Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : une déception pour la gauche ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Kamel Mennour, galeriste

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Marie Le Guen : "Le problème, c’est l’emploi"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Un homme, une femme : la parité vue par la Génération Y

En savoir plus

POLITIQUE

Le Guen : "C’est toute l’Europe qui est malade aujourd’hui"

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

FIAC 2014 : l'art contemporain célébré à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabrice Arfi, auteur, "Le sens des affaires"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à la condamnation d'Oscar Pistorius

En savoir plus

Moyen-orient

L'opposition koweïtienne manifeste contre les élections législatives

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/12/2012

Les élections législatives sont organisées samedi au Koweït. Des dizaines de milliers de partisans de l'opposition ont décidé de boycotter ce vote pour protester contre un amendement de la loi électorale.

Les Koweïtiens votaient samedi pour un nouveau Parlement lors d'élections boycottées par l'opposition, qui accuse le pouvoir de vouloir constituer une assemblée à sa solde dans ce riche émirat pétrolier.

En fin de matinée, l'affluence était faible dans la plupart des bureaux de vote, selon un journaliste de l'AFP.

L'opposition a mené campagne pour le boycott du scrutin et des dizaines de milliers de ses partisans ont manifesté vendredi dans la capitale, protestant contre un amendement de la loi électorale jugé anticonstitutionnel.

Le bureau de vote de Salwa, dans une zone tribale à 15 km au sud de Koweït City, était quasiment désert en matinée. Seuls une poignée d'électeurs s'étaient présentés alors que plus de 4.600 sont inscrits, selon le correspondant de l'AFP.

"Je vote dans l'intérêt de mon pays", a affirmé Mahmoud Abdedine, un fonctionnaire de 47 ans. "Le gouvernement et l'émir nous donnent de bons salaires, des services publics quasiment gratuits, des aides au logement, pourquoi devrions-nous boycotter?", s'est-il demandé.

Les chefs de plusieurs tribus bédouines ont appelé leurs partisans au boycott, à l'instar des dirigeants de l'opposition islamiste, nationaliste et libérale.

L'affluence était par contre plus importante dans le secteur voisin de Rumeithiya, à prédominance chiite, les figures de cette communauté ne s'étant pas prononcées pour le boycott.

"Je ne soutiens pas entièrement le gouvernement, mais je suis en faveur du nouveau système électoral selon lequel l'électeur ne choisit plus qu'un seul candidat", dit Fatma Ahmad, une institutrice, après avoir glissé son bulletin dans l'urne.

La loi électorale contestée prévoit désormais que chaque électeur choisisse un seul candidat, alors qu'il pouvait auparavant désigner jusqu'à quatre candidats. Chacune des cinq circonscriptions que compte l'émirat élit 10 députés.

L'opposition estime que cet amendement favorisera les achats de vote et autres corruptions et permettra au pouvoir d'élire une assemblée à sa solde, mettant ainsi fin aux crises entre l'exécutif et le législatif qui paralysent la vie politique depuis des années.

Crises politiques à répétition

L'opposition contrôlait 36 des 50 sièges de la Chambre dissoute en février.

L'enjeu du scrutin, le deuxième en dix mois dans ce pays, est le taux de participation: l'opposition s'attend à un taux d'abstention de 70% alors que les candidats pro-gouvernementaux espèrent un taux de participation de plus de 50%.

Aucune figure de l'opposition ne figure parmi les 306 candidats, dont 13 femmes, en course pour les 50 sièges du prochain Parlement, qui devrait être totalement contrôlé par des élus pro-gouvernementaux.

Une centaine de bureaux de vote, installés dans des écoles, resteront ouverts jusqu'à 20H00 (17H00 GMT) pour accueillir les quelque 422.000 électeurs. Hommes et femmes votent séparément, et les premiers résultats sont attendus dans la nuit.

Le scrutin est le cinquième depuis la mi-2006 dans ce riche émirat pétrolier, première monarchie du Golfe à s'être dotée d'un Parlement élu en 1962 et secoué par des crises politiques à répétition.

Depuis la mi-2006, neuf gouvernements ont démissionné et le Parlement a été dissous à six reprises.

L'opposition réclame des réformes démocratiques de fond pour réduire l'emprise des Al-Sabah sur les rouages de l'Etat, avec en particulier un gouvernement élu et une meilleure lutte contre la corruption, mais elle n'a jamais contesté le règne de cette dynastie, au pouvoir depuis plus de 250 ans.

Les différends politiques ont entravé le développement de l'émirat malgré des réserves en devises de plus de 400 milliards de dollars, tirées de ses recettes pétrolières.

AFP

Première publication : 01/12/2012

  • Koweït : manifestation contre la réforme du code électoral

    En savoir plus

  • KOWEÏT

    Le Parlement koweïtien introduit la peine de mort pour blasphème

    En savoir plus

  • KOWEÏT

    Malgré sa victoire aux législatives, l'opposition risque d'avoir du mal à s'imposer

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)