Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Trump, le président du renoncement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump déclare une guerre commerciale au Canada

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Marine Le Pen, comme si de rien n'était"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : le Parlement assouplit la loi sur la consommation de stupéfiants

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine Le Pen et Emmanuel Macron présents à l'hommage au policier Xavier Jugelé

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'hommage à Xavier Jugelé émeut mais n'évite pas les polémiques

En savoir plus

LE DÉBAT

État d'urgence en France : les policiers sont-ils trop exposés ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Emmanuel Macron est soutenu par les marchés financiers"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Il y aura une nouvelle Europe, un nouveau traité"

En savoir plus

FRANCE

Florange : ArcelorMittal recule face à la menace de nationalisation

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/12/2012

Le gouvernement est parvenu à un accord, ce vendredi, avec ArcelorMittal, qui s'est engagé à investir 180 millions d'euros sur cinq ans sur le site de Florange. La menace d’un plan social et l’option de la nationalisation ont été écartées.

Jean-Marc Ayrault a annoncé, ce vendredi, un accord avec ArcelorMittal au terme duquel le géant de l'acier s'engage à investir 180 millions d'euros sur cinq ans sur le site de Florange (Moselle) et à préserver ses hauts fourneaux, même s'il n'y aura pas de redémarrage de ceux-ci à court terme faute de débouchés.

Déclarations de Jean-Marc Ayrault



"Il n'y aura pas de plan social à Florange", a assuré le Premier ministre à l'issue d'un bras de fer de plusieurs jours avec ArcelorMittal.

Il a également affirmé que les engagements qu'a pris ArcelorMittal dans l'accord trouvé avec le gouvernement dans le dossier Florange étaient "inconditionnels" et que l'État veillerait à ce qu'ils soient "respectés scrupuleusement".

À propos de la menace de nationalisation temporaire brandie au cours des négociations par le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, Jean-Marc Ayrault a indiqué qu'une telle démarche pouvait se justifier dans certains cas mais n'était pas efficace pour une entreprise en panne de débouchés ou en manque de compétitivité.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 30/11/2012

  • FRANCE

    Florange : les dessous du bras de fer entre Montebourg et ArcelorMittal

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)