Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Economie

Un tweet antisémite dans le collimateur de la justice française

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/11/2012

Le parquet de Paris a décidé d'ouvrir une enquête préliminaire suite à une plainte pour provocation à la haine raciale concernant des tweets publiés début octobre sous le hashtag #unbonjuif. L'enquête se concentre sur un seul message.

Dans la longue liste des tweets publiés début octobre sous le controversé hashtag (mot-clef) #unbonjuif, le parquet de Paris a décidé, début novembre, de se concentrer sur l'un des plus nauséabonds : "un bon juif est un juif mort".

Il a ainsi ouvert une enquête préliminaire suite à une plainte pour provocation à la haine raciale, a appris de sources judicaires, jeudi 28 novembre, l'AFP. L'enquêt a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne. Elle doit établir le ou les auteurs du tweet incriminé.

La plainte, déposé le 23 octobre par le Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme (BNVCA), visait, en fait, toute une série de messages antisémites publiés sur le célèbre site de micro-blogging publié entre le 10 et le 14 octobre.

Mais cette affaire aux forts relents d'antisémitisme ne s'arrête pas au seul gazouilli qui fait l'objet de l'enquête. L'Union des étudiants juifs de France (UEJF) a, en effet, assigné en justice mardi 27 novembre Twitter afin d'obtenir les données permettant d'identifier les auteurs de plusieurs messages comportant les hashtags #unbonjuif et #unjuifmort.

"Respect des lois"

Twitter n'a pas souhaité faire de commentaire, mais son avocate en France, Me Alexandra Neri, a déclaré à l'AFP que son client "agit", "dans le respect des lois", "chaque fois qu'il est mis en position" de le faire et "ne se cache pas derrière une barrière juridique".

Cette affaire sera débattue "devant le tribunal et non devant la presse", a-t-elle ajouté, expliquant que "dans aucun pays" il n'est possible de communiquer ces données personnelles "en dehors de l'autorisation du juge".

L'UEJF demande également à la justice d'ordonner à Twitter de mettre en place un dispositif permettant de signaler des contenus illicites "tombant sous le coup de l'apologie des crimes contre l'humanité et de l'incitation à la haine raciale".

L'association demande que l'exécution de ces injonctions soit assortie d'une astreinte de 10 000 euros par jour de retard par infraction constatée. Une audience de référé (procédure d'urgence) est prévue, sur cette affaire, le 8 janvier.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 28/11/2012

  • INTERNET

    Twitter accepte d’effacer les messages "#unbonjuif" en France

    En savoir plus

  • INTERNET

    Twitter bloque un compte néo-nazi en Allemagne, une censure inédite

    En savoir plus

  • MÉDIAS SOCIAUX

    Avec #muslimrage, "Newsweek" provoque dérision et indignation sur Twitter

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)