Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Éléments de langage

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Virus Ebola : l'OMS doit annoncer un plan de lutte de 100 millions de dollars

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Grande Guerre : au cœur de l’enfer

En savoir plus

#ActuElles

Les "Patronas" au secours des migrants mexicains

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Coup d'envoi de la transition énergétique en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

  • Le Hamas affirme qu’il n’a pas d’informations sur le soldat israélien porté disparu

    En savoir plus

  • Des dizaines de morts après une explosion dans une usine chinoise

    En savoir plus

  • Vidéo : la pauvreté pousse les femmes malgaches vers la contraception

    En savoir plus

  • Vidéo : "Le monde devrait admirer Israël", selon son ambassadeur aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ouganda : la justice annule une loi anti-gay particulièrement répressive

    En savoir plus

  • Extensions Internet : l'Icann à la rescousse de l'Iran, la Syrie et la Corée du Nord

    En savoir plus

  • Grande Guerre : au cœur de l’enfer

    En savoir plus

  • Un séisme secoue la région d'Alger et fait six morts et 420 blessés

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Free convoite T-mobile : "What the hell is Iliad ?" se demandent les Américains

    En savoir plus

  • Plus de 50 kilos de cocaïne volatilisés au "36, quai des Orfèvres"

    En savoir plus

  • Centenaire de 14-18 : les clochers de France sonnent la “mobilisation générale”

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice accorde une peine aménagée, appel du parquet

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

Moyen-orient

La possession de missiles sol-air par l'ASL, un tournant dans la crise ?

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 29/11/2012

Ces derniers jours, les rebelles ont abattu un hélicoptère et un avion de l'armée syrienne, près d'Alep, grâce à des missiles sol-air. Le recours systématique à ces armes pourrait constituer, à terme, un tournant dans la crise.

Le régime de Bachar al-Assad est-il en train de perdre la maîtrise des airs ? Pour la première fois depuis le début de l’insurrection en mars 2011, les rebelles ont utilisé des missiles sol-air pour abattre coup sur coup un hélicoptère et un avion de l'armée de l’air syrienne, les 27 et 28 novembre, entre Alep et Idlib, dans le nord du pays. Des images amateurs des deux opérations attestent de l’usage de telles armes dont on ignorait jusqu’ici la présence entre les mains de la rébellion.

Des missiles en provenance des stocks de l'armée régulière
 
Selon les experts militaires, l’hélicoptère qui bombardait les alentours de la base de cheikh Souleimane, à 25 kilomètres au nord-ouest d'Alep, a été touché de plein fouet par un missile Sam-7. "Les armes qui ont été utilisées pour abattre un avion et un hélicoptère proviennent de l’armée syrienne. Elles ont été récupérées par les forces de l’opposition, et ce comme 90 % du matériel utilisé par ces derniers depuis le début de l’insurrection", explique à FRANCE 24 Afak Ahmad, un ancien officier de renseignement de l'Armée de l'air, réfugié en France après avoir fait défection.
 
Ces derniers jours, les rebelles ont pris le contrôle de cinq bases aériennes de l’armée régulière, toutes situées dans le nord du pays, près de la frontière avec la Turquie. L'un des chefs militaires de la rébellion, le général Ahmad Faj, avait déclaré la semaine dernière à l'AFP que les rebelles avaient récupéré des missiles sol-air lors de la prise de la Base 46, située à quelques kilomètres d’Alep (nord-ouest). "Des dizaines de missiles sol-air Sam-7 de type Cobra étaient entreposés dans des caches aménagées dans des réseaux souterrains de la base. C'est une bombe larguée par un MiG pendant l'attaque qui les a mis au jour", a raconté à l’AFP Mouhannad, un sous-officier de l'armée syrienne qui a déserté pendant l'assaut rebelle final, le 18 novembre, sur la Base 46.
 
Toutefois, les experts rechignent, pour l'instant, à voir un "tournant" de la crise dans la destruction de ces deux appareils en moins de 24 heures. "Si l’Armée syrienne libre (ASL) a les capacités de maintenir cette stratégie et que la suprématie aérienne du régime est remise en cause dans les semaines à venir, alors oui, on pourra dire qu’il s’agit d’un tournant", explique Joshua Landis, professeur associé d'études moyen-orientales à l'université d'Oklahoma, spécialiste de la Syrie et auteur du blog très bien documenté Syria Comment. Celui-ci estime que le régime réfléchira alors à deux fois avant d’envoyer ses hélicoptères.
 
Un avis que partage Georges Malbrunot, grand reporter au service étranger du quotidien Le Figaro et spécialiste du Moyen-Orient. Selon lui, ce n'est que si la suprématie aérienne du régime - "son principal atout militaire" - est durablement remise en cause par les rebelles que Bachar al-Assad pourrait perdre le nord de la Syrie. "Reste à savoir s’ils ont suffisamment d’armes anti-aériennes pour répéter ce type d’action", résume-t-il.
 
Un choix stratégique
 
Pour les observateurs en revanche, la destruction des deux appareils s'apparente bien à un changement de stratégie de la rébellion. "L’ASL a compris que sa demande de voir une zone d’exclusion aérienne dans le nord du pays n’est pas prête d’être exaucée et en a tiré les conclusions en concentrant ses attaques sur l’armée de l’air de Bachar al-Assad et sur ses bases afin de contrer la suprématie aérienne du régime et de récupérer les armes qu’ils demandent à la communauté internationale", explique Afak Ahmad.
 
En effet, depuis plusieurs mois, les rebelles réclament la livraison d'armes anti-aériennes comme des Stingers, d’une portée de 8 kilomètres. Mais les Occidentaux, contrairement au Saoudiens et aux Qataris, s’y opposent, craignant de voir ces missiles parvenir à des djihadistes. Selon le quotidien américain Washington Post de ce jeudi, la rébellion disposerait de 40 missiles sol-air, dont certains ont été livrés ces dernières semaines par le Qatar, ont rapporté au journal deux responsables du renseignement proche-orientaux.
 
 "Cette nouvelle phase de l’insurrection est capitale car l’armée régulière, lorsqu’elle ne pouvait envoyer des troupes au sol, utilisait son aviation pour frapper les positions de l’opposition, ce qui obligeait les rebelles à abandonner certaines zones fraîchement conquises et d’être toujours en mouvement", reprend Joshua Landis. Qui estime par ailleurs qu’il n’est pas exclu, vu cette "nouvelle phase de l’insurrection", que Bachar al-Assad soit forcé, à terme, d’abandonner le nord du pays et de créer une nouvelle ligne de front au nord de Hama et de Homs afin de protéger le sud du pays. "Ce qui n’est pas sans rappeler l’exemple de Benghazi", juge encore celui-ci, en référence à la ville libyenne qui, libérée des troupes du colonel Kadhafi, était finalement devenue le quartier général de la rébellion.

 

Première publication : 29/11/2012

  • Guerre en Syrie : un tournant ? (partie 1)

    En savoir plus

  • SYRIE

    Vidéo : les rebelles syriens utilisent des missiles sol-air contre l'aviation d'Assad

    En savoir plus

  • SYRIE

    Un avion de l'armée syrienne bombarde un village près de la frontière turque

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)