Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Comme le disait ma grand-mère"

En savoir plus

DÉBAT

Mali - pourparlers à Alger : peut-on croire à la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine : la Russie en guerre contre l'Europe ?

En savoir plus

FOCUS

Les géants américains du tabac à l'assaut de la cigarette électronique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ben l'Oncle Soul toujours en plein rêve pour son deuxième album

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le trio CAB, un voyage musical entre Afrique, Brésil et Caraïbes

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • Rythme scolaire : la rentrée chahutée par des maires récalcitrants

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Mercato : l’AS Monaco prête Radamel Falcao à Manchester United

    En savoir plus

  • Washington annonce avoir mené un raid contre les Shebab somaliens

    En savoir plus

  • L'ONU envoie une mission pour enquêter sur les crimes de l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Vers un nouveau coup d'État militaire au Pakistan ?

    En savoir plus

  • Vidéo : une rentrée des classes pas comme les autres en Ukraine

    En savoir plus

  • Hong Kong en rébellion contre l’emprise de Pékin

    En savoir plus

  • Cisjordanie : les États-Unis exhortent Israël à renoncer aux expropriations

    En savoir plus

  • Face à l'avancée de l'EI en Irak, la peur gagne l'Iran

    En savoir plus

  • Et si la France vendait la Joconde pour éponger ses dettes ?

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Le pape organise un "match pour la paix" avec des stars du foot

    En savoir plus

  • Le Premier ministre de retour au Lesotho après un "coup d'État"

    En savoir plus

Afrique

Non-lieu pour la Tunisienne violée par des policiers, accusée d'atteinte à la pudeur

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/11/2012

La justice tunisienne a accordé un non-lieu à une jeune femme tunisienne, violée par deux policiers début septembre. Accusée d'atteinte à la pudeur après avoir porté plainte contre ses agresseurs, elle encourait jusqu'à six mois de prison.

Une jeune femme tunisienne violée par des policiers et qui risquait d'être inculpée pour atteinte à la pudeur a bénéficié d'un non-lieu, ont indiqué jeudi ses avocats dans cette affaire qui avait provoqué un vaste scandale en Tunisie et à l'étranger.
 
"Les accusations ont été abandonnées pour manque de preuves. Et le juge a décidé de traduire (en justice) deux policiers pour viol, et un troisième pour corruption", a indiqué à l'AFP Me Bochra Belhaj Hmida.

"La jeune femme et son fiancé ont bénéficié d'un non-lieu", a indiqué une autre avocate, Me Emna Zahrouni, à l'antenne de Mosaïque FM.

Le viol de cette jeune femme de 27 ans début septembre par deux agents de police a entraîné un vaste scandale, la victime risquant d'être poursuivie pour "atteinte à la pudeur", un délit passible de six mois de prison.

Les policiers affirmaient avoir surpris la jeune femme et son fiancé en train d'avoir des relations sexuelles dans leur voiture, garée dans une banlieue de Tunis.

Selon le parquet, c'est alors que deux des agents ont violé leur victime.

Le troisième policier avait pour sa part conduit le petit ami de la jeune femme dont l'anonymat a été préservé, jusqu'à un distributeur de billets pour lui extorquer de l'argent.

Cette affaire a entraîné une vaste mobilisation de la société civile et de la classe politique tunisiennes.

Des opposants, des ONG et des médias estimaient que les déboires judiciaires de la victime illustraient la politique à l'égard des femmes menée par les islamistes d'Ennahda qui dominent le gouvernement tunisien.

Ces derniers, bien qu'ils le réfutent, sont accusés de chercher à revenir sur les droits des femmes en Tunisie.

Les Tunisiennes bénéficient du Code de statut personnel promulgué en 1956 instaurant l'égalité des sexes dans certains domaines, une situation unique dans le monde arabe. Elles restent cependant discriminées dans plusieurs cas, notamment en ce qui concerne les héritages.

Les islamistes d'Ennahda avaient déclenché un large mouvement de contestation en août en proposant d'inscrire dans la nouvelle Constitution la "complémentarité" des sexes et non l'égalité, un projet abandonné finalement en septembre après une vaste mobilisation de la société civile.

AFP

Première publication : 29/11/2012

  • TUNISIE

    Une Tunisienne violée auditionnée à Tunis pour "atteinte aux bonnes mœurs"

    En savoir plus

  • TUNISIE

    "Violée par des policiers tunisiens, ma fiancée est accusée d’attentat à la pudeur"

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Les intellectuels tunisiens redoutent un "nouvel ordre moral" version Ennahda

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)