Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Afrique

Morsi dégaine la Constitution pour prendre l’opposition de vitesse

© AFP

Texte par Mehdi CHEBIL

Dernière modification : 02/12/2013

L’accélération du calendrier constitutionnel apparaît comme une bouée de secours pour le président égyptien, empêtré dans la plus grave crise politique du pays depuis la chute d’Hosni Moubarak.

L’appel au peuple via un référendum constitutionnel pour régler la crise politique égyptienne ? C’est la solution vers laquelle semble s’acheminer le président Mohamed Morsi après l’annonce surprise par la commission constituante, dominée par les islamistes, que le vote sur la loi fondamentale aurait lieu jeudi 29 novembre.

Les principes de la charia conservés comme sous Moubarak

L'assemblée chargée de l'écriture de la nouvelle Constitution égyptienne a voté jeudi 29 novembre en faveur du maintien des "principes de la charia" comme source principale de la législation.

Une formulation identique à celle de la Constitution qui était en vigueur sous le régime du président déchu Hosni Moubarak.

Elle est soutenue par les Frères musulmans désormais au pouvoir tandis que le camp libéral et laïc souhaitait son abrogation.

Une fois adopté, ce texte comprenant 234 articles devrait être soumis à référendum sous les quinze jours par le chef de l’État, qui espère ainsi mettre fin à la grave crise politique que traverse l’Égypte depuis le 22 novembre.

Pour l'opposition, l'accélération du calendrier démontre que le président Morsi, issu de la confrérie des Frères musulmans, veut prendre de vitesse la minorité de députés laïcs, libéraux, et coptes qui dénoncent la place de la charia dans la future Constitution égyptienne.

Boycott et recours judiciaires

Les opposants ont décidé de boycotter les travaux constitutionnels entamés il y a six mois et de se retrancher derrière des recours judicaires visant à dissoudre le Parlement élu après la chute d’Hosni Moubarak. La crise actuelle représente le point culminant d’un bras de fer entre la présidence et le pouvoir judiciaire, entamé en juin dernier avec un arrêt de la Haute-Cour constitutionnelle invalidant un tiers des sièges de la chambre basse du Parlement.

La mobilisation anti-islamiste est relayée dans la rue, où des centaines de manifestants continuent à occuper l’emblématique place Tahrir au Caire pour protester contre un décret renforçant les pouvoirs du président Morsi. Le pays est secoué depuis une semaine par des manifestations émaillées de violences dans lesquelles trois personnes sont mortes et plusieurs centaines ont été blessées.

Mohamed Morsi doit s’adresser à la nation jeudi soir pour réitérer la nature "temporaire" des ses pouvoirs élargis, tandis que les Frères musulmans et le parti salafiste Nour appellent leurs partisans à descendre place Tahrir, samedi prochain, pour soutenir le président égyptien.

Des manifestations qui pourraient rapidement tourner à l’affrontement alors que les opposants ont réitéré leur rejet catégorique du choix proposé par le président égyptien : la Constitution sous influence islamiste ou le décret présidentiel.

Première publication : 29/11/2012

  • ÉGYPTE

    La Constitution en passe d'être votée, les anti-Morsi restent mobilisés

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Manifestation massive au Caire contre le président Morsi

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Morsi maintient son décret, ses partisans annulent la manifestation prévue

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)