Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Amériques

Première audition de Bradley Manning, la "taupe" présumée de WikiLeaks

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/11/2012

Le soldat de 24 ans est accusé d'avoir transmis au site internet WikiLeaks, entre novembre 2009 et mai 2010, des documents militaires américains sur les guerres en Irak et en Afghanistan.

Le soldat américain Bradley Manning, accusé d'être la "taupe" de WikiLeaks, a commencé à témoigner pour la première fois jeudi après-midi devant une Cour martiale à Fort-Meade (Maryland, est) et a évoqué la "situation de stress" à laquelle il était soumis durant sa détention.

Le jeune soldat de 24 ans, vêtu de son uniforme militaire, assis au banc des témoins, est apparu nerveux mais a commencé à répondre d'une voix assurée aux questions de son avocat sur son arrestation en Irak et ses conditions de détention, auxquelles est consacrée cette audience préliminaire.

Le jeune homme a évoqué la confusion et l'anxiété qui régnait dans son esprit lors de son arrestation en Irak en mai 2010 et ses premiers jours de détention sur place. "Mes nuits étaient mes jours et mes jours étaient mes nuits", a-t-il dit d'une voix claire, avec force gestuelle.

Il est accusé d'avoir transmis au site internet WikiLeaks, entre novembre 2009 et mai 2010, des documents militaires américains sur les guerres en Irak et en Afghanistan, et 260.000 dépêches du département d'Etat, déclenchant une tempête dans la diplomatie mondiale.

"Je passais tout mon temps dans ma tente de ségrégation... je passais tout mon temps tout seul", s'est-il souvenu en réponse à son avocat David Coombs.

Il s'est dit "perdu", dans une "situation de stress car je ne savais pas ce qui se passait".

L'ancien analyste du renseignement en Irak a dit avoir pu passer trois coups de fil, entre mai et juin, dont l'un à sa tante dont il avait le numéro et un autre à sa relation homosexuelle de l'époque, mais "j'ai perdu ce privilège très vite".

Son témoignage était très attendu pour cette audience préliminaire consacrée à son régime carcéral très sévère imposé à la prison de Quantico, près de Washington où il a été détenu pendant neuf mois après son arrestation.

Sa défense réclame l'abandon de toutes les charges, arguant que ses conditions d'emprisonnement constituent une "punition illégale préventive", proscrite par le code militaire.

AFP

Première publication : 29/11/2012

  • GRANDE-BRETAGNE

    Assange pourrait quitter l'ambassade d'Équateur à Londres d'ici septembre 2013

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    Julian Assange demande aux États-Unis de cesser "la chasse aux sorcières"

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    La "taupe" de WikiLeaks accusée de "collusion avec l'ennemi" par une cour martiale

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)