Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Refondation de l'Europe : les projets d'Emmanuel Macron sont-ils réalisables ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le président colombien Juan Manuel Santos ne "regrette pas" l'accord avec les FARC.

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : le Rwanda fait le pari de la haute-technologie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Moïse Katumbi : "C’est un devoir pour moi d’aller sauver le peuple de RDC"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vidéo : en Colombie, l’art au service de la paix

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Referendum catalan : Madrid ou Barcelone... qui peut remporter le bras de fer ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Alstom bientôt sous pavillon allemand ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le football américain défie Donald Trump genou à terre

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tchadiens bientôt privés de sol américain

En savoir plus

FRANCE

Florange : ArcelorMittal recule face à la menace de nationalisation

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/12/2012

Le gouvernement est parvenu à un accord, ce vendredi, avec ArcelorMittal, qui s'est engagé à investir 180 millions d'euros sur cinq ans sur le site de Florange. La menace d’un plan social et l’option de la nationalisation ont été écartées.

Jean-Marc Ayrault a annoncé, ce vendredi, un accord avec ArcelorMittal au terme duquel le géant de l'acier s'engage à investir 180 millions d'euros sur cinq ans sur le site de Florange (Moselle) et à préserver ses hauts fourneaux, même s'il n'y aura pas de redémarrage de ceux-ci à court terme faute de débouchés.

Déclarations de Jean-Marc Ayrault



"Il n'y aura pas de plan social à Florange", a assuré le Premier ministre à l'issue d'un bras de fer de plusieurs jours avec ArcelorMittal.

Il a également affirmé que les engagements qu'a pris ArcelorMittal dans l'accord trouvé avec le gouvernement dans le dossier Florange étaient "inconditionnels" et que l'État veillerait à ce qu'ils soient "respectés scrupuleusement".

À propos de la menace de nationalisation temporaire brandie au cours des négociations par le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, Jean-Marc Ayrault a indiqué qu'une telle démarche pouvait se justifier dans certains cas mais n'était pas efficace pour une entreprise en panne de débouchés ou en manque de compétitivité.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 30/11/2012

  • FRANCE

    Florange : les dessous du bras de fer entre Montebourg et ArcelorMittal

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)