Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Afrique

Le président Marzouki souhaite un changement de gouvernement

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/12/2012

Suite aux affrontements entre manifestants et policiers dans la ville de Siliana en début de semaine, le président tunisien Moncef Marzouki a appelé vendredi à la formation d'un gouvernement restreint lors d'une intervention télévisée.

Le président tunisien Moncef Marzouki a demandé vendredi au Premier ministre islamiste Hamadi Djebali de constituer un nouveau gouvernement après les manifestations contre la vie chère qui ont secoué le pays cette semaine.

Les affrontements entre manifestants et policiers dans la ville de Siliana, dans le nord-ouest du pays, ont fait plus de 220 blessés mardi et mercredi.

Les organisations de défense des droits de l'homme accusent les forces de l'ordre d'avoir fait un usage excessif de la force pour étouffer les manifestations.

Pour de nombreux Tunisiens, ces affrontements rappellent la répression policière sous le président Ben Ali, renversé en janvier 2011 dans le cadre du premier soulèvement du Printemps arabe.

"Il faut changer le gouvernement pour avoir un cabinet compétent de technocrates et non un (cabinet) issu des partis politiques", a déclaré Moncef Marzouki, dans un discours retransmis à la télévision publique. "Si les affrontements continuent et que la réponse du gouvernement n'est pas adéquate, il y aura le chaos et une impasse."

Le gouvernement tunisien est dirigé par les islamistes modérés d'Ennahda, alliés à deux formations de gauche.

Hamadi Djebali a rejeté les appels à sa démission et a accusé l'opposition de semer la discorde.

La demande du président Marzouki accroît la pression qui pèse sur lui, mais la constitution ne l'oblige pas à obéir.

REUTERS
 

 

Première publication : 01/12/2012

  • TUNISIE

    Vidéo : En Tunisie, des centaines de blessés dans des affrontements à Siliana

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Un reporter de FRANCE 24 blessé dans des affrontements à Siliana

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Le ministre de la Culture peut-il rassurer les artistes tunisiens ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)