Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Ajax Amsterdam - PSG en direct

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

Afrique

Non-lieu pour la Tunisienne violée par des policiers, accusée d'atteinte à la pudeur

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/11/2012

La justice tunisienne a accordé un non-lieu à une jeune femme tunisienne, violée par deux policiers début septembre. Accusée d'atteinte à la pudeur après avoir porté plainte contre ses agresseurs, elle encourait jusqu'à six mois de prison.

Une jeune femme tunisienne violée par des policiers et qui risquait d'être inculpée pour atteinte à la pudeur a bénéficié d'un non-lieu, ont indiqué jeudi ses avocats dans cette affaire qui avait provoqué un vaste scandale en Tunisie et à l'étranger.
 
"Les accusations ont été abandonnées pour manque de preuves. Et le juge a décidé de traduire (en justice) deux policiers pour viol, et un troisième pour corruption", a indiqué à l'AFP Me Bochra Belhaj Hmida.

"La jeune femme et son fiancé ont bénéficié d'un non-lieu", a indiqué une autre avocate, Me Emna Zahrouni, à l'antenne de Mosaïque FM.

Le viol de cette jeune femme de 27 ans début septembre par deux agents de police a entraîné un vaste scandale, la victime risquant d'être poursuivie pour "atteinte à la pudeur", un délit passible de six mois de prison.

Les policiers affirmaient avoir surpris la jeune femme et son fiancé en train d'avoir des relations sexuelles dans leur voiture, garée dans une banlieue de Tunis.

Selon le parquet, c'est alors que deux des agents ont violé leur victime.

Le troisième policier avait pour sa part conduit le petit ami de la jeune femme dont l'anonymat a été préservé, jusqu'à un distributeur de billets pour lui extorquer de l'argent.

Cette affaire a entraîné une vaste mobilisation de la société civile et de la classe politique tunisiennes.

Des opposants, des ONG et des médias estimaient que les déboires judiciaires de la victime illustraient la politique à l'égard des femmes menée par les islamistes d'Ennahda qui dominent le gouvernement tunisien.

Ces derniers, bien qu'ils le réfutent, sont accusés de chercher à revenir sur les droits des femmes en Tunisie.

Les Tunisiennes bénéficient du Code de statut personnel promulgué en 1956 instaurant l'égalité des sexes dans certains domaines, une situation unique dans le monde arabe. Elles restent cependant discriminées dans plusieurs cas, notamment en ce qui concerne les héritages.

Les islamistes d'Ennahda avaient déclenché un large mouvement de contestation en août en proposant d'inscrire dans la nouvelle Constitution la "complémentarité" des sexes et non l'égalité, un projet abandonné finalement en septembre après une vaste mobilisation de la société civile.

AFP

Première publication : 29/11/2012

  • TUNISIE

    Une Tunisienne violée auditionnée à Tunis pour "atteinte aux bonnes mœurs"

    En savoir plus

  • TUNISIE

    "Violée par des policiers tunisiens, ma fiancée est accusée d’attentat à la pudeur"

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Les intellectuels tunisiens redoutent un "nouvel ordre moral" version Ennahda

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)