Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

Afrique

Le projet de Constitution égyptienne adopté dans un climat tendu

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/11/2012

L’Assemblée constituante égyptienne dominée par les islamistes a approuvé, vendredi matin, un projet de nouvelle Loi fondamentale, ouvrant la voie à un référendum constitutionnel dans un climat de vive contestation anti-Morsi.

Le président égyptien Mohamed Morsi a désormais "sa" Constitution. Alors que les manifestants campent depuis une semaine place Tahrir pour protester contre le décret présidentiel élargissant les pouvoirs du chef de l'État, l'Assemblée constituante a adopté ce vendredi matin les 234 articles de la nouvelle Loi fondamentale.

Bien qu'au cœur de l'antagonisme entre les Frères musulmans, désormais au pouvoir, et le camp libéral et laïque, la référence à la charia, la loi islamique, a été maintenue. L'article 2 du projet de Constitution voté par la commission prévoit que les "principes de la charia" constituent la "principale source de la législation", une formulation assez consensuelle en Égypte, qui ne fait pas des préceptes au sens strict de la loi islamique la source unique de la loi. L'article a été adopté à l'unanimité.

Parmi les changements notables, la limitation des mandats présidentiels. Désormais, le chef de l'État ne pourra plus se présenter devants les électeurs au-delà de ses deux mandats de quatre ans. Hosni Moubarak, renversé en février 2011, est resté près de trente ans au pouvoir.

L’opposition a néanmoins critiqué cette précipitation dans l'adoption d'une constitution qu'ils jugent prise en otage par les Frères musulmans et leurs alliés. Des militants d’opposition ont notamment dénoncé certains articles limitant selon eux la liberté d’expression.


"Il y a de bons articles, favorables aux libertés, mais il y en a d’autres qui sont catastrophiques, comme celui concernant les injures, qui pourrait être utilisé contre les journalistes critiquant le président ou d’autres représentants de l’Etat ", a dit le militant des droits de l’Homme Gamal Eïd.


Référendum à venir


Le projet constitutionnel sera transmis dans la journée au président Morsi, qui doit le soumettre à référendum sous deux semaines.

Dans une allocution télévisée jeudi soir, le président égyptien a rappelé que son décret, qui protège ses décisions de tout recours en justice, ne s’appliquerait que pour une période "exceptionnelle".

"Cela se terminera dès que le peuple aura voté sur une constitution (...). Il n’y a pas de place pour la dictature ", a-t-il ajouté. Mohamed Morsi a également salué le rôle de l’opposition - "Je suis très heureux que l’Égypte ait une vraie opposition politique", a-t-il dit - tout en l’exhortant à ne pas diviser l’Égypte ni recourir à la violence.

L’adoption de cette nouvelle constitution intervient alors que l'Égypte traverse sa plus grave crise depuis l'élection, en juin dernier, de Mohamed Morsi. La décision du président de s'octroyer des pouvoirs exceptionnels, pour éviter notamment tout blocage du processus constitutionnel par des recours en justice, a provoqué les foudres de l'opposition égyptienne. Depuis le début des manifestations place Tahrir, trois personnes ont trouvé la mort et plusieurs centaines ont été blessées.

Certains opposants appellent à une nouvelle manifestation anti-Morsi vendredi place Tahrir, tandis que les islamistes préparent, de leur côté, des rassemblements de soutien au président, samedi.

France 24 avec dépêches

Première publication : 29/11/2012

  • ÉGYPTE

    Morsi dégaine la Constitution pour prendre l’opposition de vitesse

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    La Constitution en passe d'être votée, les anti-Morsi restent mobilisés

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Morsi maintient son décret, ses partisans annulent la manifestation prévue

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)