Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

Afrique

Manifestation massive au Caire contre le président Morsi

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/11/2012

Au Caire, une foule compacte s'est retrouvée sur la place Tahrir mardi soir, pour manifester son opposition aux décrets du président Mohamed Morsi, qui renforcent les prérogatives du chef de l’État au détriment du pouvoir judiciaire.

Le centre du Caire s’est empli, mardi 27 novembre au soir, de milliers d’opposants qui demandent au président Mohamed Morsi d’abroger les décrets pris jeudi dernier, confèrant au chef de l'État les pleins pouvoirs face au système judicaire. La foule dense qui a occupé la place Tahrir et les avenues alentours, a repris en chœur les mêmes slogans qui étaient scandés il y a deux ans sur la même place : "Dégage, dégage", "À bas le régime".

La contestation s’en est également pris aux médias réputés soutenir le président Morsi, en particulier la chaîne qatarie Al-Jazira.

Plusieurs corporations se sont regroupées au milieu de la foule : des avocats, ainsi que des artistes, partis de l’Opéra du Caire. Une foule dense sur deux kilomètres a convergé depuis le quartier de Shubra, dans laquelle figurait l’une des figures de l’opposition, Mohamed el-Baradei.

Pour tenter de venir en aide aux femmes, nombreuses à craindre des agressions sur la place Tahrir, un compte Twitter @TahrirBodyguard s’était créé pour centraliser les appels au secours et venir en aide à celles qui se sentiraient menacées. Le compte a été cependant suspendu quelques heures après sa création et des femmes n'ont pu échapper à des actes de violence.

De leur côté, les Frères musulmans, mouvance islamiste dont est issu le chef de l’État, avaient annulé leur appel à la mobilisation, ce mardi, signe que le gouvernement ne souhaite pas un affrontement direct dans la rue. Via Twitter, la confrérie a cherché cependant à minimiser l’influence du camp adverse.

Le compte des Frères musulmans @Ikhwanweb affirme : "Quand des Égyptiens ordinaires à travers le pays voient des "felouls" [anciens caciques du régime Moubarak] défiler sur la place Tahrir aux côtés des anti-islamistes, ils savent bien que cela n’a rien à voir avec le 25 janvier [premier jour de la Révolution qui a mené à la chute de Hosni Moubarak le 11 février 2011, NDLR]." Plus tard, le même compte Twitter écrit : "Si Chafik avait remporté les élections, il aurait envoyé les chameaux sur la place Tahrir aujourd'hui. Le président élu Morsi se montre plus bienveillant" (les Frères musulmans osent un jeu de mot en anglais entre le nom du président, Morsi, et l'adverbe "merciful", qui signifie littéralement charitable).

Durant l’après-midi, des heurts ont éclaté non loin de la place Tahrir, sur la place Simon Bolivar, à deux pas de l'ambassade des États-Unis, entre des groupes de jeunes et la police anti-émeutes. Un homme est mort après avoir inhalé des gaz lacrymogènes et plus d'une dizaine de personnes ont été blessées, rapportent plusieurs médias sur place.

Des milliers de personnes, hostiles au président Morsi se sont également rassemblées à Alexandrie, deuxième ville du pays, sur la grande place bordant la Méditerranée, à quelques mètres d'une contre-manifestation organisée par des Frères musulmans. Les manifestations ont tourné à l'affrontement. Des heurts ont également été signalés dans la ville de Mahalla (voir les photos sur le site du quotidien Al Masry-al Youm).

Première publication : 27/11/2012

  • ÉGYPTE

    L'opposition pour la première fois unie face à Mohamed Morsi

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    La justice examinera la demande d'annulation du décret de Morsi le 4 décembre

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Mohamed Morsi, homme d’État à l’étranger et "pharaon" en Égypte ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)