Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Algérie : onze soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Plusieurs morts dans une fusillade à Slaviansk, dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • Corée du Sud : une vingtaine de corps repêchés du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

Afrique

Morsi dégaine la Constitution pour prendre l’opposition de vitesse

© AFP

Texte par Mehdi CHEBIL

Dernière modification : 02/12/2013

L’accélération du calendrier constitutionnel apparaît comme une bouée de secours pour le président égyptien, empêtré dans la plus grave crise politique du pays depuis la chute d’Hosni Moubarak.

L’appel au peuple via un référendum constitutionnel pour régler la crise politique égyptienne ? C’est la solution vers laquelle semble s’acheminer le président Mohamed Morsi après l’annonce surprise par la commission constituante, dominée par les islamistes, que le vote sur la loi fondamentale aurait lieu jeudi 29 novembre.

Les principes de la charia conservés comme sous Moubarak

L'assemblée chargée de l'écriture de la nouvelle Constitution égyptienne a voté jeudi 29 novembre en faveur du maintien des "principes de la charia" comme source principale de la législation.

Une formulation identique à celle de la Constitution qui était en vigueur sous le régime du président déchu Hosni Moubarak.

Elle est soutenue par les Frères musulmans désormais au pouvoir tandis que le camp libéral et laïc souhaitait son abrogation.

Une fois adopté, ce texte comprenant 234 articles devrait être soumis à référendum sous les quinze jours par le chef de l’État, qui espère ainsi mettre fin à la grave crise politique que traverse l’Égypte depuis le 22 novembre.

Pour l'opposition, l'accélération du calendrier démontre que le président Morsi, issu de la confrérie des Frères musulmans, veut prendre de vitesse la minorité de députés laïcs, libéraux, et coptes qui dénoncent la place de la charia dans la future Constitution égyptienne.

Boycott et recours judiciaires

Les opposants ont décidé de boycotter les travaux constitutionnels entamés il y a six mois et de se retrancher derrière des recours judicaires visant à dissoudre le Parlement élu après la chute d’Hosni Moubarak. La crise actuelle représente le point culminant d’un bras de fer entre la présidence et le pouvoir judiciaire, entamé en juin dernier avec un arrêt de la Haute-Cour constitutionnelle invalidant un tiers des sièges de la chambre basse du Parlement.

La mobilisation anti-islamiste est relayée dans la rue, où des centaines de manifestants continuent à occuper l’emblématique place Tahrir au Caire pour protester contre un décret renforçant les pouvoirs du président Morsi. Le pays est secoué depuis une semaine par des manifestations émaillées de violences dans lesquelles trois personnes sont mortes et plusieurs centaines ont été blessées.

Mohamed Morsi doit s’adresser à la nation jeudi soir pour réitérer la nature "temporaire" des ses pouvoirs élargis, tandis que les Frères musulmans et le parti salafiste Nour appellent leurs partisans à descendre place Tahrir, samedi prochain, pour soutenir le président égyptien.

Des manifestations qui pourraient rapidement tourner à l’affrontement alors que les opposants ont réitéré leur rejet catégorique du choix proposé par le président égyptien : la Constitution sous influence islamiste ou le décret présidentiel.

Première publication : 29/11/2012

  • ÉGYPTE

    La Constitution en passe d'être votée, les anti-Morsi restent mobilisés

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Manifestation massive au Caire contre le président Morsi

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Morsi maintient son décret, ses partisans annulent la manifestation prévue

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)