Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Russie sanctionnée

En savoir plus

DÉBAT

Moscou sanctionnée par l'UE : Poutine peut-il plier ?

En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Ces politiques qui ne jurent plus que par Jean Jaurès...

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

  • Nigeria : nouvel attentat-suicide perpétré par une femme à Kano

    En savoir plus

  • Ebola : "Les personnes traitées rapidement peuvent en guérir"

    En savoir plus

  • Transferts : deux champions du monde français signent en Inde

    En savoir plus

  • Nemmouche inculpé pour “assassinat dans un contexte terroriste”

    En savoir plus

Afrique

Morsi dégaine la Constitution pour prendre l’opposition de vitesse

© AFP

Texte par Mehdi CHEBIL

Dernière modification : 02/12/2013

L’accélération du calendrier constitutionnel apparaît comme une bouée de secours pour le président égyptien, empêtré dans la plus grave crise politique du pays depuis la chute d’Hosni Moubarak.

L’appel au peuple via un référendum constitutionnel pour régler la crise politique égyptienne ? C’est la solution vers laquelle semble s’acheminer le président Mohamed Morsi après l’annonce surprise par la commission constituante, dominée par les islamistes, que le vote sur la loi fondamentale aurait lieu jeudi 29 novembre.

Les principes de la charia conservés comme sous Moubarak

L'assemblée chargée de l'écriture de la nouvelle Constitution égyptienne a voté jeudi 29 novembre en faveur du maintien des "principes de la charia" comme source principale de la législation.

Une formulation identique à celle de la Constitution qui était en vigueur sous le régime du président déchu Hosni Moubarak.

Elle est soutenue par les Frères musulmans désormais au pouvoir tandis que le camp libéral et laïc souhaitait son abrogation.

Une fois adopté, ce texte comprenant 234 articles devrait être soumis à référendum sous les quinze jours par le chef de l’État, qui espère ainsi mettre fin à la grave crise politique que traverse l’Égypte depuis le 22 novembre.

Pour l'opposition, l'accélération du calendrier démontre que le président Morsi, issu de la confrérie des Frères musulmans, veut prendre de vitesse la minorité de députés laïcs, libéraux, et coptes qui dénoncent la place de la charia dans la future Constitution égyptienne.

Boycott et recours judiciaires

Les opposants ont décidé de boycotter les travaux constitutionnels entamés il y a six mois et de se retrancher derrière des recours judicaires visant à dissoudre le Parlement élu après la chute d’Hosni Moubarak. La crise actuelle représente le point culminant d’un bras de fer entre la présidence et le pouvoir judiciaire, entamé en juin dernier avec un arrêt de la Haute-Cour constitutionnelle invalidant un tiers des sièges de la chambre basse du Parlement.

La mobilisation anti-islamiste est relayée dans la rue, où des centaines de manifestants continuent à occuper l’emblématique place Tahrir au Caire pour protester contre un décret renforçant les pouvoirs du président Morsi. Le pays est secoué depuis une semaine par des manifestations émaillées de violences dans lesquelles trois personnes sont mortes et plusieurs centaines ont été blessées.

Mohamed Morsi doit s’adresser à la nation jeudi soir pour réitérer la nature "temporaire" des ses pouvoirs élargis, tandis que les Frères musulmans et le parti salafiste Nour appellent leurs partisans à descendre place Tahrir, samedi prochain, pour soutenir le président égyptien.

Des manifestations qui pourraient rapidement tourner à l’affrontement alors que les opposants ont réitéré leur rejet catégorique du choix proposé par le président égyptien : la Constitution sous influence islamiste ou le décret présidentiel.

Première publication : 29/11/2012

  • ÉGYPTE

    La Constitution en passe d'être votée, les anti-Morsi restent mobilisés

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Manifestation massive au Caire contre le président Morsi

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Morsi maintient son décret, ses partisans annulent la manifestation prévue

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)