Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Economie

La presse étrangère stupéfaite après les propos de Montebourg envers Mittal

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/11/2012

Après les propos d'Arnaud Montebourg sur ArcelorMittal, des observateurs étrangers sont montés au créneau pour défendre le numéro un mondial de la sidérurgie et dénoncer l'initiative du ministre du Redressement productif.

Stupeurs et redressement. La sortie d'Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, envers le PDG d’ArcelorMittal, "Nous ne voulons plus de Mittal en France parce qu'ils n'ont pas respecté la France", a créé la surprise. Alors que deux des hauts-fourneaux de l’entreprise, basés à Florange, sont menacés de fermeture, l’État a jusqu’au 1er décembre pour trouver un repreneur pour le site mosellan, en mal de rentabilité selon le géant de l’acier. Devant la difficulté et afin d’empêcher la perte de 2 500 emplois – sur un total de 20 000 -, Arnaud Montebourg a prévenu qu’il pourrait nationaliser le groupe sidérurgique. Une décision temporaire qui était au menu des discussions entre François Hollande et Lakshmi Mittal mardi. Cette option permettrait de chercher un acquéreur pour l’ensemble des sites de production d’acier, ce dont ne veut pas entendre parler ArcelorMittal.

Lundi 26 novembre, l'entourage du magnat de l'acier s'est dit choqué par les propos du ministre. La déclaration d'Arnaud Montebourg a également provoqué incompréhensions et railleries en dehors de l’Hexagone, notamment en Grande-Bretagne et aux États-Unis.

Mittal "victime", pas "coupable"

Aux États-Unis, selon le site d'information "Quartz", le ministre français du Redressement productif se méprend. “Arnaud Montebourg confond le coupable avec la victime.” Pour la journaliste Simone Foxman, le géant de l’acier a pâti de la situation économique française, mais le Français est trop arrogant pour s’en rendre compte. "Montebourg préfère voir dans la fermeture du site un affront envers le patriotisme français, plutôt que reconnaître que l’économie de la France se porte mal."

Outre-Manche, le maire de Londres a réagi de manière virulente. Qualifiant Arnaud Montebourg d’“excentrique”, Boris Johnson a assuré Lakshmi Mittal que, si la France comptait se passer de ses services, qu’à cela ne tienne, il lui tendrait la main. À Delhi, face à des hommes d’affaires indiens, le Britannique a ainsi indiqué mardi : "Si la France ne veut plus de lui, la Grande-Bretagne, oui !" avant d’encourager de potentiels investisseurs à ne pas se laisser "persécuter" par la France et à réaliser leurs opérations européennes à Londres.

Dans les colonnes du Guardian, on s’étonne que l'initiative soit soutenue au-delà de la gauche. Le centriste et président de l'UDI (Union des Démocrates et Indépendants) Jean-Louis-Borloo a en effet apporté son soutien à la nationalisation de l’entreprise. "L'idée qui consiste à dire que la filière française sidérurgique doit vivre et que l'Etat (…) réfléchisse à un contrôle public transitoire (...) ne me paraît pas inadaptée", a-t-il déclaré sur France Inter. Ainsi, dans une chronique en ligne, le journaliste Hugh Muir s'est moqué de cette proximité entre syndicats, gauche et centre-droit : "C’est du grand n’importe quoi ! Pas étonnant que Mittal préfère vivre en Grande-Bretagne."

Première publication : 27/11/2012

  • FRANCE

    Florange : les dessous du bras de fer entre Montebourg et ArcelorMittal

    En savoir plus

  • FRANCE

    Florange : le gouvernement a deux mois pour trouver un repreneur

    En savoir plus

  • FRANCE

    À Florange, Arnaud Montebourg monte au front contre ArcelorMittal

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)