Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Chine : la croissance ralentit à 7,4% au premier trimestre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigéria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Coupe d'Espagne : une finale Barcelone-Madrid sans Ronaldo

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

  • Hillsborough : 25 ans après, Liverpool demande toujours justice pour les victimes

    En savoir plus

Afrique

Manifestation massive au Caire contre le président Morsi

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/11/2012

Au Caire, une foule compacte s'est retrouvée sur la place Tahrir mardi soir, pour manifester son opposition aux décrets du président Mohamed Morsi, qui renforcent les prérogatives du chef de l’État au détriment du pouvoir judiciaire.

Le centre du Caire s’est empli, mardi 27 novembre au soir, de milliers d’opposants qui demandent au président Mohamed Morsi d’abroger les décrets pris jeudi dernier, confèrant au chef de l'État les pleins pouvoirs face au système judicaire. La foule dense qui a occupé la place Tahrir et les avenues alentours, a repris en chœur les mêmes slogans qui étaient scandés il y a deux ans sur la même place : "Dégage, dégage", "À bas le régime".

La contestation s’en est également pris aux médias réputés soutenir le président Morsi, en particulier la chaîne qatarie Al-Jazira.

Plusieurs corporations se sont regroupées au milieu de la foule : des avocats, ainsi que des artistes, partis de l’Opéra du Caire. Une foule dense sur deux kilomètres a convergé depuis le quartier de Shubra, dans laquelle figurait l’une des figures de l’opposition, Mohamed el-Baradei.

Pour tenter de venir en aide aux femmes, nombreuses à craindre des agressions sur la place Tahrir, un compte Twitter @TahrirBodyguard s’était créé pour centraliser les appels au secours et venir en aide à celles qui se sentiraient menacées. Le compte a été cependant suspendu quelques heures après sa création et des femmes n'ont pu échapper à des actes de violence.

De leur côté, les Frères musulmans, mouvance islamiste dont est issu le chef de l’État, avaient annulé leur appel à la mobilisation, ce mardi, signe que le gouvernement ne souhaite pas un affrontement direct dans la rue. Via Twitter, la confrérie a cherché cependant à minimiser l’influence du camp adverse.

Le compte des Frères musulmans @Ikhwanweb affirme : "Quand des Égyptiens ordinaires à travers le pays voient des "felouls" [anciens caciques du régime Moubarak] défiler sur la place Tahrir aux côtés des anti-islamistes, ils savent bien que cela n’a rien à voir avec le 25 janvier [premier jour de la Révolution qui a mené à la chute de Hosni Moubarak le 11 février 2011, NDLR]." Plus tard, le même compte Twitter écrit : "Si Chafik avait remporté les élections, il aurait envoyé les chameaux sur la place Tahrir aujourd'hui. Le président élu Morsi se montre plus bienveillant" (les Frères musulmans osent un jeu de mot en anglais entre le nom du président, Morsi, et l'adverbe "merciful", qui signifie littéralement charitable).

Durant l’après-midi, des heurts ont éclaté non loin de la place Tahrir, sur la place Simon Bolivar, à deux pas de l'ambassade des États-Unis, entre des groupes de jeunes et la police anti-émeutes. Un homme est mort après avoir inhalé des gaz lacrymogènes et plus d'une dizaine de personnes ont été blessées, rapportent plusieurs médias sur place.

Des milliers de personnes, hostiles au président Morsi se sont également rassemblées à Alexandrie, deuxième ville du pays, sur la grande place bordant la Méditerranée, à quelques mètres d'une contre-manifestation organisée par des Frères musulmans. Les manifestations ont tourné à l'affrontement. Des heurts ont également été signalés dans la ville de Mahalla (voir les photos sur le site du quotidien Al Masry-al Youm).

Première publication : 27/11/2012

  • ÉGYPTE

    L'opposition pour la première fois unie face à Mohamed Morsi

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    La justice examinera la demande d'annulation du décret de Morsi le 4 décembre

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Mohamed Morsi, homme d’État à l’étranger et "pharaon" en Égypte ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)