Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TOUS POLITIQUES

Benoist Apparu, député-maire UMP de Châlons-en-Champagne

En savoir plus

SUR LE NET

Émotion en ligne après la libération de quatre otages français

En savoir plus

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

REPORTERS

En Inde, des votes à vendre

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Printemps de Bourges, Festival d'Aix en Provence... la musique en festival!

En savoir plus

FOCUS

Washington–Bucarest : un partenariat de plus en plus stratégique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : une élection taillée sur mesure pour Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Moscou accuse les autorités ukrainiennes d'enfreindre l'accord de Genève

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

Afrique

Vidéo : En Tunisie, des centaines de blessés dans des affrontements à Siliana

© FRANCE24

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/11/2012

Au cours du troisième jour de violences entre manifestants et forces de l'ordre à Siliana, une ville située au sud-ouest de Tunis, près de 200 personnes ont été blessées. Deux journalistes de FRANCE 24 figurent parmi les victimes.

La tension est vive à Siliana : gaz lacrymogènes, jets de pierre et tirs à la chevrotine... Cette ville située à 127 km au sud-ouest de Tunis est, depuis trois jours, le théâtre de vifs affrontements entre manifestants et forces de l’ordre.

Si un calme précaire était revenu dans la soirée de mercredi, ce jeudi, les manifestations ont repris de plus belle. La police a tiré de grandes quantités de gaz lacrymogènes sur quelques centaines de manifestants qui ont tenté de s'attaquer à un poste de police. Trois personnes ont été blessées, selon une source hospitalière.

Non loin de là, des milliers d'habitants manifestaient aux abords de la préfecture pour réclamer encore et toujours le limogeage du gouverneur régional, Ahmed Ezzine Mahjoubi, et désormais aussi le départ de nouveaux policiers venus prêter mains forte à leurs homologues de Siliana. "On réclame le départ de tous ces renforts, on n'accepte que les agents de police de Siliana", a déclaré l'un des manifestants.

Des manifestations ont aussi été émaillées de violences dans des localités proches de Siliana, même si les débordements semblaient moins graves que la veille.

Mercredi, le secrétaire général adjoint de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) à Siliana, Ahmed Alchafi, a accusé les policiers de recourir de façon excessive à la force. "On manifestait de façon pacifique et les forces de l'ordre ont répondu par la violence, raconte-t-il. Ce gouvernement veut nous mettre à genoux." Bilan en deux jours : plus de 250 blessés, selon des sources hospitalières. Parmi eux, le correspondant de FRANCE 24 en Tunisie, David Thomson, ainsi que son accompagnateur Hamdi Tlili, qui ont été visés par des tirs de chevrotine.

David Thomson, correspondant en Tunisie, touché par des tirs de chevrotine mercredi 28 novembre à Siliana. (Crédit : D. Thomson)

Aux urgences de l'hôpital de Siliana, les blessés sont soignés pour des contusions, des coupures ou encore des fractures. Le personnel médical dénonce les méthodes employées par la police : "Avant, on recevait des manifestants blessés aux membres inférieurs mais, maintenant, ils sont touchés au niveau des yeux ", commente Almoncef al-Fadi, un infirmier. Les blessés les plus graves sont évacués vers Tunis.

Nouvelles manifestations prévues vendredi

En plus du départ du gouverneur membre du parti islamiste Ennahda, critiqué pour son incapacité à relancer l'économie de cette région particulièrement pauvre, les manifestants demandent également la libération d'une dizaine de personnes arrêtées lors de la précédente grève générale, en 2011.

À Tunis, où environ 200 personnes ont également manifesté en soutien aux habitants de Siliana, le Premier ministre Hamadi Jebali a affirmé, mercredi, qu’il refusait de limoger son gouverneur. Des propos corroborés lors d’une conférence de presse jeudi soir, durant laquelle il a souligné que le développement économique que réclament les habitants de Siliana ne peut pas être réalisé "dans le chaos", ajoutant qu'aucun responsable politique ne sera limogé sous la pression de la violence.

Le Premier ministre a également annoncé qu’une enquête "sur un éventuel usage excessif de la force et sur l'origine des violences" dans cette région située à l'ouest de Tunis, allait être ouverte. "Notre devoir est de demander des comptes à ceux qui sont responsables de cette catastrophe", a-t-il ajouté.

Plus tôt dans la journée, l'UGTT a appelé à une nouvelle manifestation vendredi.

Difficultés économiques

À l’origine, les manifestants étaient descendus dans la rue pour crier leur ras-le-bol contre la pauvreté et le chômage. La région de Siliana est très affectée par les difficultés économiques. Selon des statistiques officielles, les investissements y ont baissé de 44,5 % et les créations d'emplois y ont chuté de 66 % entre les mois de janvier et d'octobre par rapport à la même époque l'an dernier.

Les manifestants se sentent démunis et laissés pour compte, à l’image de Kamel Alkharoubi, sans emploi : "Je n'appartiens à aucun parti politique, je n'appartiens qu'à la Tunisie et je n'ai rien gagné, à part la pauvreté et le chômage", soupire-t-il.

Tentant d’apaiser les tensions, le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Khaled Tarrouche, a assuré, mercredi, que le gouvernement était ouvert à la négociation. "La porte du dialogue est ouverte, il faut arrêter la violence", a-t-il déclaré.

Première publication : 29/11/2012

  • TUNISIE

    Un reporter de FRANCE 24 blessé dans des affrontements à Siliana

    En savoir plus

  • TUNISIE

    En Tunisie, Moncef Marzouki prolonge l'état d'urgence jusqu'en janvier 

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Les journalistes tunisiens en grève

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)