Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Moyen-orient

Violents combats autour de l’aéroport de Damas

Texte par Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 01/12/2012

Alors que les communications internet et téléphoniques sont coupées en Syrie, de violents combats ont lieu autour de l’aéroport de Damas, une zone stratégique pour les deux parties. Certains opposants évoquent un affrontement décisif.

L'armée syrienne a lancé, jeudi, une vaste offensive à l'est de Damas, sur la route de l'aéroport. La route a été coupée et plusieurs compagnies aériennes ont décidé d’annuler leurs vols. Un porte-parole des rebelles a expliqué à Reuters que les rebelles entendent prendre le contrôle de l'aéroport où, selon leurs informations, atterrissent des appareils civils transportant des armes destinées au régime en place.

Ces dernières semaines, les rebelles ont multiplié les attaques à Damas et dans ses faubourgs. Celles lancées dans la matinée ont été les plus violentes enregistrées dans la région depuis mars 2011, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Fabrice Balanche, chercheur spécialiste de la Syrie et directeur du Groupe de recherche sur la méditerranée et le Moyen-orient pense que ces affrontements autour de l’aéroport de Damas sont à relier avec l’attentat qui a frappé le quartier de Jaramana, mercredi, coûtant la vie à plus de 50 personnes. C’est la quatrième fois que cette localité du sud-est de la capitale, principalement peuplée par des druzes et des chrétiens, est ciblée par des attentats.

Fabrice Balanche explique à FRANCE 24 que Jaramana est stratégique car elle se trouve précisément sur la route de l’aéroport. "La rébellion veut s’en emparer pour pouvoir isoler Damas, la couper de l’aéroport et affaiblir ainsi le régime, explique-t-il. Les rebelles ont tenté, à plusieurs reprises, de prendre la localité mais elle résiste car, contrairement aux quartiers environnants, la population issue des minorités n’est pas favorable à la rébellion", poursuit-il.

Le chercheur explique "que, en ciblant à plusieurs reprises Jaramana par des attentats, les rebelles tentent de pousser les habitants à fuir pour pouvoir dominer le quartier".

"Nettoyer la périphérie de Damas"

Selon une source de sécurité, l'armée a mobilisé d'importants renforts pour maintenir son contrôle sur la capitale. "Le régime semble mettre les bouchées doubles pour la défense de Damas, l’idée étant de nettoyer la périphérie de la capitale sur un rayon de 10 km environ", estime Frédéric Pichon, docteur en histoire et spécialiste de la Syrie, joint par FRANCE 24.

Selon une autre source, un diplomate en poste à Damas cité par l’AFP, cette bataille pour le contrôle de la route de l’aéroport a pour enjeu d’isoler la rébellion dans les régions rurales qu’elles tient au sud et à l’est de la ville. "Le régime, quant à lui, veut préserver le pays utile, les grandes villes, en lâchant ce qu’il juge inutile", explique Frédéric Pichon.

Au même moment, une grande partie du pays était coupée du monde, sans téléphone ni Internet, les militants accusant le régime de préparer un "massacre" tandis que, selon les autorités, des "travaux de maintenance" expliquent cette panne.

L'organisation de défense des droits de l'Homme Amnesty International a estimé que cela "pourrait annoncer l'intention des autorités syriennes de dissimuler aux yeux du monde la vérité de ce qui se passe dans le pays". Selon Fabrice Balanche, les autorités syriennes ont pu agir de la sorte pour dissimuler les mouvements de leurs troupes autour de Damas.

Jeudi, selon un bilan provisoire, 69 personnes, dont 34 civils, ont péri en Syrie, selon l'OSDH, qui a recensé plus de 40 000 morts depuis le début, en mars 2011, d'une révolte populaire qui s'est militarisée face à la répression brutale du régime.

Première publication : 30/11/2012

  • Guerre en Syrie : un tournant ? (partie 1)

    En savoir plus

  • SYRIE

    Vidéo : les rebelles syriens utilisent des missiles sol-air contre l'aviation d'Assad

    En savoir plus

  • SYRIE

    Un avion de l'armée syrienne bombarde un village près de la frontière turque

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)