Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FRANCE

Fillon refuse le nouvel ultimatum de Copé

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/11/2012

La guerre fratricide s'est poursuivie mercredi à l'UMP. Alors que Jean-François Copé a demandé à son adversaire de dissoudre le R-UMP, François Fillon a confirmé l'entrée de son groupe parlementaire dans le paysage politique français.

Nouveau rebondissement dans la guerre fratricide qui oppose François Fillon et Jean-François Copé pour la présidence de l'UMP.  Le député-maire de Meaux a fait volte-face mercredi 28 novembre en annonçant que les "conditions" pour un nouveau vote "n'étaient pas réunies". Jean-François Copé avait pourtant proposé la veille la tenue d'un référendum auprès des militants afin de savoir s'il fallait organiser un nouveau scrutin pour élire le président de l'UMP. Mais le président proclamé de l'UMP a estimé que la création d'un nouveau groupe parlementaire par le camp Fillon (R-UMP) constituait un casus belli. Retrouvez les événements de la journée en direct sur FRANCE 24 :

18h22 : Le nouveau groupe parlementaire, Rassemblement-UMP (R-UMP) confirme  son entrée dans le paysage politique.

15H30 : Les députés du nouveau groupe parlementaire filloniste Rassemblement-UMP n'ont pas eu la possibilité d'intervenir lors de la séance des questions au gouvernement, la répartition du temps de parole entre les groupes n'ayant pas encore été modifiée.

13h25 : François Fillon rejette l'ultimatum fixé par Jean-François Copé pour dissoudre son groupe R-UMP. "On ne cède pas aux ultimatums chronométrés", a-t-il réagi, selon les proches de Fillon. 

13h15 : Jérôme Chartier affirme que le groupe de députés fillonistes R-UMP "existera tant qu'il n'y aura pas les conditions d'un revote" militant pour la présidence de l'UMP. 

12h55 : La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, juge "affligeant, préoccupant pour la démocratie" la crise à l'UMP, lors de son compte-rendu du Conseil des ministres.

"Les bras m'en sont tombés" (Copé)



12h50 : Le groupe UMP au Sénat, à majorité filloniste,  demande "à l'unanimité que de nouvelles élections soient organisées" pour la présidence du parti, un certain nombre de sénateurs copéistes préférant s'abstenir, selon le sénateur Gérard Longuet.

12h20 : Jean-François Copé demande à François Fillon de retirer son groupe R-UMP aujourd'hui avant 15 heures.

12h15 : Cinquante députés, dont Nathalie Kosciusko-Morizet et Bruno Le Maire, demandent un comité de sages sur le référendum à l'UMP.

11h20 : L'entourage de Jean-François Copé rejette la proposition de François Fillon : "S'ils veulent aller en justice, qu'ils y aillent". Ces rebondissements successifs agacent de plus en plus certains ténors du parti. L'ancienne-ministre Nathalie Kosciusko-Morizet assure que son parti "n'est l'otage de personne" et surtout pas de François Fillon et de Jean-François Copé.

11h00 : François Fillon déclare qu'en cas d'accord sur un nouveau vote, son nouveau groupe parlementaire, le R-UMP, réintégrera le groupe UMP.

09h15 : Le député UMP Henri Guaino (pro-Copé) qualifie de "faute morale" la publication des statuts du nouveau groupe Rassemblement-UMP."Je ne vois pas ce que vient faire le groupe dans cette histoire qui est un problème de parti", insiste-t-il.  Avant d'ajouter : "Maintenant, chacun doit se calmer". "Cette idée de référendum était une voie de sortie, j'espère qu'elle le reste".

9h00 : Sur RTL, Brice Hortefeux invite Jean-François Copé et François Fillon à tenir leurs engagements sur les modalités de l'organisation d'un référendum à l'UMP, ajoutant que Nicolas Sarkozy a été "atterré" par "le spectacle de divisions et de désordre".

"Tout simplement que chacun respecte ses engagements: Jean-François Copé prend l'engagement de proposer un référendum aux militants et François Fillon a pris l'engagement de renoncer à un sous-groupe dès lors que celui-ci était engagé", a déclaré l'ex-ministre UMP. "Je pense que sur le fond, il n'y pas de vrai problème", a ajouté le président de l'Association des amis de Nicolas Sarkozy.

08h45: "J'en ai marre de ce foutoir", lance l'ex-ministre et ex-secrétaire général de l'UMP Xavier Bertrand sur l'antenne d'Europe 1, demandant un nouveau vote pour la présidence de l'UMP "dans les délais les plus rapides" sans passer par un référendum préalable. "Hier, Nicolas Sarkozy impose aux deux, François Fillon et Jean-François Copé, une sortie de crise, et là de nouveau, ce matin, on est dans l'impasse", déplore-t-il.

8h30 : Le député pro-Fillon Christian Estrosi, réagissant à chaud, sur Europe 1, au refus énoncé par Jean-François d'un référendum à l'UMP, au motif de la publication au JO de la déclaration du groupe parlementaire filloniste, a renvoyé le député-maire de Meaux à sa "responsabilité".

"Celui qui dit non porte une lourde responsabilité" (Laurent Wauquiez, pro-Fillon)



"Nous avions obtenu une petite avancée de Jean-François Copé. Maintenant, c'est Jean-François Copé qui assume cette responsabilité", a-t-il déclaré.

"Mais nous restons sur la même position: nous devons permettre aux militants de voter de nouveau pour qu'il y ait un président légitime à la tête de l'UMP", a-t-il encore souligné.

8h00 : Jean-François Copé estime au micro d'Europe 1 qu'avec la création d'un groupe parlementaire et un recours en justice maintenu par les fillonistes, les "conditions ne sont pas réunies" pour un référendum interne à l'UMP.

"La ligne rouge a été franchie, j'en tire les conséquences", a-t-il déclaré. "À partir du moment où il y a un groupe parlementaire publié au Journal officiel, dissident, c'est-à-dire exactement l'inverse de ce qu'on a évoqué, je crois que chacun maintenant comprend ce qu'il faut comprendre", a-t-il ajouté.

Première publication : 28/11/2012

  • FRANCE

    Copé et Fillon s'accordent sur l'idée d'un référendum

    En savoir plus

  • FRANCE

    Revoter ou non, telle est la question à l'UMP

    En savoir plus

  • POLITIQUE FRANÇAISE

    "La crise de l’UMP arrive trop tôt pour le FN"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)