflit avec Israël

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

Planète

Coup d'envoi de la conférence de Doha sur le changement climatique

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/11/2012

La 18e conférence de l'ONU sur le climat s'est ouverte ce lundi à Doha, en présence des représentants de quelque 190 pays. Ce grand rendez-vous a pour but de faire progresser les difficiles négociations sur la limitation des gaz à effet de serre.

Plus de 190 pays se sont réunis lundi à Doha pour le grand rendez-vous climat annuel qui devra décider de l'avenir du protocole de Kyoto et esquisser les bases d'un grand accord prévu en 2015, auquel participeraient cette fois-ci tous les grands polleurs de la planète.

Concentration record de gaz à effet de serre (GES) dans l'atmosphère, risque d'un réchauffement de 4°C d'ici à 2060... Les signaux d'alerte et appels urgents se sont multipliés à la veille de la conférence de l'ONU organisée par le Qatar, champion du monde des émissions de GES par habitant.

"La conférence de Doha présente un défi unique: regarder le présent et l'avenir", a déclaré la responsable de l'ONU pour le climat, Christiana Figueres, dans son discours d'ouverture.

"Le présent, ce sont les moyens de relever le niveau d'ambition de manière urgente", c'est-à-dire que les pays prennent des engagements plus forts en matière de réduction de GES, a-t-elle détaillé.

Pour l'heure, les initiatives prises par les différents pays pour réduire leurs GES sont loin de permettre de contenir le réchauffement à + 2°C, objectif de la communauté internationale et seuil au-delà duquel le système climatique risquerait de s'emballer, avec des effets incontrôlables.

"L'avenir est le cadre qui s'imposera à tous, dans l'équité et conformément à ce que requiert la science", a-t-elle ajouté.

Elle faisait allusion à l'accord global, prévu en 2015 et devant entrer en vigueur en 2020, qui engage cette fois-ci tous les pays, dont la Chine premier pollueur mondial, répartissant entre eux les efforts pour limiter le réchauffement.

Les fondations de cet accord devraient être esquissés à Doha.

"C'est une conférence d'une importance vitale", a déclaré, pour sa part, son président, le vice-Premier ministre qatari Abdullah Al-Attiyah.

"Nous devons oeuvrer avec sérieux au cours des deux prochaines semaines (...) faire preuve de souplesse et ne pas nous attarder sur les questions marginales (...) afin de parvenir à un accord sur l'acte II du protocole de Kyoto", a-t-il ajouté.

100 milliards de dollars


La signature d'une seconde période d'engagement de Kyoto, après l'expiration de la première fin 2012, sera l'un des grands dossiers, même si sa portée sera essentiellement symbolique.

Son principe a été acté à Durban, (Afrique du sud), fin 2011. A Doha, les pays devront s'entendre sur la durée de Kyoto 2, ses objectifs de réduction de GES....

Mais Kyoto 2 ne devrait porter que sur 15% des émissions de GES globales, celles de l'Union européenne et l'Australie, puisque le Canada, la Russie et le Japon ne veulent plus participer et que les Etats-Unis n'ont jamais ratifié le traité.

Les pays en développement, néanmoins, tiennent particulièrement au prolongement du seul texte contraignant qui engage les pays industrialisés à réduire leurs GES, au nom de leur "responsabilité historique" dans le dérèglement climatique.

"Le protocole de Kyoto (...) est notre seule assurance que des mesures seront prises", a déclaré l'Alliance des petits Etats insulaires et les Pays les moins avancées, dans un communiqué.

"Mais pour l'heure, les engagements pris (pour réduire les GES, ndlr) sont loin de répondre aux impératifs", poursuit-elle.

La question de l'aide aux pays les plus vulnérables devrait également occuper une partie des débats.

A Copenhague, fin 2009, la communauté internationale a décidé de débloquer 100 milliards de dollars par an d'ici à 2020, gérés par un Fonds vert, ainsi qu'une aide d'urgente de 30 milliards de dollars entre 2010 et 2012.

"Dans un mois, l'aide urgente se termine et le Fonds vert est toujours vide", s'inquiète l'ONG Oxfam.

La conférence doit se poursuivre jusqu'au 7 décembre. Le 4, les négociateurs seront rejoints par plus de 100 ministres pour conclure un accord, nouvelle étape dans le laborieux processus de négociations lancé en 1995.

AFP

Première publication : 26/11/2012

  • RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

    Les 4°C qui changeraient la face du monde

    En savoir plus

  • ENVIRONNEMENT

    Spectaculaire fonte des glaces au Groenland

    En savoir plus

  • AÉRONAUTIQUE

    Les États-Unis et la Chine refroidis par le permis de polluer européen

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)